05/02 18:02

Le géant mondial du lait Lactalis a proposé une augmentation de 15 euros par 1.000 litres de lait à ses producteurs pour les deux premiers mois de 2024, mais ces derniers l'ont refusée

Le géant mondial du lait Lactalis a proposé une augmentation de 15 euros par 1.000 litres de lait à ses producteurs pour les deux premiers mois de 2024, mais ces derniers l'ont refusée, selon le groupe industriel laitier et selon Les Echos. "Dans un esprit constructif, Lactalis France révise son prix de janvier en le portant de 405 EUR/1.000 L à 420 EUR/1.000 L en 38/32 et l'augmente de 15 EUR également en février à 420 EUR. Cet effort correspond à 15 EUR de plus que la formule contractuelle Unell-Lactalis", a indiqué Lactalis dans un communiqué. Le lait 38/32 est le standard du secteur et signifie 38 grammes de matière grasse et 32 grammes de matière protéique par litre.

Toutes primes confondues, cela porte la rémunération totale aux producteurs "à 460 EUR/1.000 L sur les deux premiers mois de l'année", fait valoir l'industriel. Mais selon Lactalis, l'Unell, qui représente plus de 4.000 exploitations laitières livrant plus de 2 milliards de litres de lait à Lactalis, a rejeté cette proposition. Contacté par l'AFP, l'Unell n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter ces informations. Selon les Échos, l'organisation de producteurs réclame une augmentation de 5%, contre les 3,7% proposés par Lactalis en guise de compromis. "Lactalis France poursuivra le dialogue avec l'Unell sous l'égide de la médiation", a confirmé Lactalis à l'AFP.

Mi-janvier, avant que les mobilisations nationales d'agriculteurs ne réclament entre autres de meilleurs revenus, des producteurs de lait avaient manifesté devant plusieurs sites Lactalis de l'ouest de la France pour dénoncer le prix de 405 euros pour 1.000 litres (soit 40 centimes le litre), fixé selon eux unilatéralement par le groupe et qui "ne tient pas compte du tout de la loi Egalim" qui prévoit "de la négociation et de l'intégration des coûts de production du lait sorti de nos fermes".

Actuellement, le prix du lait "est loin des besoins des éleveurs au regard de l'évolution des coûts de production et des investissements nécessaires pour maintenir leur activité et attirer des jeunes", avait dénoncé peu de temps auparavant la section laitière de la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles de l'Ouest (FRSEAO). Pour calmer la colère des agriculteurs, le Premier ministre Gabriel Attal a promis jeudi un "renforcement" de la loi Egalim, avec des "contrôles massifs" sur les industriels et les distributeurs, ainsi que des sanctions contre ceux qui ne respecteraient pas cette loi.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de FlexOffice
5/février/2024 - 22h19
JF_Lacour a écrit :

Halte à l'exploitation de ces pauvres vaches.

Combien sont elles payées alors que ce sont elles qui bossent et produisent le lait ? rien, nib, nada... 

Halte au proxénétisme paysan ! libérons les vaches.

COW POWER !!!!!!!!!!!!!!

Oh, la vache !!  smiley

Portrait de JF_Lacour
5/février/2024 - 19h43

Halte à l'exploitation de ces pauvres vaches.

Combien sont elles payées alors que ce sont elles qui bossent et produisent le lait ? rien, nib, nada... 

Halte au proxénétisme paysan ! libérons les vaches.

COW POWER !!!!!!!!!!!!!!

Portrait de seb2746
5/février/2024 - 19h00

Entre la façon de signer les contrats "sous la menace" et qu'il faudrait MINIMUM 450 euros/1000 litres pour commencer à vivre, Lactalis est TRES loin du compte.

Portrait de Darkskin
5/février/2024 - 18h03

C'était obligé