08/04 14:02

A près de 100 jours des JO de Paris, l'ONG Surfrider Foudation met en garde contre l'état "alarmant" des eaux de la Seine, où doivent se tenir plusieurs épreuves olympiques, après avoir réalisé une campagne de prélèvements sur 6 mois

A près de 100 jours des JO de Paris, l'ONG Surfrider Foudation a mis en garde lundi contre l'état "alarmant" des eaux de la Seine, où doivent se tenir plusieurs épreuves olympiques, après avoir réalisé une campagne de prélèvements sur six mois.

Sur 14 mesures que l'association a effectuées entre fin septembre 2023 et fin mars 2024 sous les ponts Alexandre-III et de l'Alma, siège des futures épreuves de triathlon et nage en eau libre, treize se révèlent "au-dessus voire très largement au-dessus" des seuils recommandés pour la baignade.

Au regard de la directive européenne "baignade" de 2006 et des barèmes des fédérations de natation et de triathlon, les concentrations de deux bactéries indicatrices de contamination fécale, Escherichia coli et enterocoques, ne doivent pas dépasser les 1.000 unités formant colonie (ufc)/100 ml en E. coli et 400 ufc/100 ml en entérocoques. Au-delà, l'eau est considérée comme impropre à la baignade.

Les analyses effectuées par Surfrider, en partenariat avec le laboratoire Eau de Paris (le même que la mairie de Paris) et Analy-Co, "réalisées de façon aléatoire et avec un calendrier prédéfini afin de s'affranchir des conditions météorologiques (pluie, soleil, inondation...)", montrent des concentrations en E.coli régulièrement supérieures à 2.000 ufc/100 ml (maximum de 7.250 sous le pont de l'Alma le 7 février 2024) et à 500 ufc/100 ml pour les entérocoques (maximum de 1.190 le 7 février). La période analysée ne fait pas partie de celle envisagée pour la baignade en Seine, qui sera réservée aux mois d'été.

Néanmoins, d'autres analyses transmises début 2024 à l'AFP par la mairie de Paris avaient déjà montré qu'entre juin et septembre 2023, aucun des 14 points de prélèvement parisiens de l'eau n'avait atteint un niveau de qualité suffisant au regard des directives européennes.

Face à ces résultats "alarmants", Surfrider exprime ses "inquiétudes croissantes quant à la qualité des eaux de la Seine" et pointe les "risques" pour les athlètes, et au-delà pour les Franciliens, "à évoluer dans une eau contaminée".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stbx00
8/avril/2024 - 18h14

Mouais, le préfet a quand même expliqué les raisons de ces résultats. Le traitement de l'eau n'était pas du actif lors des prélèvements, il n'est même pas encore finalisé.

Il y a des mécanismes mis en place pour assainir l'eau au moment des JO. L'objectif n'est pas du tout de rendre la seine baignable toute l'année.

Portrait de Electro
8/avril/2024 - 17h10

Ce ne sera que l'une des multiples raisons du fiasco qui se prépare !

Cette arrogance va nous coûter très cher !

Portrait de Mollux
8/avril/2024 - 17h07
Beguin a écrit :

Ils vont attraper la mort

Ce en quoi le scorbut est dû à une carence hein...

Portrait de Beguin
8/avril/2024 - 23h20

Ils vont attraper la mort

Portrait de dede35
8/avril/2024 - 15h32

Pourquoi devrait-on s'en étonner . Il y a des choses plus impotante et plus grave que de s'occuper de patauger dans du lisier

Portrait de YVESM
8/avril/2024 - 14h31

Y a-t'il une ONG pour parler d'insécurité ?

Non.

Dommage.