21/02 16:32

Virus - La trentaine de Français rapatriés de Chine sont arrivés dans le Calvados où ils vont être placés en quarantaine dans un village vacances

16h32: Il ne reste plus qu’un patient hospitalisé en France pour une infection au nouveau coronavirus sur les quatre qui l'étaient encore mardi, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d’un déplacement à Saint-Etienne.
15h32: La trentaine de Français rapatriés de Chine vendredi sont arrivés en bus dans le village de Branville (Calvados), où ils doivent passer 14 jours en quarantaine pour s’assurer qu’ils ne sont pas contaminés par le nouveau coronavirus.

Tous les passagers du bus portaient un masque de protection sur le visage. Leur bus était précédé d’une voiture et suivi d’une autre, ainsi que par un minibus. Ils ont rejoint le Normandy Garden, un centre de vacances partiellement privatisé pour les accueillir pendant cette quarantaine.

Durant leur séjour, les rapatriés seront suivis par une équipe médicale (médecins, infirmiers, pharmaciens et psychologues). Vingt-cinq militaires de la Sécurité civile assureront la sécurité du site et surveilleront les entrées et les sorties.

La température de ces personnes sera surveillée deux fois par jour, afin de repérer l’apparition éventuelle de la maladie.

Au total, 28 Français et 36 ressortissants d’autres pays de l’Union européenne ont été rapatriés ce vendredi, à bord d’un avion affrété par Paris et qui a atterri en fin de matinée à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

L’appareil était parti jeudi de Wuhan, épicentre de l’épidémie du virus en Chine. Les passagers non Français ont été pris en charge, dès leur arrivée, par les autorités de leur pays, selon le ministère français des Affaires étrangères.

Il s’agit du troisième vol de rapatriement organisé par la France depuis le début de la crise sanitaire. Grâce à ces trois vols, plus de 300 personnes ont déjà été rapatriées de Chine vers la France et placées en quarantaine. Un avion britannique avait également évacué une trentaine de Français le 9 février.

14h43: Le ministère de l'Economie a annoncé plusieurs mesures pour assister les entreprises françaises pénalisées dans leur activité par le coronavirus. Le gouvernement va notamment "maintenir toutes les mesures" d'étalement de charges, d'activité partielle ou de dérogations sur les heures supplémentaires qui avaient été mises en place lors du mouvement des gilets jaunes et des grèves contre la réforme des retraites, a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, lors d'un point presse.

Il s'exprimait à l'issue d'une réunion à Bercy avec des représentants de nombreuses filières économiques et industrielles pour faire un état des lieux de leurs difficultés du fait de l'épidémie.

"Cette épidémie touche un certain nombre de chaînes de valeur industrielles, qui ont du mal à s'approvisionner, touche un certain nombre de PME, en particulier dans l'hôtellerie et la restauration, et remet en cause aussi un certain nombre de chaînes de valeur qui sont trop dépendantes de leur approvisionnement à l'étranger", a détaillé Bruno Le Maire.

Il a appelé les donneurs d'ordres des différentes filières industrielles à la "compréhension" vis-à-vis de leurs fournisseurs, qui subissent des problèmes d'approvisionnement depuis la Chine, épicentre du coronavirus. "Nous demandons aux grands donneurs d'ordre de faire preuve de solidarité" en n'appliquant pas de pénalités de retard à leurs fournisseurs, a-t-il insisté.

12h30: Le point sur ce qu'il faut retenir ce midi

L’apparition de nouveaux cas de contamination au coronavirus en Corée du Sud, en Iran, ainsi que dans des prisons chinoises, relance vendredi les inquiétudes sur la propagation d’une épidémie qui a déjà fait plus de 2.200 morts.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle maintenant la communauté internationale à «frapper fort» contre ce virus qui a déjà contaminé plus de 75.000 personnes en Chine et 1.100 ailleurs dans le monde.

Car si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine avait baissé durant quatre jours consécutifs, il est reparti à la hausse (avec au moins 889 nouveaux cas contre 673 la veille), a annoncé vendredi la Commission nationale (ministère) de la Santé.

Autres motifs d’inquiétude: des dizaines d’infections ont été annoncées dans deux hôpitaux de Pékin, et plus de 500 ont été confirmées dans des prisons du pays, dont au moins 200 dans un seul établissement pénitentiaire.

La Chine a pourtant placé de facto en quarantaine plus de 50 millions de personnes dans la province du Hubei (centre) et dans son chef-lieu Wuhan -- épicentre de l’épidémie. Ailleurs, beaucoup de Chinois restent cloîtrés chez eux par peur ou en raison de mesures drastique de confinement.

Plusieurs Etats ont par ailleurs interdit l’entrée des voyageurs venant de Chine, et de nombreuses compagnies ont suspendu leurs vols vers le pays.

