20/02 17:01

Loire: Deux policiers de Roanne mis en examen pour homicide involontaire après le suicide d’un homme qui se trouvait en cellule de dégrisement

Un gardien de la paix et un adjoint de sécurité du commissariat de Roanne (Loire) ont été mis en examen pour homicide involontaire après le suicide d’un homme qui se trouvait en cellule de dégrisement en juillet dernier, a-t-on appris de source judiciaire.

A l’issue de leur audition en garde-à-vue par l’Inspection générale de la police nationale, le chef de poste en service au commissariat au moment des faits et son adjoint ont été mis en examen le 14 février par un juge d’instruction du tribunal judiciaire de Villefranche-sur-Saône (Rhône), où le dossier a été dépaysé, a indiqué à l’AFP le procureur Sylvain Cordesse, confirmant une information du quotidien Le Progrès. Les deux hommes remis en liberté sont mis en examen pour "homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence imposée par la loi ou le règlement (en l’espèce par défaut de surveillance d’une personne retenue en chambre de sûreté)", a précisé le magistrat.

Le 31 juillet 2019, un habitant de Roanne de 29 ans était interpellé en état d’ivresse publique manifeste et placé en cellule de dégrisement pour tapage nocturne. Il s’était donné la mort par asphyxie quelques heures plus tard dans sa cellule de dégrisement, en confectionnant un nœud coulant avec son pantalon, avait alors indiqué le parquet de Roanne. Fin octobre, ce dernier s’était dessaisi au profit de celui de celui de Villefranche-sur-Saône, qui avait ouvert une information judiciaire.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lilou.St.Bo
22/février/2020 - 10h09
Ninie76700 a écrit :

Une sanction ou une mise à pied oui, par  contre une inculpation pour homicide involontaire je trouve ça énorme ! un policier ne peux pas rester devant une cellule de dégrisement à surveiller quelqu'un pendant toute la durée d'une garde à vue c'est impossible avec les intervention, interrogatoires, accueil des victimes..., ou alors il faut créer un poste, le fonctionnaire sera envoyé dans le seul but de rester planté devant les cellules de dégrisement

Tout est dit, rien à ajouter.