17/04 17:21

Les équipes de Marine Le Pen expliquent que l'interdiction du voile dans la rue n'est pas une priorité : "D'abord nous allons fermer les mosquées salafistes, interdire le salafisme, et couper les financements"

Supprimer le voile dans la rie est-il la priorité de Marine Le Pen ? Non, répondent aujourd'hui les responsables du Rassemblement National alors qu'ils sont invités dans plusieurs médias.

Sébastien Chenu a précisé ce dimanche sur BFM que dans la lutte contre l'islamisme, l'interdiction du voile dans l'espace public "arrive après la fermeture des mosquées salafistes, l'interdiction du salafisme, et la coupure des financements" islamistes. "Quand on aura fermé les mosquées salafistes, coupé tous les financements, interdit le salafisme, croyez-moi on aura fait tomber 90% des voiles islamistes", a-t-il insisté.  "Le Parlement se saisira de cette question et apportera les réponses pratiques pour qu'effectivement la grand-mère de 70 ans qui porte son petit voile depuis des années ne soit pas concernée, car elle n'est pas la cible. La cible ce sont les islamistes".

Le vice-président du RN Jordan Bardella a pour sa part déclaré sur France Info que le voile "sera interdit dans l'ensemble des bâtiments publics, l'administration, et évidemment on donnera aux chefs d'entreprises la possibilité d'interdire les revendications politico-religieuses", faisant la distinction entre "le voile pour les Françaises qui sont arrivées issues de l'immigration dans les années 60-70" et "le voile devenu aujourd'hui un instrument de pression des fondamentalistes islamiques et une contestation de l'égalité entre les hommes et les femmes".

De son côté, le maire RN de Perpignan Louis Aliot assure dans le "Grand jury" (LCI-RTL-Le Figaro) que "si nous faisons pression sur l'islamisme radical, il y aura moins de femmes voilées dans les rues".

Dans la capitale alsacienne, mardi, Emmanuel Macron, interpellé sur son « féminisme » par une jeune femme voilée, a jugé « beau » que son interlocutrice qui déclare porter ce signe religieux « par choix », puisse lui poser une telle question. « C’est la meilleure réponse à toutes les bêtises que je peux entendre », a souligné le candidat taclant au passage Marine Le Pen.

Deux jours plus tard au Havre, il faisait mine d’interroger : « Il n’y a aucun pays au monde qui interdit le voile sur la voie publique, vous voulez être le premier ? » Un clin d’œil à l’électorat musulman qui a largement voté en faveur de Jean-Luc Mélenchon au premier tour (69 %) selon un sondage Ifop pour « La Croix ».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de carino
18/avril/2022 - 09h08

Dans une semaine on n'en parle plus ....quand Macron sera réélu .... 

l'avantage citoyens en votant  Macron est 30 minutes de sport pour les plus petits , la retraite à 65 ans, desfiscalisation et complexité des dossiers successions, recruter 50 k soignants pour depanner ceux qui ont été viré , rsa conditionné , investissement dans l'armée ,  ...enfin bref quasi rien pour les salariés ...  la continuité de ce qui se fait maintenant .... 

 

Portrait de Paprium
17/avril/2022 - 21h46

Les gauchistes adorent les mosquées salafistes. Un vieu fantasme....

Portrait de YVESM
17/avril/2022 - 17h38

12 ans de Macron supplémentaires.

Non, merci.