Mais ces restrictions n’ont pas empêché l’émergence de nouveaux cas ailleurs dans le monde, avec 11 décès hors de Chine continentale (hors Hong Kong et Macao).

En Corée du Sud, le nombre de cas a presque doublé vendredi, les autorités annonçant 100 nouvelles contaminations, portant le total à plus de 200.

Parmi eux, plus de 120 sont membres de «l’Eglise Shincheonji de Jésus», une secte chrétienne située dans la ville de Daegu (sud-est), a déclaré le Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies.

Une femme de 61 ans, qui ignorait avoir contracté la pneumonie virale, leur aurait transmis le virus, notamment lors d’offices religieux. Le maire de Daegu (2,5 millions d’habitants) a invité la population à rester chez elle.

En Corée du Nord voisine, le marathon de Pyongyang, qui attire chaque année de nombreux touristes étrangers, a été annulé, selon des agences de voyage chinoises spécialisées.

Jeudi, l’Iran avait de son côté confirmé trois nouveaux cas, au lendemain de l’annonce de la mort de deux hommes âgés.

Au Japon, la polémique enflait vendredi autour du bateau de croisière Diamond Princess, placé en quarantaine en banlieue de Tokyo et qui reste le plus important foyer de contagion hors de Chine.

Deux ex-passagers australiens, initialement testés négatifs lors d’un dépistage par les autorités sanitaires japonaises à leur descente du navire, ont été déclarés contaminés à leur retour en Australie.

Or, cette semaine, des centaines de croisiéristes ont été autorisés à quitter le paquebot après avoir été testés négatives au Covid-19. Beaucoup sont rentrés dans leurs pays pour y être de nouveau mis en quarantaine.

12h15: Les ventes automobiles se sont effondrées de 92% entre le 1er et le 16 février, a annoncé vendredi une fédération professionnelle, le premier marché automobile mondial restant paralysé par l'épidémie du nouveau coronavirus.

Quelque 4.900 voitures ont été vendues sur la période, contre près de 60.000 sur la même période l'an dernier, a indiqué la Fédération chinoise des constructeurs de voitures individuelles (CPCA).

Selon ses estimations, le plongeon des livraisons de voitures pourrait être de 70% sur un an pour l'ensemble de février, et de 40% sur les deux mois cumulés de janvier-février.

Un effondrement qui reflète la mise sous cloche de l'économie, en raison des mesures drastiques prises pour contenir l'épidémie: prolongation des congés du Nouvel an lunaire, fermeture imposée des magasins, mesures de confinement dans de nombreuses villes.

"A travers les différentes régions, très peu de concessionnaires étaient ouverts, et la fréquentation était extrêmement basse, car seuls les clients soumis à des nécessités urgentes achètent un véhicule par temps d'épidémie", a observé la CPCA.

Ce plongeon "sera temporaire, mais la durée de la reprise dépendra des mesures adoptées par les autorités dans les différentes régions" pour endiguer la propagation du virus, prévient la fédération. 

11h15: L’avion affrété en raison du nouveau coronavirus pour rapatrier de Chine 28 Français et 36 ressortissants d’autres pays de l’Union européenne est arrivé à l’aéroport de Roissy, a-t-on appris vendredi de source aéroportuaire.

Troisième avion affrété par Paris depuis le début de la crise, l’appareil était parti jeudi de Wuhan, épicentre de l’épidémie du virus. Les rapatriés français doivent être placés en quarantaine dans un village vacances du Calvados (Normandie) où ils doivent y être confinés 14 jours.

Les autres passagers européens doivent être «pris en charge, dès leur arrivée, par les autorités de leur pays», selon le Quai d’Orsay.

L’appareil, un Airbus A380, avait été affrété par Paris avec l’objectif principal d’acheminer du fret d’équipement médical à l’intention du personnel soignant chinois dans la province du Hubei, la plus touchée par l’épidémie, selon une source diplomatique.

Mais son vol retour vers la France était l’occasion de rapatrier une soixantaine de ressortissants français et européens qui le désiraient, a-t-elle ajouté.

10h52: Un avion rapatriant 28 Français et 36 ressortissants d’autres pays de l’Union européenne a décollé vendredi de Wuhan, la métropole chinoise à l’épicentre de l’épidémie du nouveau coronavirus, a appris l’AFP de source diplomatique.

A leur arrivée, les rapatriés français doivent être placés en quarantaine dans un village vacances du Calvados (Normandie).

L’appareil, un Airbus A380, a été affrété par Paris avec l’objectif principal d’acheminer du fret d’équipement médical à l’intention du personnel soignant chinois dans la province du Hubei, la plus touchée par l’épidémie, a précisé vendredi à l’AFP une source diplomatique.

Mais son vol retour vers la France était l’occasion de rapatrier une soixantaine de ressortissants français et européens qui le désiraient, a-t-elle ajouté.

