10/10 14:31

Des peines de quatre à huit mois de prison avec sursis requises à Paris à l'encontre de dix militants "antivax", jugés pour cyberharcèlement envers deux parlementaires et un médecin durant la pandémie en 2021

Des peines de quatre à huit mois de prison avec sursis ont été requises lundi à Paris à l'encontre de dix militants "antivax", jugés pour cyberharcèlement envers deux parlementaires et un médecin durant la pandémie en 2021. Quatre mois de prison ferme ont en outre été requis à l'encontre d'un onzième prévenu, déjà condamné en 2016.

Devant le tribunal correctionnel de Paris, la procureure a requis huit mois avec sursis à l'encontre de cinq prévenus, assortis d'un stage de citoyenneté et de 1.000 euros d'amende, et quatre mois avec sursis pour cinq autres, avec ce même stage. La magistrate, Marion Adam, a souligné le caractère "répété", "collectif" et "organisé" des faits reprochés, notamment des raids numériques.

Ces sept femmes et quatre hommes, de tous âges et horizons, ont comparu pour harcèlement moral après avoir participé à des raids numériques envers la députée Isabelle Rauch, la sénatrice Nicole Bonnefoy et le médecin hospitalier Michel Slama en 2021.

Tous échangeaient à l'époque sur le canal Telegram des "V_V", un groupe d'antivaccins né en Italie et réunissant des centaines de sympathisants en France. Des publications sur les réseaux sociaux, souvent favorables à la vaccination contre le Covid-19, leur étaient relayées, accompagnées de messages de haine.

Au cours du procès, la grande majorité des prévenus ont reconnu les faits et exprimé des regrets. Ils ont cependant nié toute volonté de nuire personnellement aux victimes, argument que la défense a à nouveau mis en avant lundi. Jugement attendu le 20 décembre.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions