26/10 19:25

Coronavirus - Voici les 3 scénarios privilégiés par Emmanuel Macron pour les prochains jours avec plusieurs options : Avancer le couvre-feu, un confinement le week-end, fermeture des écoles, télétravail obligatoire...

18h33: Face à la dégradation de la situation sanitaire, Emmanuel Macron et Jean Castex ont décidé de durcir le dispositif en place lors d'un déjeuner ce lundi. Ils officialiseront leurs décisions à l'issue de deux Conseils de défense, prévus mardi et mercredi. Et selon Le Figaro, trois hypothèses sont sur la table: 

.

1) Couvre-feu à 19H en semaine et confinement le week-end

.

2) Avancer le couvre-feu et fermer lieux recevant du public dont universités dans les zones d'alerte maximale

.

3) Reconfinements locaux de 2 à 4 semaines

.

17h48: Le président de la République réunira un conseil restreint de défense demain matin et un mercredi , pour évoquer la situation sanitaire annonce l'Elysée. A l'issue de ce conseil de défense, le Premier ministre consultera les forces politiques à 17h30 (présidents des deux chambres, les chefs de partis, les présidents des groupes parlementaires et les présidents des principales associations d’élus), puis les partenaires sociaux à 19h30.

16h51: L'Agence régionale de Santé (ARS) du Grand Est a annoncé lundi avoir demandé à tous les établissement de santé de déclencher le "plan blanc" pour "faire face au rebond épidémique significatif".

Cette demande, adressée vendredi aux établissements, est justifiée par la "situation sanitaire exceptionnelle", souligne l'ARS dans un communiqué.

Le plan blanc avait déjà été activé au niveau régional par l'ARS d'Ile-de-France. Il a également été activé de manière plus localisée à Lille, Lyon, Grenoble ou Saint-Etienne.

Selon les données de Santé Publique France, le taux d'incidence hebdomadaire au 22 octobre s'élevait à 465,9 cas pour 100.000 habitants dans la métropole strasbourgeoise, soit un chiffre supérieur à celui de la métropole du Grand Paris (444,8) ou de Marseille (465,5).

Les chiffres enregistrés pour les agglomérations de Metz (337,5) et Nancy (297) sont également supérieurs au seuil d'alerte maximale, fixé à 250 pour 100.000 habitants.

16h12: La Catalogne, dans le nord-est de l’Espagne, a indiqué réfléchir à un éventuel confinement de la population à domicile le week-end tandis que la région voisine d’Aragon a décidé de boucler son territoire, dans un pays déjà sous le coup d’un couvre-feu nocturne.

« C’est un scénario qui est sur la table, puisque c’est pendant les week-ends qu’il y a le plus d’interactions sociales », a déclaré la porte-parole du gouvernement régional de Catalogne Meritxell Budo, sur la radio publique catalane.

« Nous devons éviter le confinement total comme au mois de mars, à moins que cela ne devienne absolument nécessaire et que cela soit la seule option. Nous devons donc envisager d’autres scénarii et l’un d’entre eux serait celui-ci », a-t-elle ajouté.

La région voisine d’Aragon, peuplée de 1,3 million de personnes, a quant à elle annoncé lundi son bouclage partiel à partir de mardi. Les entrées ou sorties de son territoire ne seront donc autorisées que pour des raisons « justifiées » (comme aller travailler ou se faire soigner par exemple), a-t-elle indiqué sur son compte Twitter.

Dans le nord-ouest du pays, la région des Asturies doit, elle, décider lundi après-midi si elle adopte une mesure similaire.

Un bouclage est déjà en vigueur dans les régions de Navarre ou de la Rioja (nord) mais aussi dans de nombreuses villes comme Saragosse en Aragon ou Salamanque en Castille-et-Léon.

La capitale du pays, Madrid, et huit communes de sa périphérie ont été également soumises depuis début octobre et jusqu’à samedi à un tel bouclage, qui avait donné lieu à un bras de fer entre autorités régionales et gouvernement central.

15h39: Une dizaine de ministres sont conviés mercredi soir à Matignon pour une réunion consacrée à l'urgence sanitaire, selon BFMTV. "Cette réunion devrait être précédée d'un nouveau Conseil de défense, qui serait envisagé ce mercredi matin", expliquent nos confrères.

