07/02 16:21

Une enquête ouverte après la plainte pour viol de l'actrice Judith Godrèche contre le réalisateur Benoît Jacquot pour "viols avec violences sur mineur de moins de 15 ans"

16h21: Le parquet de Paris a ouvert une enquête après la plainte de l'actrice Judith Godrèche pour viols sur mineure contre le réalisateur Benoît Jacquot, qui l'a dirigée et a entretenu plusieurs années une relation avec elle à partir de ses 14 ans.

Après la plainte de Judith Godrèche, déposée mardi à la Brigade de protection des mineurs (BPM), annoncée mercredi par le quotidien Le Monde et confirmée par l'avocate de l'actrice, Me Laure Heinich, le parquet de Paris a indiqué mercredi après-midi avoir ouvert une enquête.

Confiée à la BPM, elle porte "sur les infractions de viol sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité, viol, violences par concubin, et agression sexuelle sur mineur de plus de 15 ans par personne ayant autorité".

Selon Le Monde, M. Jacquot, 77 ans et un film attendu prochainement, "nie fermement les allégations et accusations". Sollicité par l'AFP, il a fait savoir mercredi qu'il ne souhaitait pas réagir davantage, s'en tenant à ces déclarations.

La comédienne et le cinéaste de 25 ans son aîné ont débuté leur relation au printemps 1986, alors qu'elle avait tout juste 14 ans et faisait ses premiers pas dans le cinéma. Ils ont vécu ouvertement ensemble, achetant même un appartement dans Paris, jusqu'à leur séparation en 1992.

"L'ensemble des faits dénoncés a eu lieu entre 1986 et 1992", a confirmé le parquet de Paris.

L'actrice, dont le rôle de lycéenne dans "La désenchantée" de Benoît Jacquot lui a valu en 1991 une nomination au César du meilleur espoir féminin, est ensuite devenue l'une des stars prometteuses du cinéma français, apparaissant dans des dizaines de films dont "Ridicule", "L'auberge espagnole" ou "Potiche". Celle qui a donné la réplique à Leonardo DiCaprio ("L'Homme au masque de fer") s'est par la suite fait rare, se retirant aux Etats-Unis.

Fin 2023, elle fait son retour sur les écrans français, et jette une lumière crue sur sa relation avec Benoît Jacquot, que ses parents n'ont à l'époque nullement empêchée, dans une série d'Arte en forme de témoignage, "Icon of French cinema". Elle n'avait encore jamais mis en cause le réalisateur devant la justice pour ces faits, qui paraissent prescrits.

Dans une dizaine de stories publiées dans la nuit de mardi à mercredi sur Instagram, Mme Godrèche qualifie à plusieurs reprises M. Jacquot de "pervers" qui la "remet inlassablement à la place de l'objet inexistant". Début janvier, dans une autre story, la comédienne de 51 ans disait que "la petite fille en (elle) ne peut plus taire ce nom" et parlait d'"emprise" et, encore, de "perversion".

"Il s'appelle Benoît Jacquot", nommait-elle.

"Qui a de l'estime pour (ses) pratiques ? Connues de tous et toutes depuis 35 ans ? Qui cautionne et valide ? L'agent qui le représente ? Qu'il m'a présenté à 14 ans ? Son producteur ? Même chose. (...) D'où lui vient ce sentiment d'impunité ? Tout se savait. Et les mêmes sont aux manœuvres", poursuivait-elle, disant craindre qu'on ne lui "tourne le dos" après ces propos.

Sa prise de parole avait été motivée par le visionnage d’un documentaire de 2011 où Benoît Jacquot reconnaissait le caractère illégal de cette relation passée : "Oui, c’était une transgression. Ne serait-ce qu’au regard de la loi (...) on n’a pas le droit en principe, je crois. Une fille comme elle qui avait en effet 15 ans, et moi 40, je n’avais pas le droit".

Le réalisateur des "Adieux à la reine" (2012), héritier de la Nouvelle vague, a construit son œuvre autour des actrices, des stars comme Isabelle Huppert ou des débutantes, comme Isild Le Besco et Virginie Ledoyen.

"Je ne peux filmer une comédienne que si j'en suis amoureux", lançait en 2009 l'intéressé dans le journal Le Figaro.

La plainte vient s'inscrire dans le sillage de nombreuses accusations du #MeToo du cinéma français, visant ces dernières semaines d'autres personnalités importantes du 7e art tricolore.

Gérard Depardieu, mis en examen pour viols depuis fin 2020, a été cloué au pilori pour des séquences tournées en 2018 en Corée du Nord et diffusées par Complément d'enquête en décembre, où il multiplie propos misogynes et insultants en s'adressant à des femmes.

08h34: L'actrice Judith Godrèche annonce sur France Inter avoir porté plainte pour "viols avec violences sur mineur de moins de 15 ans" contre le réalisateur Benoît Jacquot.  Dans un entretien publié par Elle le 11 décembre, Judith Godrèche avouait sans le nommer qu’elle s’est inspirée de sa relation avec Benoît Jacquot, son metteur en scène sur Les Mendiants et La Désenchantée, le film qui lui a valu une nomination au César du meilleur espoir féminin en 1990. Elle avait 14 ans, il en avait 40. "Si un homme de 40 ans approche ma fille, je le tue", jure-t-elle.

"C’est parce que j’ai une fille adolescente que je parviens à réaliser ce qui m’est arrivé, à me dire que j’ai navigué seule dans un monde sans règles ni lois."

