09/12 06:39

Verdict : Aucun des six anciens collégiens jugés pour leur implication dans l'assassinat de Samuel Paty n'ira en prison - L'avocate de la famille du professeur estime que les sanctions ne sont pas à la hauteur - Vidéo

Des peines de 14 mois de prison avec sursis à six mois de prison ferme – aménagés sous bracelet électronique – ont été prononcées hier soir à Paris à l'encontre de six anciens collégiens jugés pour leur implication dans l'assassinat du professeur Samuel Paty par un jeune jihadiste en 2020. Des peines ordonnées au regard "de la gravité des faits", de leur "personnalité" et "évolution", et alors que les infractions sont "parfaitement établies", a déclaré le tribunal pour enfants dans son jugement, lu en audience publique après deux semaines d'un procès à huis clos.

La présidente a appelé un à un à la barre les adolescents, aujourd'hui âgés de 16 à 18 ans, pour détailler leurs condamnations, globalement conformes aux réquisitions du parquet antiterroriste. "Vous avez compris ?", a-t-elle demandé à chacun. Le procès s'était tenu sous strict huis clos au vu de leur jeune âge à l'époque des faits - entre 13 et 15 ans.

Cinq des adolescents, âgés de 14 et 15 ans étaient jugés pour association de malfaiteurs en vue de préparer des violences aggravées. Ils sont accusés d'avoir surveillé les abords du collège et désigné Samuel Paty à l'assaillant, contre rémunération. Ce "alors que vous aviez connaissance des reproches formulés", au collège "et sur les réseaux sociaux" à l'encontre de Samuel Paty, leur a dit la présidente.

La peine la plus lourde, deux ans de prison dont six mois ferme aménagés sous bracelet électronique, a été prononcée à l'encontre de l'ex-collégien abordé par l'assaillant Abdoullakh Anzorov.

"Vous avez communiqué à l'assaillant la description physique et vestimentaire" du professeur et son "trajet habituellement emprunté", "vous êtes resté pendant plusieurs heures" avec lui et avez "favorisé" sa "dissimulation", lui a dit le tribunal. "Vous avez recruté d'autres collégiens afin de désigner" l'enseignant, organisé la "surveillance" aux abords du collège "pendant plusieurs heures" et enfin "désigné Samuel Paty à la sortie du collège".

Quatre autres jeunes ont été condamnés à des peines allant de 14 mois avec sursis probatoire (c'est-à-dire assorti d'une série d'obligations, notamment de suivre un enseignement ou une formation et d'être suivi par des professionnels de l'enfance) à 18 mois avec sursis probatoire. Une sixième adolescente, âgée de 13 ans au moment des faits, a été condamnée à 18 mois de sursis probatoire pour dénonciation calomnieuse.

Cette collégienne avait, à tort, soutenu que Samuel Paty avait demandé aux élèves musulmans de la classe de se signaler et de sortir de la classe avant de montrer les caricatures de Mahomet. Elle n'avait en réalité pas assisté à ce cours.

Le tribunal a souligné devant elle "l'existence d'un mensonge persistant" que l'adolescente a "reconnu" et qui avait été "matérialisé" par un dépôt de plainte à l'encontre de Samuel Paty.

Son mensonge a été à l'origine d'une violente campagne alimentée sur les réseaux sociaux par son père, Brahim Chnina, et par un militant islamiste, Abdelhakim Sefrioui, auteur de vidéos qui avaient attiré l'attention sur le professeur.

Ils seront jugés lors d'un second procès avec six autres adultes, devant la cour d'assises spéciale de Paris fin 2024.

L'avocate de la famille du professeur a dénoncé une "audience décevante" et estimé que les sanctions ne sont "pas à la hauteur". "Je ne vois pas ce sursaut unanime de l'institution judiciaire, je ne vois pas cette révolte, je ne vois pas ce stop, je ne vois pas ce signal de dire 'attention on ne fait pas ça en France même si on est mineurs" a déclaré Virginie Le Roy devant la presse. Elle a ajouté avoir trouvé l'audience "décevante". "Il y a eu des belles choses, mais il y a eu aussi beaucoup de déceptions. Des réponses ont manqué pour la famille. La sanction n'est pas à la hauteur", a-t-elle conclu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bruno.13
9/décembre/2023 - 19h09

 La justice dans toute sa nullité et son incompétence. Encore une raison de plus, mais était-ce nécessaire, de ne plus lui accorder la moindre confiance. 

Portrait de Etienne44
9/décembre/2023 - 14h35 - depuis l'application mobile
Hola2 a écrit :

Vous vous attendiez à quoi ? rien de plus normal en France...

@Hola2 J'espérais naïvement que la justice frappe pour une fois un grand coup pour cette histoire qui a été très médiatisée. Ceci afin de dissuader des élèves de recommencer. C'est bien beau que le gouvernement tweete en condamnant mais si rien ne se passe derrière c'est ridicule. Je n'ose même pas imaginer le désarroi de sa famille.

Portrait de Hola2
9/décembre/2023 - 14h18

Vous vous attendiez à quoi ? rien de plus normal en France...

Portrait de Etienne44
9/décembre/2023 - 13h50 - depuis l'application mobile

Souvenez vous du rwandais qui avait mis le feu à la cathédrale de Nantes en 2020 avait eu 4 ans de prison (pour 40 millions de dégâts). Pour bonne conduite il n'a fait qu'un an. 2 mois après sa sortie il a égorgé un prêtre vendéen. OQTF.....

Portrait de jaimecommenterlesforums
9/décembre/2023 - 10h24

je suis sûr que des personnes qui auraient égorgé un imam auraient pris plus cher!! mais c'est quoi ce pays qui défend ses assaillants? en fait, il faut qu'on devienne vite une république islamique avec l'application de la charia comme ça au moins les peines seront dures. je ne vois plus que ça...

Portrait de YVESM
9/décembre/2023 - 09h00

La vie d’un prof ne tient désormais plus qu’à un fil.

Portrait de vixen87
9/décembre/2023 - 08h40

La justice a donnée de la prison ferme pour 8 personnes qui ont manifesté à la mort de Thomas et la rien du tout ?

La fermeté c'est pour certains cas seulement ?

 

Portrait de KERCLAUDE
9/décembre/2023 - 08h29

Et pendant ce temps les manifestants majeurs  issus de l'extrême droite qui ont manifesté sans violence ni dégradations pour les faits de CREOLE ont eu un mandant de dépôt, justice à deux vitesses.

Portrait de Obione76
9/décembre/2023 - 08h15

C'était prévisible, la justice est laxiste avec les suédois ! 

Portrait de YVESM
9/décembre/2023 - 07h51

« Petits polissons » (Réf pour Bib).

Des petits anges.

Le sondage IFOP.

En résumé : nous, nous avons compris.

Mes regrets, et mon soutien, à la famille Paty,

C’est Sylvain Tesson qui doit avoir raison.

Portrait de Archimede
9/décembre/2023 - 07h47

Les apostats et les critiques de l'islam ne sont pas suffisamment protégés. C'est une forme de collaboration d'avec le nazislamisme, une complicité tacite. C'est quelque chose qui encourage des drames terribles comme ce qu'a subi Samuel Paty.

Nous voulons voir des apostats en prime time sur le service public. Et la moindre intimidation à leur encontre immédiatement réprimée avec une sévérité foudroyante.

Nous devons offrir aux musulmans le droit de s'émanciper de leur secte.