30/03 16:31

Japon: Des procureurs inculpent un homme pour injure publique après le suicide l'an dernier d'une jeune star de la téléréalité, qui avait suscité de vives réactions

Des procureurs nippons ont annoncé mardi avoir inculpé un homme pour injure publique après le suicide l'an dernier d'une jeune star de la téléréalité, qui avait suscité de vives réactions au Japon et ailleurs. Un porte-parole du bureau des procureurs de Tokyo a déclaré à l'AFP que ceux-ci avaient procédé à l'"inculpation d'un homme vingtenaire" dans le cadre d'une procédure simplifiée, à la suite du décès en mai 2020 de Hana Kimura, qui faisait partie du casting de l'émission "Terrace House", diffusée au Japon sur Fuji TV et dans le monde entier sur la plateforme de streaming Netflix.

L'homme, dont l'identité n'a pas été révélée, a été inculpé d'injure publique mais ce chef d'accusation n'entraîne pas obligatoirement un procès, comme c'est souvent le cas pour des infractions considérées comme mineures au Japon. Selon des médias locaux, un tribunal de Tokyo a déjà ordonné une amende de 9.000 yens (70 euros) contre lui. En décembre, la police avait transmis le dossier d'un suspect au parquet en déclarant qu'il avait "posté des messages sur un compte de réseaux sociaux de la victime, notamment +Tu as une personnalité si affreuse. Ta vie vaut-elle la peine d'être vécue ?+" et "Hé, hé. Quand vas-tu mourir ?" Hana Kimura, 22 ans, une catcheuse professionnelle aux cheveux roses, était l'une des favorites des téléspectateurs de l'émission "Terrace House", dans laquelle six jeunes gens partagent une maison tout en cherchant l'amour.

Bien que populaire auprès du public, Hana Kimura avait aussi reçu des tombereaux d'injures sur les réseaux sociaux, comme "tout le monde sera content quand tu ne seras plus là", avaient rapporté des médias japonais. L'émission "Terrace House" a été annulée après la mort de la jeune femme, qui avait eu un écho médiatique international, et une nouvelle fois attiré l'attention sur la question du cyberharcèlement au Japon et ailleurs.

Ailleurs sur le web

Vos réactions