20/10/2015 15:12

Accusé de plagiat par Raphaël Enthoven, Laurent Baffie dénonce une "belle indignation sur commande"

Ce matin, Raphaël Enthoven présentait "La morale de l'info", sa chronique quotidienne dans la matinale d'Europe 1.

Le philosophe, qui évoquait les anagrammes, n'a pas hésité à s'en prendre à Laurent Baffie, et notamment à son dernier livre, "Le dictionnaire des noms propres ou presque".

"Laurent Baffie, tel un nain juché sur les épaules d'un géant, s’attribue sans vergogne et sans guillemets, les plus belles trouvailles que j'ai vues naitre sous la plume de Jacques Perry [il a écrit un ouvrage sur les anagrammes, ndlr]", a indiqué Raphaël Enthoven en précisant la défense de l'éditeur de l'ouvrage "c'est un hasard des mots, il n'y a pas de propriété car il n'y a pas de création".

"Il aurait fallu que Laurent Baffie n'ait eu aucune connaissance du livre de Jacques Perry paru il y a trois ans et dont il reprend plus de 40 anagrammes", a continué le chroniqueur.

Et de conclure en donnant l'anagramme de Laurent Baffie : "En bref, il fauta. A la lettre près".

Sur Twitter, dans l'après-midi, Laurent Baffie a tenu à répondre à cette accusation de plagiat.

Ecoutez

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Dostolor84
20/octobre/2015 - 19h18

J'ai posté le même commentaire que mon précédent sur un autre site et on me répond que ce ne doit pas être bien compliqué pour un logiciel de trouver des anagrammes du type de "rien n'est établi".

Sauf qu'aucun logiciel d'anagramme sur le net n'en est capable.

J'anticipe donc une réponse du même genre et je retranscris ma réponse. C'est sans doute inutile et pas le bon site mais bon...

 

 

Ce n'est pas aussi simple que ça peut paraître pour un logiciel de faire des anagrammes de ce genre.

Par exemple pourquoi si l'on traduit en français par le biais de Google Traduction un texte écrit en anglais on a au final pour bon nombre de phrases un résultat peu compréhensible? Simplement parce que le logiciel Google est certes doté de tous les mots existants mais son travail de traduction s'arrête essentiellement à une traduction mot à mot et ne s'encombre pas des subtilités de grammaire, de conjugaison ou plus généralement de langage propre à telle ou telle langue. Et ce malgré tous les travaux très poussés qu'ils effectuent pour améliorer leur système.

Cela demande pour une intelligence artificielle un apprentissage qui va bien au-delà du fait d'introduire dans un logiciel des milliards de données.

Pour qu'un logiciel puisse sortir "rien n'est établi" comme anagramme d'Albert Einstein (hautement forte de sens) il faut que cette phrase soit telle quel par avance dans sa base de données (et un logiciel ne pourra jamais être doté de toutes les phrases prononcées ou écrites un jour ni par définition celles jamais prononcées ni écrites). Dans le cas contraire il ne peut pas de lui-même fabriquer une phrase de 4 mots avec la négation ("rien n'est établi") sans qu'il ne comprenne le sens de la réponse qu'il donne. 

Vous pouvez me dire que chaque mot de cette phrase le logiciel les connait déjà et qu'il lui suffit de les ordonner dans le bon sens. Oui partant du principe qu'il connaît tous les mots, à partir d'"Albert Einstein" il va facilement trouver des milliers de mots différents de 1 à 14 lettres (et pas seulement 4  on peut vérifier sur internet) dont les mots "rien" "est" "établi" et pourquoi pas "n'" (qu'il saura placer devant "est") font partis. Mais arrivé à ce niveau comment fait le logiciel pour sélectionner précisément seulement ces 4 mots dans une seule proposition et comment fait-il ensuite pour les agencer de telle façon à ce qu'ils fassent sens sans que celui-ci ne comprenne justement le sens de la phrase qu'il doit trouver (par exemple "rien n'est établi" qui s'entend en référence à Einstein comme "tout est relatif" et non "établi n'est rien" qui n'a pas le même sens)? 

La seule solution est qu'il soit doté d'une faculté de compréhension de type humaine, d'une forme de conscience pour intégrer un processus d'apprentissage et non uniquement d'une capacité énorme de puissance de calcul qui ne produira (en lien avec sa base de données)  que des réponses automatiques dans des laps de temps infiniment courts.

