11/11 15:31

Electricité: Contrairement à l'an dernier, la France devrait passer l'hiver quasiment à l'abri des risques de coupures, selon le gestionnaire français du réseau électrique RTE

"Des barrages pleins", des centrales nucléaires réparées et de nouvelles capacités de production d'électricité comme le parc éolien en mer de Saint-Brieuc: contrairement à l'an dernier, la France devrait passer l'hiver quasiment à l'abri des risques de coupures, selon RTE.

Alors que les Français continuent de moins consommer sous l'effet des tarifs élevés et des campagnes de sobriété, le gestionnaire français du réseau électrique estime en effet que "le risque pesant sur la sécurité d'approvisionnement apparaît faible pour les prochains mois", dans sa note de Perspectives pour le système électrique pour l'hiver 2023-24 publiée mercredi.

Classé sur une échelle de 1 à 5, le risque d'un déséquilibre offre-demande est même considéré "très faible" en novembre (niveau 1) puis "faible" (niveau 2) pour les mois suivants, une précision scrutée attentivement par les marchés où se forment les prix à terme de l'électricité et qui avaient fait payer cher l'an dernier à la France les déboires de son parc nucléaire avec des prix spot à 225 euros le mégawattheure (MWh) en octobre 2022 contre 80 euros/MWh début octobre 2023. "Les perspectives sont beaucoup plus favorables que l'an passé", souligne la note, même si "la disponibilité hivernale du parc nucléaire reste plus faible que dans les années 2010". Le nucléaire reste la première source de production électrique en France.

"Des situations de défaillances et de recours aux moyens de sauvegarde ne peuvent donc pas être totalement exclues mais apparaissent ainsi nettement moins probables que l'hiver dernier", ajoute RTE. Du point de vue de la demande, la consommation électrique est en effet encore aujourd'hui autour de 8% en dessous de la période de référence de 2014-2019. Du point de vue de l'offre, "une proportion notable du parc nucléaire a pu être contrôlée et réparée au cours de l'année", les stocks hydrauliques et gaziers sont "élevés pour la saison" et "les énergies renouvelables ont continué à se développer", souligne RTE.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de kuwabara
11/novembre/2023 - 20h50

les francais ont payé des central nucleaire avec leur impot... et on paye l électricité" une blind , on se fait avoir 2 fois...c est  nos voisin qui devrait casquer 

Portrait de djelloul
11/novembre/2023 - 19h14

devrait.........quasiment...Bon , c est pas du 100%  Faut croiser les doigts

Portrait de Blackrock
11/novembre/2023 - 17h20

oui, ils vont nous faire chier avec l'eau maintenant...ensuite ce sera l'air...

Portrait de Koikilencoute
11/novembre/2023 - 16h26

Les prix ayant doublé en quelques années, la consommation a forcément baissé. Avec 3 degrés en moins dans mon salon, de novembre à avril, j'ai les mêmes factures que l'année dernière...