22/09 16:55

Guerre des influenceurs: Mediapart révèle dans une enquête que trois femmes ont porté plainte contre le rappeur Booba notamment pour "menaces", "diffamation" et "harcèlement"

Il y a quelques mois, le rappeur Booba a décidé de lancer une guerre contre la télé-réalité et en particulier les influenceurs. Mais surtout, l'artiste s'en prend régulièrement à Magali Berdah. Dans une longue enquête, Mediapart revient sur cette affaire, mais surtout, nos confrères font quelques révélations sur le rappeur.

Selon Mediapart, Magali Berdah ne serait pas la première femme à être la cible d'attaques récurrentes de la part de Bobba, citant notamment Demdem, la compagne de Gims, ou encore des personnes apparues sur les réseaux sociaux avec Magali Berdah. Et d'expliquer que l'artiste n'hésite pas à partager sur les réseaux sociaux des vidéos et des photos de ces cibles en les taguant.

Auprès de Mediapart, l'une de ces jeunes femmes témoigne. Il s'agit de Saliha, une cuisinière dont les plats ont déjà été photographiés et postés sur les story de Magali Berdah. La jeune femme explique: “Je reçois d’un coup des centaines de messages. Des menaces, des commentaires selon lesquels ce que je cuisine est dégueulasse et que je ne livre pas à temps”.

A nos confrères,  les avocats de Magali Berdah indiquent également que la patronne de Shauna Events aurait quant à elle déjà “reçu plus de 100 000 messages malveillants, dont des milliers de menaces de mort, de viol, de cambriolage et tout autant d’insultes à caractère sexiste ou antisémite”.

Mais surtout , Mediapart révèle que trois femmes ont porté plainte contre Booba : Adja Damba, alias Demdem, la compagne de Gims, pour “diffamation” en septembre 2021, puis pour “harcèlement moral” et “harcèlement sexuel” un an plus tard. Il y a également Steffy, la présidente de l’association Carl, qui lutte contre les violences intrafamiliales, qui a décidé d'attaquer le rappeur en juillet dernier pour “diffamation”.

Quant à Magali Berdah, elle a déposé plainte le 25 mai dernier contre Booba et contre X, pour “menaces de mort”, “diffamation”, “injure publique envers un particulier en raison de sa religion”, “appels téléphoniques malveillants” et “harcèlement moral”.

Contacté par Mediapart, l'entourage de Booba indique : “Vous vous rendez compte que ça n’a pas de sens, à moins de condamner Booba au silence complet ?” .

 Et ces derniers de préciser que concernant ses messages envers Magali Berdah, le rappeur ne fait que se moquer d’un système plus large : “Ce n’est pas Booba qui met en scène sa famille, son domicile, ses opérations de chirurgie esthétique. Booba le relève, s’en moque, et critique en cela la culture du vide promue par les influvoleurs. Sa critique ne se limite pas aux escroqueries, c’est un système qu’il attaque.”

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
23/septembre/2022 - 08h45

Il n'est toujours pas en prison malgré ses appels aux meurtres et viols de famille entière dont des enfants.... la justice et l'argent encore et encore.

A quel moment, on va réellement s'oqp de cette personne et ne plus laissé qq'un proférer de telles demandes ignobles ?

Ca ne remet pas en cause son combat contre les influenceur/ses mais on ne peut pas tout demander à ses "fans/décérébrés" pour ensuite dire "c'est pas moi".

Portrait de bozo75
22/septembre/2022 - 18h04

C'est sûr la vérité dérange . ces dames ont peur de perdre leur manne financière  en lobotomisant les esprits de gamins