06/01 18:08

Grève Jour 33 - L'Unsa ferroviaire met fin à sa "trêve" dans la grève à la SNCF - La SNCF dévoile ses prévisions de circulation pour demain- La RATP annonce que demain "toutes les lignes circuleront"

18h08: Edouard Philippe sera demain sur RTL "faire le point sur la réforme des retraites", a-t-il annoncé sur son compte Twitter.

17h16: La RATP annonce un trafic "très perturbé proche du lundi 6 janvier" pour demain, indiquant néanmoins que "toutes les lignes circuleront normalement ou partiellement". Les lignes 1 et 14 fonctionneront normalement comme d'habitude.

17h11: La SNCF annonce 3 TGV sur 4, 1 Transilien sur 2 et 2 Intercités sur 5 en circulation demain.

17h03: L'Unsa ferroviaire annonce mettre fin à sa "trêve" dans la grève à la SNCF

14h01: le patron de la SNCF évalue à 600 millions d'euros le manque à gagner depuis le début de la grève le 5 décembre, dans ses voeux aux cheminots ce lundi, selon BFM TV.

"Nous avons perdu près de 600 millions d'euros, sans compter les dédommagements pour les voyageurs de la vie quotidienne et les chargeurs qui vont quitter le ferroviaire pour repasser à la route", a déclaré Jean-Pierre Farandou dans une vidéo diffusée en interne.

"Les comptes 2019 seront fortement impactés par ce conflit, d’autant plus qu’on n’est pas encore au bout du décompte des conséquences économiques" a-t-il ajouté.

13h32: Le taux de grévistes à la SNCF aujourd’hui est de 6,3%, dont 36,5 % de conducteurs

12h57: La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, fait son premier compte rendu de l'année du Conseil des ministres

"La première lecture de la réforme des retraites à l'Assemblée nationale aura lieu avant les élections municipales"

"Le gouvernement est très ouvert aux propositions des partenaires sociaux", a déclaré la porte-parole du gouvernement. "Nous espérons un compromis rapide"

Le gouvernement "prend note de la proposition de Laurent Berger" sur le financement du système des retraites

12h45: Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon est actuellement à la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne), bloquée depuis le 5 décembre dernier. Il est parti à la rencontre des grévistes.

"C'est une semaine très importante", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Il ne faut pas se laisser entraîner dans les provocations à la violence". "Ca monte d'un cran car Emmanuel Macron est monté d'un cran".

10h51: Alors que les partiels se déroulent dans plusieurs universités à Paris aujourd'hui, des étudiants ont appelé au blocage des facultés, comme le rapporte BFMTV.  Sur Twitter, des vidéos et des photos ont été postées.

A Nanterre, des étudiants ont refusé de passer les examens. Le campus de Malesherbes (Sorbonne Paris IV) a été bloqué par des poubelles et des barrières.

A la faculté de Porte de Clignancourt, des étudiants bloquent le campus.

10h34: Le point sur ce qu'il faut retenir ce matin

La rentrée lundi promet d'être chaude: le mouvement contre la réforme des retraites est désormais entré dans son deuxième mois et ses opposants misent sur un regain de mobilisation, en attendant les deux journées de manifestation prévues jeudi et samedi, pendant que l'exécutif assure "être ouvert à la discussion".

Lundi matin, le gouvernement reprend officiellement son cartable pour son premier conseil des ministres de l'année, où il va affûter sa stratégie devant un mouvement de grève entamé le 5 décembre.

Même si les taux de grévistes ont baissé, le trafic est resté très perturbé pendant les vacances scolaires à la SNCF et à la RATP.

Pour ce lundi de rentrée, la SNCF prévoit néanmoins une amélioration de la circulation des trains, avec 8 TGV sur 10, 2 TER sur 3, un Intercités sur 3, et en Ile-de-France un Transilien sur deux.

Côté RATP, le trafic sera encore très perturbé et lundi matin s'annonce collé-serré dans les rames de RER et de métro. Voitures, baskets, vélos et trottinettes seront encore de sortie en Ile-de-France.

Mardi, le Premier ministre Édouard Philippe ouvrira une séance de discussions au ministère du Travail, à laquelle sont conviés les partenaires sociaux pour parler pénibilité et emploi des seniors. Elle se tiendra sous l'égide de Muriel Pénicaud (Travail) qui n'était jusqu'à présent que peu associée à cette réforme comme s'en est étonné le numéro un de la CGT Philippe Martinez.