15h11: La colère montait lundi en Italie en raison des nouvelles mesures introduites face à la progression de l’épidémie de Covid-19 pour «sauver Noël», tandis que plusieurs pays durement touchés ont imposé des couvre-feux afin d’éviter de nouveaux confinements généralisés de la population.

La décision du Premier ministre italien Giuseppe Conte de fermer les restaurants et les bars à partir de 18 heures (17H00 GMT) et tous les théâtres, cinémas et salles de sport pendant un mois a été qualifiée de «déclaration d’échec» par ses détracteurs et a poussé les scientifiques à se demander si cela suffirait à endiguer la propagation du virus.

Alors que la maladie continue à s’étendre à travers l’Europe, l’Espagne a imposé un nouvel état d’urgence et des couvre-feux nocturnes et le gouvernement régional de la Catalogne (nord-est) réfléchit même à un éventuel confinement pendant les week-ends.

La France a quant à elle établi un nouveau triste record quotidien avec plus de 52.000 cas supplémentaires de Covid-19. La perspective d’un nouveau confinement y prend corps face à une deuxième vague «brutale» qui pourrait même être «plus forte que la première», s’est alarmé Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement.

En Allemagne, le parti conservateur d’Angela Merkel a annoncé le report de son congrès de début décembre devant élire un nouveau président et potentiel candidat à la chancellerie en 2021, faute de pouvoir réunir ses délégués en raison d’une aggravation de la pandémie.

Et en Belgique, où le nombre des contaminations a triplé en cinq semaines, passant à 321.031 cas, les vacances scolaires de la Toussaint ont été prolongées et les écoles contraintes de s’adapter à la forte progression du virus pour ne pas risquer d’aggraver une situation déjà «dramatique» dans les structures de soins.

La pandémie a fait au moins 1.155.301 million de morts dans le monde depuis fin décembre et plus de de 43.080.500 millions de cas ont été diagnostiqués, selon un comptage de l’AFP.

Certains voient le bout du tunnel, mais pas tous : Melbourne, la deuxième plus grande ville d’Australie, devrait ainsi sortir de son confinement cette semaine après près de quatre mois de restrictions qui ont coûté très cher.

En revanche, les États-Unis ont connu un nombre record de nouveaux cas de Covid-19 ce week-end, le candidat démocrate à la présidence, Joe Biden, accusant le gouvernement du président Donald Trump d’agiter «le drapeau blanc de la défaite» après avoir admis qu’il «n’allait pas contrôler la pandémie».

En Italie, M. Conte a pour sa part déclaré espérer que les nouvelles restrictions impopulaires, qui portent un coup sévère à des secteurs déjà durement touchés après un strict confinement national ce printemps, «nous permettront d’être plus sereins d’ici Noël», tout en avertissant que les célébrations festives seront encore hors de question en fin d’année.

«Arrêtez ! Nous avons pris un décret pour vous sauver !», lançait lundi le chef du gouvernement italien au père Noël s’apprêtant à se suicider, dans un dessin satirique en Une du principal quotidien de son pays, le Corriere della Sera.

Mais le scepticisme est de mise en Italie, où des heurts ont éclaté entre forces de l’ordre et opposants au couvre-feu à Naples et à Rome ces derniers jours.

«Avec ces nouvelles restrictions, on va fermer. Notre établissement ne se trouve pas dans un centre-ville, nous sommes en province, nos clients viennent le soir ou pendant le weekend», a déclaré à l’AFP Giuseppe Tonon, 70 ans, propriétaire d’un restaurant à Oderzo, un petit village du nord-est.

La photo de M. Tonon devant son établissement, résigné et déprimé avec un masque de protection pendant d’une oreille, a été postée par sa fille sur Facebook et a fait le tour des réseaux sociaux dans la péninsule.

Selon le syndicat FIPE-Confcommercio, les nouvelles mesures italiennes coûteront environ 2,7 milliards d’euros supplémentaires au secteur de la restauration.

14h10: La fréquence des transports en commun en Ile-de-France va diminuer après 21h dès mercredi en raison du couvre-feu. L'annonce a été faite par Ile-de-France Mobilités dans un communiqué.

Depuis la mise en place du couvre-feu entre 21h et 6h décidée par le gouvernement, Îlede-France Mobilités a fait le choix de maintenir l’offre de transport à 100% sur l’ensemble de l’Île-de-France afin de laisser le temps aux Franciliens de s’organiser.

