30/01 16:45

Gabriel Attal: "Notre agriculture est notre force, il doit y avoir une exception agricole française" - "Il faut désmicardiser la France" - "Je veux aussi débureaucratiser la France" - VIDEO

16h44: Jean-Luc Mélenchon réagit sur X: "Attal est très mécontent car le peuple refuse d'admettre qu'il vit au paradis. Il punit durement les ingrats : suppression du SMIC, travail gratuit obligatoire pour le RSA etc... Le discours le plus réactionnaire depuis un siècle."

15h07: Le Premier ministre Gabriel Attal s'exprime à l'Assemblée nationale"

"Je suis né en 1989, l'année du bicentenaire de la Révolution, Une année 89 où l'on a cru que la démocratie libérale et le universel triomphent par eux mêmes"

"Ma génération a vu l'inverse se produire parce que notre génération, partout dans le monde, voit son monde chamboulé plus fortement encore que tout autre avant elle"

"La France ne sera jamais un pays qui subit, ni hier, demain"

 "La France, ce sont nos jeunes, qui osent et se lancent. La France, ce sont nos familles, et toutes ces mères célib ataires qui se battent, qui ne lâchent rien, jamais. Ce sont nos soignants, nos professeurs, nos forces de l’ordre, tous n os agents publics, nos militaires qui s’engagent pour que quelque chose qui les dépasse . Ce sont nos artisans qui font rayonner nos savoirs - faires. Ce sont nos agriculteurs, nos pêcheurs, qui travaillent matin, midi et soir pour nous nourrir. Ce sont nos élus locaux, qui s’engagent et se donnent corps et âme pour leurs territoires. Ce sont nos associations, nos bénévoles . La France, c’est 6 8 millions de Français de l’Hexagone, des Outre-mer et de l’étranger, qui n’ont pas fini de nous surprendre."

 le chef du gouvernement assure qu'il faut "affronter pour avancer". "J’ai confiance, parce que je sais que face aux épreuves, aux inquiétudes et aux crises, notre pays s’est toujours relevé",

"La crise énergétique, l’inflation, la menace terroriste : les crises se superposent, s’enchevêtrent et s’additionnent. Elles n’offrent aucune solution miraculeuse. Mais méthodiquement, avec les Français, nous y répondrons !"

Gabriel Attal évoque "la souveraineté française et européenne", en vantant le bilan du gouvernement en la matière : "nous avons engagé une action résolue pour la souveraineté économique avec, pour la première fois, le retour de l’industrie sur notre sol – n’en déplaise aux Cassandre, il y a désormais plus d’usines qui ouvrent que d’usines qui ferment en France (...)"

"Notre agriculture est notre force, et notre fierté aussi. Alors je le dis ici solennellement : il doit y avoir une exception agricole française". "Nous serons au rendez-vous, sans aucune ambiguïté", a-t-il ajouté, sans donner d'annoncer pour le moment.

"Je suis lucide, face à l’empilement des normes, face aux décisions qui tombent d’en haut et qui parfois tombent d’on ne sait où , elle doute, elle aussi, et attend des réponses et des solutions."

"Je veux m’adresser à tous ces Français, souvent de la classe moyenne, toujours au rendez - vous de leurs responsabilités, qui ne se plaignent pas alors qu’ils ont si souvent le sentiment de subir. A ces Français qui ont le sentiment d’avoir tous les devoirs, quand d’autres ont tous les droits",

"Nous avons une majorité, que je salue et à qui je veux dire ma confiance et ma fidélité. Mais cette majorité est relative et les Français attendent que nous cessions les querelles de principes pour échanger et pour agir ensemble".

Au cœur du discours du Premier ministre, la valeur travail. "Ma priorité est claire : favoriser le travail pour que ceux qui en sont éloignés s’en rapprochent, en soutenant ceux qui n’ont que le fruit de leur travail pour vivre, et qui sont toujours au rendez - vous de leurs responsabilités".

"Parler aux Français, c’est entendre quatre appels à l’action. Pour le travail, pour qu’il paie mieux et toujours plus que l’inactivité – partout et pour tous . Pour nos services publics, pour qu’ils soient accessibles et de qualité – partout et pour tous. Pour l’autorité, le civisme et le respect des droits et devoirs – partout et pour tous. Pour un environnement plus respirable – partout et pour tous."