L’avion est arrivé à Wuhan (centre de la Chine) dans la nuit vers 01H00 heure locale, pour décoller quelques heures plus tard, à 5H57 (soit jeudi 21H57 GMT) à destination de la France, selon cette source.

Aucune indication sur son itinéraire ou son horaire d’arrivée en France n’était disponible dans l’immédiat.

Il s’agit du 3e avion envoyé par Paris vers Wuhan depuis que cette ville et la province environnante du Hubei ont été coupées du monde par un draconien cordon sanitaire, il y a un mois.

Après deux premiers vols français de rapatriement, un avion britannique avait par ailleurs évacué le 9 février une trentaine de Français. Sur l’ensemble de ces trois vols, plus de 300 personnes ont déjà été rapatriées de Chine vers la France et placées en quarantaine dans deux lieux d’hébergement des Bouches-du-Rhône.

La plupart d’entre elles sont ressorties et les 35 derniers rapatriés, arrivés le 9 février, via Londres, doivent sortir le 23 février.

Les Français rapatriés vendredi doivent pour leur part rejoindre vendredi un centre de vacances du Calvados, en Normandie où ils seront confinés 14 jours, a précisé jeudi le préfet du département Philippe Court.

Dans ce village Pierre & Vacances à environ 15 km de Deauville et de Cabourg, 77 cottages sur 330 ont été privatisés pour l’occasion.

Ce troisième avion français, qui avait décollé mercredi soir de Paris-Charles-de-Gaulle, emportait à son bord 17 tonnes de fret médical comprenant des combinaisons de protection, des masques, des gants et des produits désinfectant à destination du personnel soignant chinois, selon le ministère des Affaires étrangères.

Ce matériel, en cours de dédouanement vendredi matin, est un « fret médical de solidarité », a insisté la source diplomatique.

Comme sur l’avion français du 2 février, Paris avait proposé de ramener sur le vol de vendredi d’autres citoyens européens souhaitant bénéficier d’un retour, « ces derniers étant pris en charge, dès leur arrivée, par les autorités de leur pays », selon le Quai d’Orsay.

Le ministère des Affaires étrangères a par ailleurs indiqué jeudi que le consulat général de France à Wuhan restait ouvert avec une petite équipe de volontaires « pour porter assistance à nos compatriotes sur place et manifester dans la province la solidarité de la France ».

Aucun nouveau cas d’infection au coronavirus n’a été découvert sur le territoire français, le bilan restant inchangé avec 12 cas confirmés au total (quatre hospitalisations sans signes de gravité, sept personnes guéries et un décès).

09h02: Deux passagers australiens du paquebot Diamond Princess, testés positifs au nouveau coronavirus en Australie... avaient été initialement testés négatifs au Japon ! Une nouvelle qui soulève des questions sur la politique des autorités japonaises qui ont autorisé des centaines de rapatriements.

07h03: Un nouvel avion rapatriant des Français a décollé de Wuhan, en Chine tôt ce matin de Chine et devrait arriver dans la journée en France.

07h01: L'épidémie de nouveau coronavirus a fait 118 morts supplémentaires en Chine continentale, pour l'essentiel dans la province du Hubei, portant à 2.236 le nombre total de décès au niveau national, ont annoncé ce matinles autorités sanitaires. La Commission nationale de la Santé a par ailleurs fait état de 889 nouveaux cas de contamination confirmés en 24 heures en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao). Plus de 75.000 personnes ont été infectées au Covid-19 en Chine, et des centaines ailleurs dans plus de 25 pays.

La quasi-totalité des nouveaux décès en Chine a été enregistrée dans la province centrale du Hubei, à l'épicentre de l'épidémie, et la plupart dans sa capitale, Wuhan, la métropole où est apparu le virus en décembre. La Commission de la santé du Hubei avait fait état plus tôt vendredi, dans son décompte quotidien, de 115 morts supplémentaires sur les 24 dernières heures et de 411 nouveaux cas de contamination dans la province, dont 319 à Wuhan. Plus de la moitié des nouvelles contaminations ont donc eu lieu dans d'autres provinces chinoises.

Les craintes restent vives vis-à-vis d'une éventuelle propagation du virus dans le pays, en dépit des drastiques restrictions de circulation et des mesures de confinement adoptées dans de nombreuses villes.

La Chine a déclaré jeudi qu'elle avait à nouveau modifié la méthode de comptage des patients atteints du nouveau coronavirus et qu'elle inclura désormais uniquement ceux ayant passé un test de laboratoire. Il s'agissait là de la deuxième révision des critères en seulement huit jours, une décision qui pourrait brouiller les statistiques et compliquer le suivi de la propagation de la maladie.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de moije
21/février/2020 - 20h01

Aux dernières nouvelles les résidents du centre de vacance n'ont même pas été prévenu !

Belle organisation !