Au regard du très faible trafic constaté cette semaine, et après avoir consulté les associations de voyageurs, Île-de-France Mobilités a demandé aux opérateurs de transport (RATP, SNCF et Optile) de procéder à des adaptations de service, conformes aux préconisations des associations:

- L’amplitude horaire d’ouverture demeure inchangée pour ne pas pénaliser les Franciliens ayant l’obligation de se déplacer tôt le matin ou tard le soir ; 

- L’offre de transport sera maintenue à 100 % de l’ouverture jusqu’à 21h ; 

- Des renforts ponctuels d'offre entre 20h et 21h sur certaines lignes en fonction de l’affluence constatée ;

- Une adaptation de l’offre de transport sera mise en place, à partir de 21h, à la fin de service dès le mercredi 28 octobre afin de tenir compte de la très forte réduction du nombre passagers.

11h01: Le maire PS de Dijon, François Rebsamen, 69 ans, a annoncé ce matin avoir été testé positif au Covid-19 mais être asymptomatique. «Après avoir été testé, je suis positif au Covid 19 (asymptomatique)», a écrit l'ancien ministre de François Hollande sur sa page Facebook.

«Je respecte les consignes sanitaires et suis à l'isolement pour quelques jours encore. Je travaillerai donc en visio», a-t-il ajouté.


09h50: Le confinement va finalement être levé à Melbourne, trois mois après y avoir été imposé pour endiguer la deuxième vague épidémique, ont annoncé les autorités, aucun nouveau cas de coronavirus n’ayant été enregistré ces 24 dernières heures dans l’Etat du Victoria.

L’obligation de rester à son domicile sera levée dans la nuit de mardi à mercredi, et les restaurants, salons de beauté et commerces pourront de nouveau accueillir des clients.

L’Etat du Victoria, dont Melbourne est la capitale, vient pour la première fois depuis début juin de n’enregistrer aucun nouveau cas en 24 heures.

Alors que le pays avait été relativement efficace pour contenir la première vague de coronavirus, Melbourne a connu cet été une flambée de cas, en raison de négligences dans les hôtels où les personnes revenant de l’étranger effectuaient leur quarantaine.

Annonçant la levée tant attendue des restrictions, le Premier ministre de l’Etat Daniel Andrews a parlé d’une « journée pleine d’émotion ».

« C’est une année très difficile, les habitants du Victoria ont beaucoup donné et je suis fier de chacun d’entre eux », a déclaré aux journalistes M. Andrews.

Les cinq millions d’habitants de Melbourne ont été soumis cet été à des restrictions drastiques, notamment un couvre-feu nocturne qui a été levé fin septembre au bout de près de deux mois.

Les habitants étaient par ailleurs tenus de rester chez eux et ne pouvaient se déplacer que dans un rayon de cinq kilomètres pour un certain nombre d’activités clairement définies.

Certaines restrictions ont été levées la semaine dernière, les habitants étant autorisés à jouer au golf ou à aller chez le coiffeur.

Et la pression était forte en faveur d’une levée plus vaste des restrictions dans le contexte de la chute du nombre de cas.

09h29: Le point sur la situation ce matin

L’Italie ou encore la France ont enregistré dimanche de nouveaux records de contaminations au coronavirus dans une Europe qui tangue face à la deuxième vague de la pandémie, contraignant à de nouveaux tours de vis, comme en Espagne avec l’instauration du couvre-feu.

Au niveau mondial, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé dimanche avoir enregistré samedi un nouveau record mondial de contaminations par le coronavirus pour la troisième journée consécutive, l’hémisphère Nord étant particulièrement touché. Selon les statistiques mondiales de l’OMS, 465.319 cas ont été confirmés samedi, contre 449.720 vendredi et 437.247 jeudi.

Face à une situation sanitaire jugée «extrême», le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé dimanche l’instauration d’un état d’urgence sanitaire jusqu’à début mai, et d’un couvre-feu dans tout le pays de 23H00 à 6H00, à l’exception des îles Canaries.

Il s’agit du deuxième état d’urgence décrété en Espagne, après celui instauré en mars pour contrer la première vague de la pandémie et qui avait duré jusqu’en juin.

Ce pays a franchi cette semaine le cap du million de cas de Covid-19 et fait face à une recrudescence en apparence incontrôlable de la pandémie. Le nombre des morts est proche des 35.000.