"Je me demande, avec le recul, si les adultes s’interrogeaient : ‘Il y a un problème, elle est trop petite, qu’est-ce qu’elle fait là ?", se souvient encore Judith Godrèche qui a vécu plusieurs scènes gênantes dans la série comme celle où l’héroïne se retrouve ivre morte lors d’une soirée entre adultes.

"Je n’avais aucune idée de ce que disait la loi, j’ai arrêté l’école à 15 ans, les histoires qu’on lit, les films qu’on voit, tout valorisait cette image de lolita, de baby doll.

"Samedi 6 janvier, une anonyme envoie à Judith Godrèche l’extrait d’un documentaire qui circule sur les réseaux sociaux. Réalisé en 2011 par le psychanalyste Gérard Miller et diffusé sur la chaîne Planète, Les ruses du désir : L'interdit met en scène plusieurs personnalités qui racontent avoir transgressé les interdits dans leur vie amoureuse.

Parmi elles, le cinéaste Benoît Jacquot confie sa "passion" pour les jeunes actrices. "Une fille comme elle, comme cette Judith, qui avait en effet 15 ans, moi 40, en principe, j’avais pas le droit", raconte-t-il. "Mais ça alors, elle n’en avait rien à foutre. Et même elle, ça l’excitait beaucoup, je dirais", ajoute-t-il avant d’expliquer que, selon lui, "faire du cinéma est une sorte de couverture pour des mœurs de ce type-là."

"La petite fille en moi ne peut plus taire ce nom. Il s’appelle Benoît Jacquot", balance-t-elle le dimanche suivant sur Instagram. "Je ne me serai peut-être jamais exprimée de manière aussi personnelle sur ces réseaux si ce documentaire ne m’était pas tombé sous les yeux", explique-t-elle. "Je ne peux m’empêcher de poser la question. Qui a de l’estime pour les pratiques de BJ ? Connues de tous depuis 35 ans ? Qui cautionne et valide ? (…) D’où lui vient ce sentiment d’impunité ?"

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
8/février/2024 - 00h10
Greenday2013 a écrit :

Schéma classique : elle profite du mec quand elle est jeune, et une fois qu'elle n'a plus de carrière, elle porte plainte contre lui pour siffler du fric.

Surement

Portrait de Beguin
8/février/2024 - 00h08

Après 37 ans c'est irrecevable, en plus elle a vécu en couple 6 ans avec lui.

Portrait de Beguin
8/février/2024 - 00h09

Viols avec violence. Sur le flash back de l'émission,  elle a16 ans, on peut constater que sa pensée est structurée et fluide. elle ne semble pas fragilisée. 

 

Portrait de marc59
7/février/2024 - 17h34

Une plainte 40 ans après, c'est quand même du foutage de gueule. Elle est peut être en fin de carrière et recherche une opportunité pour soutirer du fric. Et sophie marceau qui avait une relation consentie avec andrzej zulawski dès l'âge de 15 ans on en parle pas ?

 
Portrait de Orwell2024
7/février/2024 - 16h51

Ou et comment faire "carrière" dans le cinéma et cracher dans la soupe lorsque l'on devenue has been !

Elle n'a pas de vieux producteurs, réalisateurs à draguer ou ils n'en veulent plus ?

Portrait de Beguin
7/février/2024 - 16h49

Un dépôt de plainte 37 ans après, on peut s'interroger sur ce qui l'anime. 

Portrait de KERCLAUDE
7/février/2024 - 14h38

Et ses parents ils en pensent quoi de l'éducation donnée à leur fille?

Portrait de la cannoise
7/février/2024 - 14h35
soly a écrit :

Elle ferait mieux de porter plainte contre ses parents qui ont laissé faire à l'époque.

je pense ça aussi

 

Portrait de Beguin
7/février/2024 - 16h50
Greenday2013 a écrit :

Schéma classique : elle profite du mec quand elle est jeune, et une fois qu'elle n'a plus de carrière, elle porte plainte contre lui pour siffler du fric.

Bien résumé 

Portrait de MICMAH458
7/février/2024 - 13h14

14 ans contre 40 ans...  Et il lui aura donc fallu plus de trente années pour comprendre qu'il y avait peut-être un problème quelque part.  Et ses parents sont à mettre dans le même sac.

Portrait de seb2746
7/février/2024 - 13h11
djelloul a écrit :

je ne comprends pas ...C  est elle qui a voulu aller vivre avec lui...? Bizarre ....

Car on te promet une carrière, qui est réelle.

Car on te paye comme une actrice normale.

Car on te loge sur Paname gratos vu que l'on s'oqp de tout via tes contrats.

Car tu n'as pas les bases de l amour, du désir et des interdits. Mais que tu grandis...

Là vous excusez l'adulte qui est censé la protéger et qui abuse de la confiance et du mental de l'enfant.

Le gars est le weinstein Français mais on l'excuse encore...

 

Portrait de Greenday2013
7/février/2024 - 12h59

Schéma classique : elle profite du mec quand elle est jeune, et une fois qu'elle n'a plus de carrière, elle porte plainte contre lui pour siffler du fric.

Portrait de djelloul
7/février/2024 - 11h32

je ne comprends pas ...C  est elle qui a voulu aller vivre avec lui...? Bizarre ....

Portrait de Beguin
7/février/2024 - 11h34

Elle etait où ta mère,  à l'epoque ? Soit tu lui as menti, soit tu n'as pas voulu qu'elle t'accompagne.

Portrait de soly
7/février/2024 - 11h15

Elle ferait mieux de porter plainte contre ses parents qui ont laissé faire à l'époque.