12/03 14:02

Coronavirus - Le masque ne sera officiellement plus obligatoire en entreprise lundi: "Enfin!" disent les uns, "bêtise!" disent les autres...

Un petit morceau de textile devenu un incontournable de la vie de bureau: le masque ne sera officiellement plus obligatoire en entreprise lundi, un soulagement pour les uns, une source de tracas pour d'autres.

Face au Covid-19, cette protection a été imposée dans les entreprises le 1er septembre 2020. Le protocole sanitaire - document de référence face au virus - qui "disparaît" lundi, prévoyait que son port devait être "systématique au sein des entreprises dans les lieux collectifs clos".

Au vu de la décrue sur le front sanitaire, le Premier ministre Jean Castex a annoncé début mars la "fin du port du masque obligatoire dans tous les lieux où il est encore" appliqué, à compter du 14 mars, dont les lieux de travail.

Les employeurs, inquiets de voir leur responsabilité engagée, pourront toutefois continuer d'imposer le masque s'ils estiment qu'il y a "un risque spécifique dû à l'activité", selon des avocats en droit social interrogés par l'AFP. Ainsi, l'avocate Déborah David juge que son maintien pendant "un délai raisonnable" serait "légitime".

Reste que pour les entreprises, la fin de l'obligation inscrite dans le protocole est un soulagement.

"C'est vraiment une attente d'impatience énorme des gens. Ils n'en peuvent plus! On sent que c'est vraiment une souffrance", assure Benoit Serre, vice-président de l'Association nationale des DRH. Lui-même, "arrivé chez L'Oréal il y a moins d'un an", n'a jamais vu le visage entier de certains collègues.

Il estime qu'en corolaire "cela va aider à relancer la convivialité". Le masque étant "un vrai symbole", l'enlever peut même s'assimiler à "enlever la pandémie", dit-il... tout en glissant qu'il espère ne pas le voir revenir dans trois mois.

A propos des salariés vulnérables qui pourraient ainsi devenir plus visibles, Benoit Serre assure que ce sera une gestion "à l'individu": "le masque était obligatoire pour tout le monde, on ne dit pas: le +sans masque+ est obligatoire pour tout le monde".

Pour Corentin Boulanger, chargé de prévention en santé et sécurité au travail dans l'agroalimentaire dans le Nord-Pas-de-Calais, porter le masque pendant deux ans au bureau, "c'était compliqué". Difficulté à "s'exprimer, se faire comprendre", c'était quelque chose de "relativement désagréable", dit-il, "franchement" content que cela s'arrête.

C'est la tonalité de nombreux messages sur les réseaux sociaux: "Enfin la fin du masque au travail, c'était un enfer", "Le retour de la liberté", un autre se dit impatient d'en "finir avec cette foutue histoire".

Mais Paul, consultant dans l'automobile à Paris, estime "pas possible" la levée de l'obligation au vu de la situation sanitaire et déplore une décision "purement politique". "Ca risque de repartir de plus belle", redoute ce quinquagénaire.

Quant à la possibilité de garder le masque, il souligne que cela "ne sert à rien si la personne en face n'en porte pas". Des messages sur les réseaux sociaux jugent ainsi "égoïste" son retrait ou dénoncent "un doigt d'honneur" aux immunodéprimés.

Des internautes ont des soucis plus prosaïques: savoir comment cacher désormais leurs "gros bâillements en réunion", réapprendre à "sourire avec la bouche et non juste les yeux", "connaître à nouveau les joies des haleines fétides et des postillons"...

Au-delà d'"un certain soulagement, un meilleur confort" pour les salariés, Elisabeth Pélegrin-Genel, architecte et psychologue du travail, s'interroge: "La fin du masque veut-elle dire qu'on oublie cette espèce de bulle individuelle qu'on avait toujours avec nous en restant à distance des autres?"

Le masque avait "un effet protecteur au sens propre comme au figuré" et "redonnait une forme d'intimité", pointe-t-elle.

Une fois habitués à son port, le masque était devenu "une mini-victoire sur la visibilité permanente de tout et de tous", poursuit-elle. "Ne nous manquera-t-il pas?".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lucieat
13/mars/2022 - 08h39

Pensez ce que vous voulez, mais moi, je ne suis pas prête à quitter mon masque lorsque je fais mes courses s'il y a du monde autour de moi, il ne me dérange pas, je me sens en sécurité, même si c'est relatif et j'ai un mouvement de recul devant une personne que je ne connais pas qui n'en a pas, je garde mes distances

les contaminations augmentent, même en Chine, on n'est pas sorti de la crise, loin de là.

 si les gens se relâchent trop vite, ça va repartir de plus belle et il faudra de nouveau le porter tout le temps.

Je pense que les gens sont assez raisonnables (j'espère) pour se protéger eux mêmes si les conditions ne sont pas favorables

Portrait de AntinemesisBack
12/mars/2022 - 18h31

Visiblement il y a des gens enfin, des chiens, à qui la muselière va manquer.C'etait pourtant si bon de ne plus voir le visage des uns et des autres, les sourires, les expressions humaines, d'etre empeché de respirer normalement, et encore je suis gentil, ca n'a pas été obligatoire pour les animaux. On peut le dire mesdames messieurs , les animaux ont mieux vecu que nous ces deux dernieres années.

Une pensée tout de meme pour les soignants obligés à continuer de porter ce machin inutile et à se "vacciner" contre la grippette qui a tué 0,2% des francais (chiffres officiels! 68 millions de personnes, 137 000 morts...TERRIBLE FLEAU!!! bande de cons) ...jusqu'a quand? rien n'a été helas défini...

ps: j'ai eu le covid, non vacciné, ca a duré 3 jours , moins de fievre qu'une grippe et basta...merci au revoir.

Portrait de Pancho Villa
12/mars/2022 - 16h05
avalonze55 a écrit :

le masque est surtout une escroquerie  , quand il y a eu 500 000 contaminations JOUR  , les gens avaient encore leur masque  , 

la réalité c 'est que le masque n'a jamais fonctionner pour ce type de virus  , et c'est pas moi qui le dit , c 'est une étude de la Corée du sud qui date de mars 2020 , vu dans science et vie 

ils ont fait un test simple , les gens devaient parler  et toussoté  devant une boite qui était à 50 cm , et ceci avec un masque chirurgical  , résultat , le virus était absolument partout . 

Même Véreux l'a dit !

Portrait de Orwell2022
12/mars/2022 - 15h53

Parce qu'il y a des gens qui pensent qu'un bout tissu sur le visage stoppe le méchant virus ?