«Restons chez nous autant que possible (...)Plus nous restons à la maison, plus nous sommes protégés et plus les autres le sont», a lancé le Premier ministre.

Aux Etats-Unis, le chef de cabinet de Donald Trump à la Maison Blanche a estimé que les Etats-Unis n’allaient «pas contrôler la pandémie».

«Voilà ce que nous allons faire. Nous n’allons pas contrôler la pandémie, nous allons contrôler le fait qu’on puisse avoir des vaccins, des traitements et d’autres moyens d’atténuer» la maladie, a dit Mark Meadows.

«Ce n’était pas une erreur de Meadows», a dénoncé le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden dans un communiqué : «C’était un constat honnête de la stratégie du président Trump depuis le début de la crise: agiter le drapeau blanc de la défaite».

Le couvre-feu a déjà été instauré dans plusieurs pays européens, dont une partie de la France, où là aussi, l’épidémie a battu un nouveau record avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures pour un total de 34.761 morts depuis le début de l’épidémie.

En Italie, trois régions l’ont adopté ces derniers jours, celles de Rome (Latium), Milan (Lombardie) et Naples (Campanie). Au moins deux autres, le Piémont et la Sicile, leur emboiteront le pas dans la semaine.

Car la pandémie ne faiblit pas dans le premier pays européen à avoir été durement touché au printemps. Avant un nouveau record de contaminations annoncé dimanche - 21.273 nouveaux cas en 24 heures, pour un total de plus de 525.000 cas et 37.000 morts - le gouvernement avait dû serrer à nouveau la vis.

Cinémas, théâtres, salles de gym et piscines vont fermer dès lundi et jusqu’au 24 novembre. Les bars et les restaurants devront cesser de servir après 18H00, et 75% des classes dans les lycées et universités se tiendront en ligne.

«L’objectif est clair : garder la courbe de contagion sous contrôle, car c’est le seul moyen de pouvoir gérer la pandémie sans être submergés», a expliqué dimanche le Premier ministre Giuseppe Conte.

Des mesures néanmoins pas toujours bien acceptées. Dans la nuit de samedi à dimanche, des dizaines de manifestants d’extrême droite protestant contre le couvre-feu ont affronté des policiers dans le centre historique de Rome.

08h38: La situation face au Covid est «difficile, voire critique», a estimé lundi Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, estimant qu’il faudrait au minimum durcir et étendre le couvre-feu face à une deuxième vague épidémique «brutale».

«On est dans une situation difficile, voire critique. (...) On avait prévu qu’il y aurait cette deuxième vague, mais nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours», a déclaré le professeur Delfraissy sur RTL.

«La deuxième vague va probablement être plus forte que la première», a-t-il craint, en relevant que «beaucoup de nos concitoyens n’ont pas encore pris conscience de ce qui nous attend».

Il a estimé que le chiffre réel des cas devait être «autour de 100.000 par jour», alors que les cas confirmés ont atteint ces derniers jours des chiffres record, dépassant dimanche la barre des 50.000 en 24 heures pour la première fois depuis le début des tests massifs.

Selon lui, il y a «deux hypothèses» pour tenter de juguler cette deuxième vague.

La première est «d’aller vers un couvre feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le weekend». Après «10 à 15 jours (...) on pourrait regarder la courbe des nouvelles contaminations (...) et si on n’est pas dans la bonne direction, aller vers le confinement».

La deuxième hypothèse est «d’aller directement vers un confinement, moins dur que celui du mois de mars, qui permette à la fois le travail, qui évidemment s’accentuerait en terme de télétravail, qui permettrait probablement de conserver une activité scolaire et qui permettrait aussi de conserver aussi un certain nombre d’activités économiques, qui pourrait être de plus courte de durée et qui serait suivi de conditions de déconfinement très particulières, puisqu’on déconfinerait en passant par un couvre feu».

«Plus on prendra des mesures rapidement, plus (elles) auront une certaine forme d’efficacité», a-t-il insisté, tout en soulignant que le Conseil scientifique, chargé d’éclairer les choix de l’exécutif, «ne préconise rien, nous mettons sur la table les deux grandes stratégies qui sont possibles». Il s’agit de «décisions éminemment politiques», a-t-il relevé.

