23/10 11:31

La messagerie cryptée Telegram écope d'une amende de plus de 5 millions d'euros en Allemagne, faute d'avoir signalé des messages de haine

La messagerie cryptée Telegram a écopé d'une amende de plus de 5 millions d'euros en Allemagne, faute d'avoir signalé des messages de haine, a indiqué le ministère de la Justice.

"L'Office fédéral de la justice a émis deux amendes d'un montant de plusieurs millions d'euros à l'encontre de Telegram pour avoir enfreint les prescriptions de la loi sur la protection des données du réseau", a salué sur Twitter le ministère de la Justice.

L'amende s'élève à quelque 5,12 millions d'euros, a de son côté précisé l'Office fédéral.

Il est reproché à la messagerie cryptée d'avoir enfreint une loi de 2017 qui exige des réseaux sociaux et services de messagerie en ligne qu'ils signalent les messages de haine ou d'incitation à la haine.

"Nos lois s'appliquent à tous", s'est félicité sur Twitter le ministre de la Justice, Marco Buschmann.

"Les fournisseurs de services de messagerie et de réseaux sociaux ont une responsabilité particulière dans la lutte contre la haine et les appels à la violence sur ces plateformes", a-t-il souligné.

Propagation des théories complotistes voire appels au meurtre: la messagerie cryptée Telegram, particulièrement prisée des mouvements anti-vaccin, est depuis plusieurs mois dans le viseur des autorités allemandes, qui l'accusent de ne pas agir contre la diffusion des propos haineux.

Facebook avait ainsi annoncé en septembre la suppression de comptes, pages et groupes liés au groupuscule des "libres penseurs" en Allemagne, une mouvance hostile aux restrictions destinées à lutter contre le Covid-19.

En Allemagne, des voix se sont élevées cette année pour réclamer l'interdiction pure et simple de Telegram, messagerie créée en 2013 par les frères Nikolaï et Pavel Dourov, deux opposants au président russe Vladimir Poutine qui cherchaient à éviter la surveillance des services secrets de leur pays.

Des interdictions et des réglementations contre Telegram, dont le siège social est à Dubaï mais la société enregistrée aux Iles Vierges britanniques, paradis fiscal, existent déjà en Chine, Inde ou Russie.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Soulejack
23/octobre/2022 - 14h54

Poutine doit bien se marrer.