Ce dernier a répété dimanche sur LCI qu'il souhaitait le retrait de ce "mauvais" projet. "Il est temps que le président et le Premier ministre sortent de leur bulle d'autosatisfaction", a-t-il estimé.

Il a rappelé les scores de Jacques Chirac et d'Emmanuel Macron au deuxième tour de l'élection présidentielle face au FN, maintenant RN, et averti qu'en n'écoutant pas la partie du pays opposé à cette réforme, "on joue avec le feu sur la future échéance électorale".

Dimanche, de son côté, le RN a précisé, par la voix de Jordan Bardella, que s'il arrivait au pouvoir il "retirerait ce système à points".

Les principaux dirigeants de gauche, Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure, Fabien Roussel, Julien Bayou (...) ont eux réitéré leur opposition dans une tribune publiée au Journal du Dimanche.

Ce week-end, le nouveau Monsieur retraites, Laurent Pietraszewski, a expliqué au Parisien que l'âge d'équilibre est "un progrès social". Si les partenaires sociaux ont "une autre idée, on prend", a-t-il promis, comme l'avait déjà dit le Premier ministre.

Parti en guerre contre cet âge pivot, fixé à 64 ans et en dessous duquel il ne sera pas possible de partir avec une retraite à taux plein, Laurent Berger n'a pas manqué de réaffirmer vertement dimanche sur France 2 son opposition totale à cette mesure.

Il a proposé que se tiennent une "conférence de financement sur les retraites", bien distincte du projet de loi en préparation, et des discussions sur la pénibilité et l'emploi des seniors liées à l'instauration d'un régime universel.

Olivier Dussopt (Fonction publique) a de son côté garanti que le gouvernement était "ouvert au dialogue" et "au compromis", alors que des concessions ont été faites par l'exécutif, pour les policiers, les danseurs de l'Opéra, les marins ou les pilotes...

A l'unisson, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand (LREM) a lui aussi appelé au "compromis".

09h52: Les ministres viennent de quitter la place Beauvau pour se rendre à l'Elysée où va se tenir le premier Conseil des ministres de l'année

 

09h38: Depuis plusieurs minutes, un petit déjeuner entre les ministres a lieu place Beauvau avant le début du premier Conseil des ministres de l'année.

 

09h29: Avant les vacances de fin d'année, les enseignants étaient au centre de la contestation contre la réforme des retraites dont ils pourraient être les grands perdants. Une intersyndicale appelle ainsi à participer à la "nouvelle puissante journée de grève et de manifestations interprofessionnelles et intergénérationnelles" prévue jeudi 9 janvier.

09h23: Demain, le Premier ministre Édouard Philippe ouvrira une séance de discussions au ministère du Travail, à laquelle sont conviés les partenaires sociaux pour parler pénibilité et emploi des seniors. Elle se tiendra sous l'égide de Muriel Pénicaud (Travail) qui n'était jusqu'à présent que peu associée à cette réforme comme s'en est étonné le numéro un de la CGT Philippe Martinez.

Ce dernier a répété dimanche sur LCI qu'il souhaitait le retrait de ce "mauvais" projet. "Il est temps que le président et le Premier ministre sortent de leur bulle d'autosatisfaction", a-t-il estimé.

08h11: Il y  a désormais plus de 340 km de bouchons en Ile de France selon le dernier relevé communiqué à 8h

07h05: Deux-tiers des Français (66%) se disent opposés à la mise en place d'un âge pivot en dessous duquel il ne sera pas possible de partir avec une retraite à taux plein, dans le cadre de la réforme en cours, selon un sondage Elabe pour l'Opinion.

Les autres mesures de cette réforme recueillent en revanche l'approbation de la majorité des personnes interrogées: 54% (+2) sont favorables à la mise en place d'un régime de retraites par points et 65% (-2) à la suppression des 42 régimes existants dont les régimes spéciaux, selon ce sondage rendu public lundi. Au total, plus de la moitié (53%, -4) sont opposés à la réforme en l'état.

07h02: Déjà 240 kilomètres de bouchon en Ile de France ce matin

06h23: Les prévisions RATP et SNCF pour aujourd'hui

Le porte parole de la SNCF a annoncé, sur pratiquement toutes les grandes destinations depuis Paris (Rennes, Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Lyon, Lille), un trafic normal ou quasi normal."

Les prévisions de trafic à la SNCF  : comptez 8 TGV sur 10, 2 TER sur 3, 1 Transilien sur 2 et 8 Ouigo sur 10.