«Cette vague elle est en train d’envahir l’Europe (...) elle va durer plusieurs semaines, voire un ou deux mois», a-t-il poursuivi, tout en refusant de se prononcer sur la situation lors des fêtes de fin d’année: «On verra pour les vacances de Noël».

07h07: L'épidémie de Covid-19 a battu hier un nouveau record en France avec 52.010 nouveaux cas positifs enregistrés en 24 heures, tandis que le nombre de malades en réanimation a continué de progresser, dépassant les 2.500, selon les chiffres de Santé publique France. La veille, le pays avait enregistré plus de 45.000 nouveaux cas, et franchi vendredi le cap du million de cas confirmés depuis le début de l'épidémie. Le nombre de décès attribuables à la maladie s'est élevé à 116 pour la journée de dimanche, portant le bilan total depuis le début de l'épidémie à 34.761 morts.

Dans les hôpitaux, 191 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation au cours des dernières 24 heures portant le nombre total de patients actuellement hospitalisés dans un service de réanimation à 2.575 (soit 84 de plus que la veille). Le nombre de lits en réanimation est actuellement d'environ 5.800 mais il pourrait monter selon le ministre de la Santé Olivier Véran à 7.700 en moins de 15 jours.

Lors du pic de l'épidémie au printemps, plus de 7.000 patients atteints par le nouveau coronavirus se trouvaient en réanimation. Le taux de positivité des tests poursuit sa progression, atteignant 17%, contre 16% la veille, et seulement 4,5% début septembre. Par ailleurs 1.298 nouveaux malades du Covid ont été hospitalisés ces dernières 24 heures, portant le nombre total d'hospitalisations dans le pays à 16.454.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Azrael68
27/octobre/2020 - 10h26 - depuis l'application mobile

Quand je dis que Leclerc , Auchan et compagnie auront des passes droit , sont des grandes surfaces qui accueillent beaucoup de monde et ces groupes ont tellement d’argent qu’ils pourraient aisément se passer de quelques semaines de chiffres, ce qui n’est pas le cas de nos commerces de proximité. Donc si il doit y avoir un re confinement, je pense qu’une dérogation d’ouverture ne devrait être accorder qu’au petits commerces de proximité alimentaire (boucher, boulangerie, maraîcher...) mais certainement pas à ces grands groupes qui ne font pas que de l’alimentaire ou des produits de première nécessité.!

Portrait de Sorj
27/octobre/2020 - 09h46
FAST a écrit :

Non, je penche plutôt pour le tricot pour toi, étant donné ton QI... Au fait c'est quoi être dessué, fait moi une explication de texte... En anglais si tu veux, c'est bien ma langue natale

Plusieurs générations de femmes ont tricoté tout au long de leurs vies pour habiller leurs familles.

Si elles, ne méritent pas votre mépris, en revanche vous, méritez bien le leur.

Portrait de COLIN33
27/octobre/2020 - 08h07 - depuis l'application mobile

il serait temps !!!

Portrait de Cl
27/octobre/2020 - 06h37

Il faut qu'il soit énergique sinon ça recommencera 

Portrait de seb2746
26/octobre/2020 - 23h45

19h.... travail et crève...

Et pour ceux qui se retrouvent sans rien avec des prix qui seront augmentés de 45% dans les hyper, c'est la mort assuré... génial le projet Macroniste.

Portrait de BREIZ Mike
26/octobre/2020 - 22h02

On est mal barré!

Portrait de lily6228
26/octobre/2020 - 21h40
Azrael68 a écrit :
Un nouveau confinement et c’est la part des petites entreprises. Celles qui ont tenues les chocs du premier ne survivront pas au deuxième ! Il dit qu’il faut fermer les établissements recevant du public..... tiens donc Leclerc en fait partie, comme carrefour, U, Cora, Auchan....... ils vont fermer eux ? J’y crois pas une seconde ! Tous ces grands groupes aux jeux aurons multi millionaire ne risque rien ... des potes à Macron qui vont avoir des passes droit ! Comme d’habitude

Oui fermons les supermarchés et crevons tous de faim, comme ça, ça sera réglé...

Portrait de Sébastien31
26/octobre/2020 - 20h32 - depuis l'application mobile

bientôt le chômage mais ça tout le monde s'en fou... c'est vrai il a plus grave que de se demander comment on va payé ces factures...

