21/02 16:31

Le site d'information malaisien Malaysiakini condamné à une forte amende de 120.000 dollars pour outrage à la justice

  Par M. Jegathesan

Le site d'information malaisien Malaysiakini a été condamné à une forte amende de 120.000 dollars pour outrage à la justice, ajoutant aux inquiétudes croissantes pour la liberté de la presse dans le pays d'Asie du Sud-Est. Le site était poursuivi pour des commentaires critiques envers la justice malaisienne postés par cinq internautes sous l'un de ses articles. Les autorités ont estimé que ces commentaires pouvaient saper la confiance du public dans le système judiciaire et intenté des poursuites contre le site qui a une large audience en Malaisie.

Un collège de juges l'a reconnu vendredi coupable d'outrage à la justice et l'a condamné à une amende de 500.000 ringgits (120.000 dollars), soit plus du double de ce qu'avait requis le parquet. Les commentaires publiés sur le site étaient "répréhensibles" et contenaient des "allégations de corruption non prouvées et fausses", a indiqué la juge Rohana Yusuf en prononçant le jugement devant le tribunal fédéral de la capitale administrative Putrajaya. Le rédacteur en chef et fondateur de Malaysiakini, Steven Gan, qui risquait une peine de prison, a été relaxé. "La forte amende prononcée contre nous n'est pas seulement une tentative de nous faire taire, mais aussi de nous faire fermer", a-t-il déclaré à des journalistes.

Malaysiakini est l'un des principaux sites d'informations du pays et a publié de nombreux articles sur des scandales de corruption impliquant des responsables politiques. Il a largement couvert le détournement de milliards de dollars du fonds souverain 1MDB qui a amené l'ex-Premier ministre Najib Razak et ses proches devant la justice. Phil Robertson, directeur adjoint de l'ONG Human Rights Watch pour l'Asie, a estimé que le jugement était "une violation manifeste de la liberté d'expression et des médias".

L'ambassade américaine de Kuala Lumpur s'est déclarée inquiète pour "l'impact que cela aura sur la liberté de la presse en Malaisie". Les ambassadeurs canadiens et britanniques ont aussi fait part de leur préoccupation. Les signes d'un recul de la liberté d'expression se multiplient en Malaisie depuis la chute du gouvernement de Mahathir Mohamad l'an dernier et l'arrivée au pouvoir, sans élections, d'une coalition qui avait été impliquée dans le vaste scandale de corruption 1MDB. L'an dernier, la chaîne de télévision Al Jazeera avait fait l'objet d'une enquête après avoir diffusé un documentaire sur des migrants qui avait déclenché les protestations du gouvernement.

Ailleurs sur le web

Vos réactions