06/04/2023 07:16

Colère des Insoumis et des écologistes après la décision de la commission des Lois de l'Assemblée nationale de ne pas discuter de la pétition appelant à dissoudre la BRAV-M malgré plus de 260.000 signatures

Déposée le 23 mars et signée par près de 264.000 personnes, la pétition appelant à dissoudre la BRAV-M a été classée par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, présidée par le député Renaissance Sacha Houlié. Les députés du camp présidentiel, de la droite et du RN se sont opposés à ce que le contenu de la pétition fasse l'objet d'un débat en séance publique, malgré l'insistance des députés de gauche

La pétition demandait la dissolution de cette brigade de binômes de policiers à moto, estimant que son «action participe de l'augmentation des tensions, y compris à l'encontre des forces de l'ordre». La comparant aux brigades de «voltigeurs», dissoutes en 1986 après la mort de Malik Oussekine, étudiant tué sous les coups de policiers lors d'une manifestation, la pétition enjoignait les autorités à stopper le «massacre».

«Le mot massacre à un sens», a rétorqué Eric Poulliat, rapporteur Renaissance. «On ne peut pas contester que des unités mobiles sont un complément utile aux traditionnelles brigades, dont les déplacements sont plus lents», a-t-il avancé.

«Les agissements fautifs de quelques agents appellent à des réponses fermes (mais) le comportement fautif de quelques agents ne peut pas conduire à remettre en cause l'utilité des BRAV-M», a-t-il poursuivi.

Chez les Insoumis, c'est la colère des Insoumis qui domine. "Quand vous avez 260.000 citoyens qui signent, qu'est-ce qu'il vous faut de plus ?», a  lancé l'Insoumis Ugo Bernalicis. 

«Nous sommes face à une brigade qui sème la terreur dans les rues de Paris, avait fustigé le député Insoumis Thomas Portes lors d’une conférence de presse. Nous demandons sa dissolution et nous avons de ce fait interpellé le ministre de l’Intérieur». L'Insoumis avait jugé que «le gouvernement, par sa non-réaction, était en train de couvrir celles et ceux qui, selon lui, sèment la terreur».

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ocarina
6/avril/2023 - 09h33
seb2746 a écrit :

"quelques agents", 182 jours d'interventions violentes avec des centaines de vidéos, 475 plaintes dont 22 journalistes.

Utilisation d'arme de guerre sur des civils désarmés, coups et blessures volontaires, tentative de meurtre avec arme... ils attendent quoi exactement ?

Et autant de vidéos ne montrant jamais ce qui s'est passé en amont (jetés de pavés , démolition de vitrines, etc..)

 

Portrait de seb2746
6/avril/2023 - 09h01

"quelques agents", 182 jours d'interventions violentes avec des centaines de vidéos, 475 plaintes dont 22 journalistes.

Utilisation d'arme de guerre sur des civils désarmés, coups et blessures volontaires, tentative de meurtre avec arme... ils attendent quoi exactement ?