Portrait de hummerH2
26/octobre/2020 - 20h20
Azrael68 a écrit :
Un nouveau confinement et c’est la part des petites entreprises. Celles qui ont tenues les chocs du premier ne survivront pas au deuxième ! Il dit qu’il faut fermer les établissements recevant du public..... tiens donc Leclerc en fait partie, comme carrefour, U, Cora, Auchan....... ils vont fermer eux ? J’y crois pas une seconde ! Tous ces grands groupes aux jeux aurons multi millionaire ne risque rien ... des potes à Macron qui vont avoir des passes droit ! Comme d’habitude

Manifestement vous faites une confusion entre les établissements recevant du public et les commerces de produits de première nécessité.

Portrait de Azrael68
26/octobre/2020 - 20h01 - depuis l'application mobile

Un nouveau confinement et c’est la part des petites entreprises. Celles qui ont tenues les chocs du premier ne survivront pas au deuxième ! Il dit qu’il faut fermer les établissements recevant du public..... tiens donc Leclerc en fait partie, comme carrefour, U, Cora, Auchan....... ils vont fermer eux ? J’y crois pas une seconde ! Tous ces grands groupes aux jeux aurons multi millionaire ne risque rien ... des potes à Macron qui vont avoir des passes droit ! Comme d’habitude

Portrait de Azrael68
26/octobre/2020 - 20h01 - depuis l'application mobile

Un nouveau confinement et c’est la part des petites entreprises. Celles qui ont tenues les chocs du premier ne survivront pas au deuxième ! Il dit qu’il faut fermer les établissements recevant du public..... tiens donc Leclerc en fait partie, comme carrefour, U, Cora, Auchan....... ils vont fermer eux ? J’y crois pas une seconde ! Tous ces grands groupes aux jeux aurons multi millionaire ne risque rien ... des potes à Macron qui vont avoir des passes droit ! Comme d’habitude

Portrait de SergeBidou
26/octobre/2020 - 14h46
COLIN33 a écrit :
il faut interdire les voyages inutiles, surtout relatifs aux congés. ce sont les pauvres les personnes âgées qui restent chez eux qui succomberont a ce maudit virus, il n'y a que le confinement qui permettra de vaincre ce virus.......

votre message est une contradiction de malade dans tous les sens , vive l'ecole !

le mot interdire devrait être interdit ! 

 

Portrait de COLIN33
26/octobre/2020 - 13h34 - depuis l'application mobile

il faut interdire les voyages inutiles, surtout relatifs aux congés. ce sont les pauvres les personnes âgées qui restent chez eux qui succomberont a ce maudit virus, il n'y a que le confinement qui permettra de vaincre ce virus.......

Portrait de seb2746
26/octobre/2020 - 12h58

Comment croire un gars mis là par un gouvernement et anti-Raoult, un Parisien ami du pouvoir entre Parisiens...

Demain il va certainement nous sortir un chiffre du chapeau, qu'il faudra 5 jours à prouver qu'il était faux, comme les chiffres du jour qui comptabilisent TOUT sans distinction....

 

Portrait de auriol64
26/octobre/2020 - 12h39
eneyto a écrit :

avec le chiffre qui a énoncé il n 'y a pas que les hôpitaux qui vont être saturés mais les cimetières aussi  malheureusement on en parle pas

Les prêtres s'y préparent et font déjà chauffer la soutane!

Portrait de Oceane Climpont
26/octobre/2020 - 12h34

Je suivrai pas ses conseils santé,je veux pas avoir une sale gueule comme lui !

Portrait de Zingwal
26/octobre/2020 - 11h54

Le brave homme à une figure en très mauvaise santé,je lui conseil de ne pas suivre les conseils de Big Pharma !

Ps:étant très occupé,je lui présentes dès maintenant mes condoléances !

Portrait de eneyto
26/octobre/2020 - 11h51

avec le chiffre qui a énoncé il n 'y a pas que les hôpitaux qui vont être saturés mais les cimetières aussi  malheureusement on en parle pas

Portrait de air libre
26/octobre/2020 - 11h41

l'état a dit le masque ne sert à rien, puis il faut en porter mais il n'y en avait pas, puis on va vous mettre un pv si vous n'en portez pas, puis il faut se faire vacciner contre la grippe, 5 jours après la mise en vente du vaccin il n'y en a plus en pharmacie et ils ne savent pas quand ils seront livrés...... ça c'est un gouvernement de choc !

