20/10/2022 15:31

Les autorités indiennes ont empêché une photographe de s'envoler pour les Etats-Unis afin d'y recevoir son prix Pulitzer - VIDEO

Les autorités indiennes ont empêché une photographe de s'envoler pour les Etats-Unis afin d'y recevoir son prix Pulitzer, a-t-on appris auprès de la jeune femme, dernier exemple en date de journalistes cachemiris qui se voient interdire de quitter le pays. Sanna Irshad Mattoo est l'une des quatre journalistes travaillant pour l'agence de presse Reuters à avoir remporté le prestigieux prix de la photographie d'actualité cette année.

La jeune femme de 28 ans a été saluée pour ses reportages sur la vie au Cachemire indien, un territoire himalayen contesté et hautement militarisé où sévit une insurrection vieille de plusieurs décennies. Elle a été arrêtée par les services d'immigration à l'aéroport de New Delhi mardi en fin de journée et empêchée d'embarquer, tandis que deux de ses collègues ont été autorisés à quitter le pays.

Mme Mattoo a ensuite tweeté une photo de son billet portant la mention "annulé sans préjudice". "Je ne sais pas quoi dire... c'était une occasion unique pour moi", a déclaré à l'AFP Mme Mattoo, qui est également membre de la prestigieuse Fondation Magnum. "Seulement moi, j'ai été arrêtée sans aucune raison et les autres ont été autorisés à partir. Peut-être que cela a quelque chose à voir avec le fait que je suis Cachemirie".

C'est la deuxième fois cette année que la photographe est empêchée de quitter l'Inde. En juillet, elle avait été arrêtée de la même manière dans le même aéroport alors qu'elle voulait se rendre à Paris pour le lancement d'un livre et aux Rencontres photographiques d'Arles, dans le sud-est de la France. L'Inde a cherché à asseoir son contrôle sur le Cachemire, qui est également revendiqué en totalité par le Pakistan voisin et qui est une source constante de tension entre les deux grands pays dotés de l'arme nucléaire.

Des milliers de personnes y ont été tués depuis le début de la rébellion contre le régime indien en 1989, et plus d'un demi-million de soldats sont stationnés en permanence dans la région. Le gouvernement du Premier ministre nationaliste hindou Narendra Modi a privé le territoire de son autonomie limitée en 2019, et pour prévenir toute révolte a coupé les connexions Internet pendant des mois et enfermé des dirigeants politiques. Les journalistes étrangers ont été interdits d'accès au Cachemire et les reporters locaux basés dans le territoire disent avoir subi des pressions pour atténuer leurs propos.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions