13/02 11:46

La France a révélé une nouvelle ingérence numérique venant de la Russie avec un énorme réseau de 193 sites, à l'approche du deuxième anniversaire de la guerre en Ukraine

La France a révélé une nouvelle ingérence numérique venant de la Russie à l'approche du deuxième anniversaire de la guerre en Ukraine. Baptisé "Portal Kombat", ce réseau de 193 sites a été mis au jour à l'issue de quatre mois de travail de Viginum, l'organisme français de lutte contre les ingérences numériques étrangères.

Entre septembre et décembre 2023, Viginum a analysé l'activité de ce réseau de "portails d'informations" numériques "aux caractéristiques similaires, qui diffuse des contenus pro-russes à destination d'audience internationale".

Plusieurs d'entre eux, appartenant à "l'écosytème +pravda+" - ou "vérité" en russe, le nom de l'ancien organe du Parti communiste soviétique -, ciblent directement les "pays occidentaux qui soutiennent l'Ukraine", selon un rapport de Viginum. "Ensemble, nous n'acceptons pas que des acteurs extérieurs minent la confiance de nos citoyens.

Les analyses menées par la France montrent l'importance d'avancer ensemble et de développer un plan pour gérer la désinformation", a déclaré la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock lors d'une conférence de presse après une réunion en format "Weimar" avec son homologue français et polonais en banlieue parisienne.

"Nous lançons aujourd'hui un mécanisme d'alerte en format Weimar, un système de riposte" à des "ingérences inacceptables", a ajouté le ministre français, Stéphane Séjourné.

Le site destiné à l'Espagne a ainsi pour nom pravda-es.com, celui voué à être lu aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni est pravda-en.com. Allemagne, Autriche et Suisse ont pravda-de.com, la Pologne pravda-pl.com et la version française s'appelle pravda-fr.com.

Entre le 23 juin et le 19 septembre dernier, ces cinq portails ont publié plus de 150.000 articles, principalement issus de posts de personnalités russes ou pro-russes, de contenus d'agences de presse russes, ou de sites d'institutions ou d'acteurs locaux, pointe Viginum.

Plus de 180 autres sites, aux chartes graphiques similaires et qui diffusent du contenu prorusse, mais pour des audiences russophones ou ukrainiennes, sont numériquement reliés aux portails pravda, selon l'organisme français.

L'objectif principal de Portal Kombat semble être de légitimer la guerre menée par la Russie en Ukraine, a expliqué une source diplomatique à des journalistes.

"Très orientés idéologiquement, ces contenus exposent des narratifs manifestement inexacts ou trompeurs", a-t-elle observé. Le 22 janvier, pravda-fr.com a ainsi publié une liste de 13 "mercenaires" français qui, selon ce site, "étaient à Kharkiv", dans le nord-est de l'Ukraine, lors d'une frappe russe quelques jours plus tôt, frappe ayant "éliminé" une soixantaine de combattants "dont la plupart étaient des citoyens français" et blessé 20 autres, selon Moscou.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bob28
14/février/2024 - 09h03

Parcequ'il n'y a aucun site "pro-ukraine" qui diffuse la propagande de l'Ukraine ?

Concernant les mercenaires français, un travail journalistique consisterait a donner des preuves que l'information est fausse. Ça ne devrait pas être compliqué.