TGV

98 % des trains sont garantis sur l'axe Nord, avec un trafic normal sur Paris - Lille. 87 % des trains sont garantis sur l'axe Atlantique avec 9 trains sur 10 pour la ligne Paris-Bordeaux et 8 trains sur 10 sur Paris-Nantes. 84 % des trains partiront dans l'Est avec 9 trains sur 10 pour Paris-Strasbourg et 78 % des trains sur l'axe Sud-Est avec un trafic quasi normal sur la ligne Paris-Lyon-Marseille.

Le trafic TER en détails

La SNCF s'attend à "une forte amélioration" de l'offre TER avec 6 TER sur 10 en moyenne nationale (comprenant les cars de substitution). Des lignes fermées rouvreront lundi 6 janvier, notamment en Bourgogne-Franche-Comté, dans les Hauts-de-France, en Nouvelle Aquitaine (notamment entre Bayonne et Saint-Jean-Pied-de-Port), ainsi qu'en Occitanie.

Les RER 

RER A : 1 train sur 2 partira aux heures de pointe sur les branches Cergy-Poissy et un train par heure en heure creuse. L'interconnexion est assurée à Nanterre-Préfecture. RER B : 1 train sur 2 en moyenne. L'interconnexion est suspendue gare du Nord. RER C : L'ensemble des branches sont desservies toute la journée avec 2 trains sur 5 en moyenne RER D : Nord : les trains seront terminus origine Châtelet et tous les axes sont desservis avec 1 train sur 2 en heure de pointe et 1 train sur 3 en heure creuse. Pour le Sud, il faudra compter sur 1 train sur 3 sur les branches gare de Lyon-Corbeil et gare de Lyon-Melin. 1 train sur 5 sont à prévoir sur la ligne Corbeil Melun et Juvisy Malsherbes. L'interconnexion est suspendue entre Châtelet et la gare de Lyon. RER E : 1 train sur 2 en moyenne sur les axes Haussmann Chelle et Haussmann Villiers Tournan

Le trafic francilien en détails

Ligne H : 1 train sur 2 sur l’ensemble des axes. La liaison Creil - Persan - Valmondois - Pontoise est assurée partiellement en train et complétée par des bus. Ligne J : 2 trains sur 3 en moyenne sur l’ensemble des branches. Ligne K : 2 trains sur 3 sur Paris Crépy. En plus, il y aura des relations en bus entre Crépy et Mitry. Ligne L : 2 trains sur 3 sur l’ensemble des branches. Ligne N : 1 train sur 2 pour l’ensemble des axes sur la période 5h/22h. Ligne P : L’ensemble des branches sont desservies toute la journée avec 1 train sur 2 en moyenne. La desserte Meaux La Ferté-Milon est assurée en partie par des bus. Ligne R : 1 train sur 5 (trains Transilien et TER). Ligne U : 1 train sur 2 sur la période 6h/22h. Tramway 4 : Fréquence de 12 min sur toutes les branches de 4h30 à 1h30. Tramway 11 Service normal.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de popeye55
6/janvier/2020 - 22h45
Noodles1 a écrit :

S'ils prend les français pour des veaux ,j'opterais pour Marengo..:)

smileysmiley

Portrait de Noodles1
6/janvier/2020 - 21h58
popeye55 a écrit :

Êtes-vous sûr qu'il ne s'agit pas de la bataille d'Austerlitz ? :bigsmile:

S'ils prend les français pour des veaux ,j'opterais pour Marengo..smiley

Portrait de popeye55
6/janvier/2020 - 19h35
Panurge a écrit :

Pour notre empereur Macron cette réforme  se rapproche de plus plus vers la bataille de «Waterloo »

Êtes-vous sûr qu'il ne s'agit pas de la bataille d'Austerlitz ? smiley

Portrait de magnon
6/janvier/2020 - 17h08
Citoyen87 a écrit :

Ben voyons, les étudiants fainéants attendent les examens pour tenter de bloquer ceux qui ont bossé et qui sont déjà assez stressés à cause des grèves des tranports !

comme toujours

Portrait de geneve
6/janvier/2020 - 11h54

Etudiants, et déjà courageux !!!!!!!! La France de demain, plus occupé à manifester qu'à bosser !!! ça promet !!

Portrait de Panurge
6/janvier/2020 - 11h12

Pour notre empereur Macron cette réforme  se rapproche de plus plus vers la bataille de «Waterloo »