Portrait de Zingwal
26/octobre/2020 - 11h38
hans a écrit :

Si j'en crois mr défraîchis, à 100000 cas par jour, dans deux mois et demi toute la population française aura eu le covid. 

C'est vrai,depuis je me sent malsmiley

Portrait de Zingwal
26/octobre/2020 - 11h29
Zingwal a écrit :

♫Moi je construit des marionettes♪

                                  

Portrait de Zingwal
26/octobre/2020 - 11h29

♫Moi je construit des marionettes♪

                                  

Portrait de Zingwal
26/octobre/2020 - 11h29
hamilton a écrit :

Reprenez votre calculette, car manifestement, la table des multiplications, c'est pas votre truc !!! :bigsmile:

Portrait de hamilton
26/octobre/2020 - 11h25
hans a écrit :

Si j'en crois mr défraîchis, à 100000 cas par jour, dans deux mois et demi toute la population française aura eu le covid. 

Reprenez votre calculette, car manifestement, la table des multiplications, c'est pas votre truc !!! smiley

Portrait de Professeur Lefebvre
26/octobre/2020 - 10h20

Ce gars est fou,mais je pense qu'il est plutôt du côté du NWO pour instituer la dictature mondiale, et l'arme c'est le covid avec touts ces chiffres traffiquéssmiley

Portrait de Bien Fait
26/octobre/2020 - 10h13

En conclusion, et malgré les dénégations, on est à quelques semaines d'un reconfinement qui nous libèrera vers la mi décembre, puis d'un autre confinement vers février/mars. Après peut être, peut être, qu'on se contentera d'un nouveau couvre feu jusqu'à l'été...

 

 

Portrait de djbaxter
26/octobre/2020 - 09h25
Angelussauron a écrit :

 

C'est mieux de sauver l'économie. Car le pourcentage de personnes en réanimation par rapport à ceux qui l'ont est faible. Maintenant on paye la politique de négligence et des baisses de budgets dans les hôpitaux.

Quand on dit après la 1ere vague qu'il y aura 12000 lits de réanimation (ce qui aurait pu être suffisant pour passer cette 2eme vague) et qu'il y en a au alentour de 6000, il est là le réel soucis ce n'est pas la covid.

Tous ces médecins du conseil scientifique ne s'alarment pas du tout de la maladie en elle même mais de la surcharge des hôpitaux.

Pour avoir revu des archives de journaux télévisés depuis 2015 (France2, France3, M6, TF1...) , on peut aussi rappeler que tous les automnes depuis plusieurs années, les hôpitaux déclarent publiquement être en surcharge à cause de la grippe : patients dans le couloir, transferts de patients entre départements.

Donc là avec le Covid-19 en plus, qui s'étonnera que les hôpitaux soient de nouveau mis en charge et quasi saturés dans certains départements ?

Ce qui est vraiment étonnant, c'est qu'on n'ait pas augmenté les recrutements puis les lits ouverts. Former des infirmières, çà prend 3 ans, des aide-soignants 1 an environ..

Donc s'ils n'avaient pas laissé l'hôpital dans la merde volontairement pour faire des économies, on n'en serait pas là à payer en centaines de milliards les coûts de l'après- confinement d'une part, et d'autre part on pourrait absorber l'arrivée actuelle des cas covid-19.

Portrait de Angelussauron
26/octobre/2020 - 08h47
COLIN33 a écrit :
combien après les vacances de Toussaint ??? es ce l'économie ou la sanitaire qui prime........

 

C'est mieux de sauver l'économie. Car le pourcentage de personnes en réanimation par rapport à ceux qui l'ont est faible. Maintenant on paye la politique de négligence et des baisses de budgets dans les hôpitaux.

Quand on dit après la 1ere vague qu'il y aura 12000 lits de réanimation (ce qui aurait pu être suffisant pour passer cette 2eme vague) et qu'il y en a au alentour de 6000, il est là le réel soucis ce n'est pas la covid.

Tous ces médecins du conseil scientifique ne s'alarment pas du tout de la maladie en elle même mais de la surcharge des hôpitaux.

Portrait de COLIN33
26/octobre/2020 - 07h17 - depuis l'application mobile

combien après les vacances de Toussaint ???
es ce l'économie ou la sanitaire qui prime........