18/02 13:02

Dossier : Le cinéma d'auteur français est contraint à l'introspection après les accusations d'emprise et de violences sexuelles lancées par des actrices contre des réalisateurs respectés

Le cinéma d'auteur français est contraint à l'introspection après les accusations d'emprise et de violences sexuelles lancées par des actrices contre des réalisateurs respectés qui ont selon elles bénéficié de la complaisance d'un système dans les années 80/90. "Le cinéma français tout entier, ou en tout cas une partie du cinéma français, de la presse qui parle de cinéma, validait, était complice", a lâché Judith Godrèche, sur France 5.

Ce milieu "a été moteur dans l'écrasement de la parole", a-t-elle renchéri dans Mediapart. Dans la foulée des mises en cause de Gérard Depardieu fin 2023, l'actrice de 51 ans a déclenché ce que beaucoup voient comme le grand MeToo du cinéma français. Vingt-cinq ans après, elle accuse de viols sur mineure deux réalisateurs chéris de la critique, Benoît Jacquot (77 ans) et Jacques Doillon (79 ans).

Elle accuse en outre M. Jacquot d'emprise, car il a entretenu durant plusieurs années, sans se cacher, une relation avec elle à partir de ses 14 ans. Les deux réalisateurs ont été mis en cause par d'autres actrices dans le journal Le Monde. Ils nient tous les faits qui leur sont reprochés.

Par ailleurs, dans L'Obs, l'actrice Sarah Grappin a accusé Alain Corneau, aujourd'hui décédé, de faits similaires dans les années 90. La veuve du cinéaste, la réalisatrice Nadine Trintignant, a démenti.

"Ce n'est jamais anodin d'entendre ces témoignages, à chaque fois qu'une affaire surgit, ça remue des traumatismes, même si je m'estime résiliente", déclare à l'AFP la comédienne Noémie Kocher. Elle avait déposé une plainte pour harcèlement sexuel contre le cinéaste Jean-Claude Brisseau, condamné en 2005 puis décédé en 2019.

Après l'avalanche d'accusations de ce début 2024, des institutions de la presse culturelle ont fait leur mea culpa. 

Judith Godrèche a également mis en cause le CNC (Centre national du cinéma), qui finance des projets de films via le mécanisme d'avance sur recettes. Elle a pointé le fait que des financements aient été accordés aux réalisateurs qu'elle a accusés. Contacté par l'AFP, le CNC a rappelé que les formations en matière de prévention des violences étaient désormais obligatoires pour obtenir les aides.

A partir du printemps, l'ensemble des équipes d'un film devra être formé avant que le tournage ne commence. Pour Nathalie Mann, de l'association AAFA (Actrices et acteurs de France associés), ces affaires posent la question de la place des femmes dans le cinéma.

"Ce sont des objets de désir qui sont là pour faire ressortir le génie masculin", estime-t-elle.

Cette association dispose d'une commission de soutien sur les violences sexistes et sexuelles. Elle a été créée en 2018, en pleine vague MeToo, déclenchée aux Etats-Unis par les accusations de viol contre le producteur Harvey Weinstein. "Tout était à faire à cette époque", se souvient Michel Scotto di Carlo, ex-président de l'AAFA.

"C'est un chemin long, les résistances sont en train de lâcher mais ça prend du temps". C'est pour "soulever cette chape de plomb" que le Festival international de films de femmes de Créteil est né en 1979, raconte sa cofondatrice Jackie Buet. "Ecrire l'histoire des femmes dans une profession comme le cinéma c'est bousculer les codes, notamment des médias", assène-t-elle en voyant dans la prise de parole de Judith Godrèche "la continuité de toutes les luttes féministes".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lannion
19/février/2024 - 15h06
Greenday2013 a écrit :

Elle accuse absolument tout le monde sauf ses parents qui ne s'occupaient pas d'elle.

Oui. Le monde des arts regorge de dégénérés. Ses propos ne m'ont pas surpris. L'attitude de ses parents si

Portrait de Greenday2013
19/février/2024 - 12h55

Elle accuse absolument tout le monde sauf ses parents qui ne s'occupaient pas d'elle.

Portrait de Bigareau
18/février/2024 - 14h24 - depuis l'application mobile

des institutions de la presse culturelle ont fait leur mea culpa. 
"des" articles indéfinis.
Ce serait juste de remonter aux modes de vie de cette époque que tous ces cultureux encourageaient juste après 68