03/02 17:31

Certaines des plus grandes fédérations sportives internationales estiment que les plateformes de réseaux sociaux devraient en faire plus contre le harcèlement en ligne visant les sportifs

Insultes, menaces, attaques sur la vie privée: certaines des plus grandes fédérations sportives internationales estiment que les plateformes de réseaux sociaux devraient en faire plus contre le harcèlement en ligne visant les sportifs, révèle une étude.

"Près de 90% des répondants sont +fortement+ ou +plutôt+ d'accord avec l'idée que les agressions en ligne peuvent potentiellement amener les athlètes à abandonner leur carrière", indique même le communiqué présentant les résultats de l'étude, qui dénonce notamment les menaces adressées aux sportifs et à leurs familles.

Elaboré sous l'égide de l'ONG UAOA (United against Online Abuse , Unis contre les attaques en ligne), un questionnaire a été envoyé à 73 fédérations sportives internationales. Vingt-deux y ont répondu, dont les géants que sont la Fifa (football), le CIO (olympisme), World Athletics (athlétisme), la FIA (sports automobiles), l'UCI (cyclisme) ou l'ITF (tennis).

"Les réponses dressent un portrait clair d'un environnement dans les réseaux sociaux difficile et agressif", indique l'étude et "95% (des Fédérations) estiment que les plateformes devraient jouer un rôle-clé pour résoudre le problème, soit volontairement, soit sous la contrainte".

Parmi les catégories d'attaques, le racisme et la misogynie sont les deux les plus fréquentes. Mais le sondage montre également qu'un part importante des abus en ligne n'entrent dans aucune catégorie particulière.

"Ce qui est particulièrement remarquable, note par ailleurs l'étude, c'est que 40% de ceux qui ont répondu à cette question ont indiqué que le type d'abus dont ils étaient témoins ne pouvait pas être facilement catégorisé, ce qui indique qu'une minorité significative des abus en ligne vise les personnes indistinctement des marqueurs d'identité habituels tels que l'origine ethnique, le sexe ou la religion."

"Il s'agit d'une conclusion importante, estime UAOA, considérant que plusieurs fédérations de premier plan ont investi massivement dans la lutte contre les agressions racistes, avant toute autre catégorie."

UAOA compte utiliser ces résultats pour faire avancer les choses sur le plan mondial: "Cette recherche nous fournit une base de référence pour nos travaux futurs", assure le professeur David Hassan, qui a dirigé l'étude. "Maintenant l'ampleur du problème a été établi, en concertation avec les fédérations sportives, nous sommes bien placés pour aborder ce problème et nous attaquer à ses causes profondes, aux côtés d'autres chercheurs, gouvernements et groupes de pression."

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de alucardx85
4/février/2024 - 12h41
San Antonio a écrit :

Il suffit de quitter les réseaux sociaux, c’est quand même simple à envisager, non ?

Oui et non. X est le seul réseau où l'extrême gauche léniniste a perdu le monopole du narratif.

C'est d'ailleurs ça qui les rend fous.

X maintenant‚ c'est vraiment là bas que ça passe.

Portrait de alucardx85
4/février/2024 - 12h40
Bigareau a écrit :

pourquoi se contenter d'en faire plus uniquement pour les sportifs?

Rapport aux anges à kiki je suppose...

Portrait de Bigareau
3/février/2024 - 21h52 - depuis l'application mobile

pourquoi se contenter d'en faire plus uniquement pour les sportifs?

Portrait de Bigareau
3/février/2024 - 21h51 - depuis l'application mobile
Portrait de San Antonio
3/février/2024 - 19h28 - depuis l'application mobile

Il suffit de quitter les réseaux sociaux, c’est quand même simple à envisager, non ?