18/06 17:31

Le procès aux assises de cinq rugbymen, anciens joueurs de Grenoble jugés à Bordeaux dans une affaire de viol en réunion d’une étudiante, a été renvoyé à décembre prochain

Le procès aux assises de cinq rugbymen, anciens joueurs de Grenoble jugés à Bordeaux dans une affaire de viol en réunion d’une étudiante, a été renvoyé hier dès l’ouverture en l’absence d’un des accusés, blessé dans un accident. L’audience a été reportée à décembre (du 2 au 13).

Sept ans après les faits, survenus lors d’un après-match de Top 14 très alcoolisé en 2017, et à l’issue d’une longue procédure ponctuée de recours, la cour a fait droit à la demande de la défense de l’Irlandais Denis Coulson, dans l’incapacité de comparaître. « Il a subi un accident de la route extrêmement grave (le 12 juin, NDLR), il est hospitalisé », a déclaré à l’audience son avocate, Me Corinne Dreyfus-Schmidt, qui a évoqué plusieurs opérations après de « multitraumatismes ».

« Il ne peut pas envisager de mettre un pied par terre avant six semaines », a-t-elle ajouté. La plaignante, se déplaçant avec des béquilles, « est, elle, bien là, malgré une importante blessure à la cheville. Elle n’est pas contente du tout de ce renvoi mais n’en veut pas à la justice, elle veut tout simplement que justice soit faite », a réagi l’un de ses conseils, Me Anne Cadiot-Feidt. « On ne pouvait de toute façon pas faire sans Coulson. Sans lui cette affaire n’existerait pas et notre cliente n’aurait jamais été violée », a-t-elle affirmé.

Outre l’Irlandais aujourd’hui âgé de 30 ans, le Néo-Zélandais Rory Grice (34 ans) et le Français Loïck Jammes (29 ans) sont accusés de viol en réunion, tandis qu’un autre Irlandais, Chris Farrell (31 ans), et un autre Néo-Zélandais, Dylan Hayes (30 ans), sont poursuivis pour non-empêchement de crime. Tous comparaissaient libres.

Ailleurs sur le web

Vos réactions