24/04 17:31

L'ouverture des commerces de certains secteurs d'activité le dimanche pendant les Jeux olympiques, qui se tiendront du 26 juillet au 11 août, sera finalement possible dans l'ensemble de Paris

L'ouverture des commerces de certains secteurs d'activité le dimanche pendant les Jeux olympiques, qui se tiendront du 26 juillet au 11 août, sera finalement possible dans l'ensemble de Paris, a annoncé la préfecture de région (Prif), qui avait initialement exclu cinq arrondissements de cette dérogation. Le préfet Marc Guillaume a décidé «d'élargir le périmètre d'application des dérogations au repos dominical à l'ensemble de Paris», et pour la période du 15 juin au 30 septembre, explique la Prif dans un communiqué.

Il a pris cette décision après que «plusieurs autorités, en particulier la Ville de Paris et les maires d'arrondissement, ont exprimé le souhait que, pour les sept secteurs d'activité retenus, l'ensemble des arrondissements parisiens soient couverts». En décembre 2023, la Prif avait annoncé que seuls les 15 arrondissements «les plus susceptibles d'accueillir une forte affluence de touristes», à savoir ceux du centre, ayant un site de compétition, d'accueil du public ou des athlètes, bénéficieraient de la mesure, prise en prévision «d'une affluence exceptionnelle» dans la capitale.

Les commerces des 10e, 11e, 13e, 14e et 20e arrondissements en étaient alors exclus. S'il les a réintégrés, le préfet de région n'a en revanche pas modifié les secteurs d'activité éligibles, «les plus à même de satisfaire les besoins du public pendant les Jeux», avait-il justifié en décembre. Il s'agit des commerces de détail alimentaire, d'articles de sport et loisirs, magasins multi-commerces, cycles-motocycles, grands magasins, habillement/prêt-à-porter et librairie-papeterie. Pour l'heure, seules «quatre premières demandes ont été formulées» par des commerçants de ces secteurs, indique la Prif, qui les a validées. La décision d'ouverture dérogatoire le dimanche «appartient à chaque commerçant concerné et repose sur le volontariat des salariés», rappelle la préfecture de région.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de maudav
24/avril/2024 - 19h17

Bah les vendeurs à la sauvette n'allaient pas partir en vacances ! Ils seront bien là pour arnaquer les gogos "supporters" qui vont payer une fortune leur chambre d'hôtel ou leur location à 500€ la semaine !