 

Et nous n'en sommes pas là même si l'intelligence artificielle, la robotique (...) sont des domaines qui progressent vite.

Portrait de Dostolor84
20/octobre/2015 - 18h39
stbx00 a écrit :

C'est étonnant que dans son interview il dit qu'un logiciel ne peut pas trouver les anagrammes en question... Bah justement si...

Bah justement non...

Les logiciels (ou quelque-soit l'intelligence artificielle) sont incapables de réaliser ce genre d'anagramme qui ont un sens profond (presque poétique). Le logiciel trouvera juste d'autres mots en une fraction de seconde (comme on fait nous humains mais en plus de temps au scrabble) en cherchant dans sa base de données de mots. Mais en aucun cas il ne créera ce genre de phrase lourde de sens comme "rien n'est établi" anagramme d'Albert Einstein. Les avancées dans le domaine de l'intelligence artificielle et de la robotique n'en sont pas là. Il faudrait pour cela apprendre au logiciel ou au robot à apprendre à créer, à inventer.

C'est l'objet de beaucoup de travaux scientifiques mais pour l'instant les A.I ne sont pas capables de reproduire le processus d'apprentissage d'une personne humaine.  

Faire conduire une voiture sans personne au volant ne pose aujourd'hui aucun problème car on peut programmer à l'avance tous les paramètres nécessaires pour que la voiture se dirige elle-même sans risque. Mais faire en sorte qu'un logiciel invente une phrase, rédige un roman ou une poésie c'est impossible pour encore assez longtemps. Il lui faudrait une intelligence consciente qui dépasse de beaucoup le simple automatisme des logiciels dont vous parlez.  R Enthoven a 100% raison et le reste c'est de l'enfumage de gens qui n'ont que peu de connaissances. 

"Albert Einstein" (15 lettres) traité par un logiciel de ce type donne au mieux "bêtiseraient" (14 lettres). "Rien n'est établi" (15 lettres) il faut une intelligence non robotique (humaine) pour trouver ça, une conscience. Et ce pour encore pas mal d'années.

Et si vous n'êtes pas convaincu lisez le dossier du magasine Pour La Science (Avril-Juin 2015) intitulé "Les robots en quête d'humanité".

Lire aussi "Le cycle des robots" (6 tomes) ou "Le Cycle de Fondation" (5 tomes) romans cultes de science fiction d' Isaac Asimov. Il y a un lien avec le sujet. 

Portrait de Dostolor84
20/octobre/2015 - 18h38
Bernard Buvard6 a écrit :

Je vous conseille d'aller faire un tour sur dcode.fr qui a un excellent outil pour réaliser des anagrammes, et qui reprends quelques anagrammes célèbres (dont celui d'Einstein, que Baffie ne peut décemment pas revendiquer). Vous verrez qu'il est très facile, à partir d'une liste d'anagrammes, de reformer des phrases. Donc, même si vous avez raison dans le fait que le logiciel ne va pas tout seul trouver la phrase, il va quand même être d'une très grand aide.

dcode.fr ne fait que répertorier les anagrammes célèbres. Il n'est absolument pas capable de générer "rien n'est établi" pour Albert Einstein par exemple (comme tous les autres logiciels). J'ai vérifié (même si j'avais aucun doute là-dessus) Il ne fait que mélanger les lettres et les ranger d'une autre façon (comme au scrabble) et en aucun cas il ne trouve des phrases (qui plus est lourde de sens) Ce que vous dîtes est faux, chacun peut le vérifier.

 

Portrait de Florian Lévy
20/octobre/2015 - 18h22

Nous avons lu la belle réponse type de Laurent BAFFIE, calquée sur celle de son éditeur, qui attribue au hasard la création antérieure de 40 des plus belles anagrammes reprises dans son "Dictionnaire des noms propres (ou presque !)" aux éditions Kero.Accessoirement, il en a aussi repris une centaine dans la rubrique Anagrammes du site "N'ayons plus peur des mots", dont plusieurs dizaines de créations originales !Juridiquement, la reprise systématique et substantielle de ce travail peut constituer un acte de contrefaçon, de concurrence déloyale et de parasitisme, déjà sanctionné par la Cour de cassation sur le fondement de l'article 1382 du code civil.Affaire à suivre...

Portrait de Rosette
20/octobre/2015 - 18h03

Baffie, c'est la vulgarité, la méchanceté, la lie de l'humour dégueu et pour élever son niveau voilà qu'il se met a faire du plagiat. Pathétique !

