01/02 17:31

Les sans-domicile sont de plus en plus souvent des personnes seules, alerte la fondation Abbé Pierre, qui publie son rapport annuel sur le mal-logement

"On se retrouve seul, avec la honte d'être à la rue". Comme Ramdane Rouabah, 71 ans, les sans-domicile sont de plus en plus souvent des personnes seules, alerte la fondation Abbé Pierre (FAP), qui publie son rapport annuel sur le mal-logement.

Aujourd'hui, 65% des 143.000 Français sans-domicile sont sans conjoint ni enfant à charge, selon la FAP, qui met en garde contre un phénomène qui s'aggrave mais reste "un angle mort" des politiques de lutte contre la pauvreté.

Ruptures du couple plus fréquentes, entrée dans la vie adulte et conjugale plus tardive des jeunes et un vieillissement des populations qui laisse souvent des personnes veuves pendant de longues années, nourrissent le phénomène.

Après une faillite et un divorce, acculé par les dettes et les loyers impayés, Ramdane, d'origine algérienne, se retrouve à la rue. Pendant plusieurs mois, il passe alors ses nuits gare de Lyon à Paris, "avec l'espoir de rentrer au pays" mais sans un sou pour acheter un billet d'avion.

Ses proches en France se détournent de lui, "ne répondent même plus au téléphone", tandis qu'auprès de sa famille restée en Algérie, l'ancien chef d'entreprise préfère entretenir l'illusion.

Homme isolé à la rue, sans enfant à charge, Ramdane n'est pas prioritaire pour accéder à une place d'hébergement. L'analyse des appels au 115 (numéro d'urgence des sans-abri) durant l'hiver 2016-2017 montre que la moitié des hommes seuls n'ont jamais été hébergés suite à leur demande. "On vous abandonne", dit Ramdane sans cacher son amertume.

"La priorité, c'est les couples qui ont des enfants. Et même avec l'âge, quand on est seul, on n'a pas le privilège d'avoir ce qu'obtiennent les familles", constate-t-il.

Ces dernières années, dans un système d'hébergement d'urgence totalement saturé, des centres exclusivement dédiés à certains publics (familles, femmes isolées) ont ouvert, notamment à Paris.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de .Kazindrah.
2/février/2020 - 11h58
Avec de + en + de jeunes, voire de très jeunes, et de + en + de femmes dont certaines se retrouvent enceintes, victimes de relations forcées.
Portrait de Sergent tirailleur Highway

Ils sont idiot tous ses SDF, ils n'ont qu'à devenir migrants pour avoir des aides.

Portrait de vévert1416
1/février/2020 - 18h00
Batori a écrit :
Merde pour une fois qu’on a un arabe qui veut retourner au bled...

Lançons vite une cagnotte Leetchee

Portrait de Batori
1/février/2020 - 17h53 - depuis l'application mobile

Merde pour une fois qu’on a un arabe qui veut retourner au bled...

Portrait de vévert1416
1/février/2020 - 17h40

Je suis étonné. J'avais pourtant cru, dur comme fer, notre président qui avait annoncé que plus personne ne dormirait dans la rue