04/05 19:01

La justice administrative a décidé d'autoriser une conférence avec la militante franco-palestinienne Rima Hassan à l'université Paris-Dauphine que la direction de l'établissement avait initialement interdite

La justice administrative a décidé d'autoriser une conférence avec la militante franco-palestinienne Rima Hassan à l'université Paris-Dauphine que la direction de l'établissement avait initialement interdite, selon une ordonnance rendue publique samedi. «Il y a lieu de suspendre l'exécution de la décision du 22 avril 2024 et d'enjoindre à l'université Paris Dauphine de mettre fin à l'atteinte à la liberté de réunion (...) en permettant au Comité Palestine Dauphine d'organiser la conférence projetée, soit à la date et dans les conditions initialement prévues, soit à une date et dans les conditions déterminées entre les parties», détaille cette décision du tribunal administratif de Paris saisi par deux syndicats de l'enseignement supérieur, Sud-Éducation et la Ferc-CGT.

La réunion intitulée «Agir face à la menace de génocide à Gaza» était initialement prévue lundi 6 mai.

Organisée par le Comité Palestine Dauphine, elle devait notamment accueillir Rima Hassan, candidate aux européennes sur la liste LFI, qui s'était émue sur les réseaux sociaux de cette interdiction. «@Paris_Dauphine à bientôt», a écrit samedi Rima Hassan sur X dans un message accompagné notamment du drapeau palestinien

. La direction de Paris-Dauphine, établissement parisien réputé notamment pour son enseignement en management, finance ou économie, avait fait valoir le «risque de troubles à l'ordre public» et la nécessité de «garantir la sécurité de toutes et de tous» pour interdire cette conférence.

Elle avait en outre invoqué que le thème de la réunion excéderait «les missions de l'établissement ou serait de nature à remettre en cause sa neutralité».

Le mouvement étudiant en faveur de la cause palestinienne enflamme le débat public bien qu'il soit essentiellement circonscrit à ce stade à Sciences Po Paris et à des instituts d'études politiques en province. Plusieurs de ces établissements ont fait l'objet de blocages ou de perturbations très médiatisés ces derniers jours.

La ministre de l'Enseignement supérieur Sylvie Retailleau a demandé jeudi aux présidents d'universités de veiller au «maintien de l'ordre» public sur leur campus. Elle a demandé en outre de «garantir» la «pluralité des expressions» au sein des universités.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Constrictor
5/mai/2024 - 22h42
Archimede a écrit :

Regardez Constrictor, toujours à défendre les terroristes, les pro-Hamas, la racaille, les agresseurs au couteau, les violeurs, les suprémacistes arabes et les collabos du nazislamisme.

C'est sa manière de faire le jihad.

Par contre quand c'est l'autre camp qui se fait insulter, il est bien silencieux, hein. loser.

Pardon mais là, tu ne racontes que des conneries, je n'ai jamais tenu de tels propos et n'ai en aucun cas défendu des terroristes ni ne suis pro-hamas et encore moins des violeurs et tout ce qu'il en suit dans ton commentaire.

T'es au courant que la diffamation est répréhensible ?

T'es juste un taré qui s'invente des histoires dans sa tête et qui bizarrement, est bien bien plus renseigné que moi sur ce qu'est le jihad.

Bref, ton commentaire est enregistré et capturé.

Portrait de bruno.13
5/mai/2024 - 18h10

La belle justice française soutien de l'islamo-gauchisme ! Mais ce n'est plus nouveau, la justice française est gangrénée et cela participe à son rejet de plus en grand. 

Portrait de garlaban
5/mai/2024 - 09h55

Elle n'est pas du tout Franco-Palestiniene, mais "éventuellement" Franco-Syriene. Elle est née en Syrie et a vécu à Niort depuis l'âge de 10 ans.

Portrait de Beguin
5/mai/2024 - 09h30
Phantôme_ a écrit :

Pour celles et ceux qui avaient des doutes que la justice n'avait pas basculé du côté obscure...

La justuce a basculé du côté extrême gauche

Portrait de phfr
5/mai/2024 - 09h24

la justice?

Portrait de Phantôme_
5/mai/2024 - 02h31
Constrictor a écrit :

Et c'est normal, elle a le droit de s'exprimer face aux insultes dont elle est victime.

La preuve ici-même, elle se fait insulter de "salope"  par Berger Blanc dès le 4ème com de ce fil de commentaires.

L'insulter NON mais la liberté d'expression s'arrête quand on commence à faire l'apologie d'un extremisme. Et cette dame, a franchie la ligne rouge à plusieurs reprises.

 

Portrait de Constrictor
5/mai/2024 - 02h13

Et c'est normal, elle a le droit de s'exprimer face aux insultes dont elle est victime.

La preuve ici-même, elle se fait insulter de "salope"  par Berger Blanc dès le 4ème com de ce fil de commentaires.

Portrait de Phantôme_
5/mai/2024 - 01h13

Pour celles et ceux qui avaient des doutes que la justice n'avait pas basculé du côté obscure...

Portrait de Beguin
4/mai/2024 - 23h39

La justice est melenchoniste

Portrait de Amandecroquante
4/mai/2024 - 19h24

la France n’a rien à voir avec cette guerre. Donc si les militants veulent agir, il faut aller sur le terrain 

les français n’ont pas à se sentir pris entre 2 feux. nous avons déjà beaucoup de choses à régler 

Portrait de Philtlse
4/mai/2024 - 19h13

A quoi servent les décisions de la direction de l'université, à part gérer le quotidien, la preuve tout passe au-dessus de leurs têtes, qu'ils ont peut-être bien pleines mais qui ne servent à rien.