Portrait de Pirate 92
20/octobre/2015 - 15h43

Il a pompé, il a pompé point à la ligne

Portrait de Ranchero Mexicano
20/octobre/2015 - 15h18

Gros fainéant Baffies ,il a les couilles dans le fond du filet ,

 

laissé le com pour faire rire Baffie !

Portrait de Dostolor84
20/octobre/2015 - 14h07
tobian a écrit :

Un  logiciel d'anagrammes donnera les mêmes résultats pour tout le monde. Il n'y a pas de propriété intellectuelle là-dedans.

 

FAUX! Les logiciels (ou quelque-soit l'intelligence artificielle) sont incapables de réaliser ce genre d'anagramme qui ont un sens profond (presque poétique). Le logiciel trouvera juste d'autres mots en une fraction de seconde (comme on fait nous humains mais en plus de temps au scrabble) en cherchant dans sa base de données de mots. Mais en aucun cas il ne créera ce genre de phrase lourde de sens comme "rien n'est établi" anagramme d'Albert Einstein. Les avancées dans le domaine de l'intelligence artificielle et de la robotique n'en sont pas là. Il faudrait pour cela apprendre au logiciel ou au robot à apprendre à créer, à inventer.

C'est l'objet de beaucoup de travaux scientifiques mais pour l'instant les A.I ne sont pas capables de reproduire le processus d'apprentissage d'une personne humaine.  

Faire conduire une voiture sans personne au volant ne pose aujourd'hui aucun problème car on peut programmer à l'avance tous les paramètres nécessaires pour que la voiture se dirige elle-même sans risque. Mais faire en sorte qu'un logiciel invente une phrase, rédige un roman ou une poésie c'est impossible pour encore assez longtemps. Il lui faudrait une intelligence consciente qui dépasse de beaucoup le simple automatisme des logiciels dont vous parlez.  R Enthoven a 100% raison et le reste c'est de l'enfumage de gens qui n'ont que peu de connaissances. 

"Albert Einstein" (15 lettres) traité par un logiciel de ce type donne au mieux "bêtiseraient" (14 lettres). "Rien n'est établi" (15 lettres) il faut une intelligence non robotique (humaine) pour trouver ça, une conscience. Et ce pour encore pas mal d'années.

Et si vous n'êtes pas convaincu lisez le dossier du magasine Pour La Science (Avril-Juin 2015) intitulé "Les robots en quête d'humanité".

Lire aussi "Le cycle des robots" (6 tomes) ou "Le Cycle de Fondation" (5 tomes) romans cultes de science fiction d' Isaac Asimov. Il y a un lien avec le sujet. 

Portrait de Wanted
20/octobre/2015 - 13h57

Baffie a piqué le filon, en plus avec des logiciels donné à tous ,

j'ai fait l'expérience ,

Baffie ,un ...t...d...c... !

Portrait de Dostolor84
20/octobre/2015 - 13h51

J'ai lu une interview promo de Baffie pour son bouquin d'anagrammes il y a plus de 10 jours et tout de suite j'ai vu qu'une partie était du plagiat.

Ca n'a pas manqué le jour même plusieurs ont à raison accusé Baffie de plagiat, l'auteur plagié lui même ou encore Etienne Klein (astrophysicien et philosophe). 

Exemple: Baffie dit avoir halluciné après avoir découvert que "Albert Einstein" donnait "Rien n'est établi" (théorie de la relativité et "rien est établi" en effet le hasard fait bien les choses)

Sauf que cet exemple est très connu depuis plusieurs années. L'auteur de cette trouvaille de l'esprit est Jacques Perry Salkow. Moi je l'avais entendu grâce à Etienne Klein (astrophysicien) sur des émissions de radio qu'il faisait dans lesquelles il aimait citer ce genre d'anagramme; sans se les approprier comme fait Baffie.

Des exemples de plagiat comme celui-ci volés dans ses bouquins Jacques Perry Salkow en a compté 43.

Sauf que des types comme Baffie sont hautement protégés par les médias et ont acquis une forme d'impunité. Même celle de gagner de l'argent sur le dos de gens sans doute plus intelligent que lui comme Perry Salkow. Sans vouloir nier le vrai talent de vanneur pro de Baffie.

Portrait de stbx00
20/octobre/2015 - 12h39

C'est étonnant que dans son interview il dit qu'un logiciel ne peut pas trouver les anagrammes en question... Bah justement si...