Et d'évoquer "l'action déterminante" de ses prédécesseurs Edouard Philippe, Jean Castex et Elisabeth Borne.

Avant d'affirmer: "Oui, j’assume de le dire, il faut désmicardiser la France". "Nous avons un salaire minimum, un SMIC, nettement supérieur à celui de nos voisins, et nous en sommes fiers. Mais nous avons une part de nos travailleurs proches du SMIC beaucoup plus importante que nos voisins. C’est un problème.". "On ne peut accepter une France où beaucoup sont condamné s à rester proches du SMIC toute leur carrière. La progression salariale doit, toujours, permettre de récompenser l’effort et le mérite.". "Dès le prochain projet de loi d e finance, en nous appuyant sur les propositions des parlementaires, des partenaires sociaux et sur un certain nombre de travaux d’experts qui sont actuellement conduits, nous commencerons à réformer ce système."

"Nous tiendrons l’engagement du Président de la République d’une nouvelle baisse d’impôts de 2 milliards d’euros. Cette baisse d’impôt sera financée et la solidarité nationale devra s’exercer pour nos classes moyennes."

Gabriel Attal annonce un projet de loi pour le second semestre afin d'intégrer le mérite à la rémunération des fonctionnaires.

Gabriel Attal annonce la généralisation de l'expérimentation du conditionnement du RSA à 15 heures d'activités "à tous les départements de France, d'ici le 1er janvier 2025".

"Nous combattrons également toutes les trappes à inactivité", poursuit Gabriel Attal. "Je pense notamment à l’allocation de solidarité spécifique, qui prolonge l’indemnisation du chômage et qui permet, sans travailler, de valider des trimestres de retraite. Or la retraite doit toujours rester le fruit du travail. Je proposerai sa suppression.", dit-il.

Gabriel Attal annonce l'expérimentation à "tous mes ministres" de la semaine en 4 jours dans "les administrations centrales et déconcentrées". "Je veux que l’Etat montre l’exemple et que, désormais, dans l’Etat, les personnels d’entretien de l’administration qui le souhaitent puissent travaillent aux mêmes horaires que tout le monde : aux horaires de bureau"

Gabriel Attal annonce un projet de loi au printemps afin "de déverrouiller certaines professions comme les syndics ou encore les ventes en ligne de médicaments par les pharmacies."

Sur le logement, le chef du gouvernement annonce "un choc d'offres avec 5 solutions :

Nous allons simplifier massivement les normes : revoir les DPE, simplifier l’accès à MaPrimeRénov, faciliter la densification, lever les contraintes sur le zonage, accélérer les procédures.

- Nous désignerons dans deux semaines, 20 territoires engagés pour le logement, où nous accélèrerons toutes les procédures, comme nous avons su le faire pour l’organisation des jeux olympiques et paralympiques, avec comme objectif d’y créer 30 000 nouveaux logements d’ici 3 ans.

- Nous n’hésiterons à procéder à des réquisitions pour des bâtiments vides, notamment des bâtiments de bureaux. Nous l’avons déjà fait et nous continuerons."

Et d'annoncer que les maires auront désormais "la main pour la première attribution dans les nouveaux logements sociaux construits sur leur commune".

Et de poursuivre: "Désmicardiser pour promouvoir le travail, dévérouiller pour libérer l’initiative et la croissance, je veux aussi débureaucratiser la France à tous les échelons"

"Nous engagerons après l’été une nouvelle étape de la réforme du droit du travail. Avec un objectif clair : libérer les énergies de nos TPE et PME, simplifier considérablement leur quotidien et leur permettre de négocier certaines règles directement, entreprise par entreprise."

Et d'annoncer: "Je vous annonce que dès cette année, chacun pourra enfin porter plainte en ligne, partout sur le territoire".

Avant de poursuivre: "Je vous annonce une règle générale simple : tous les organes, comités et autres, qui ne se sont pas réunis ces 12 derniers mois, seront supprimés".

"Des pans entiers de notre économie demandent des simplifications encore drastiques, notamment pour accélérer le retour de notre industrie. Pourquoi ? Parce que trop de délais, c’est moins de projets. Et donc moins d’emplois et moins de croissance."

Gabriel Attal annonce: "Je tiendrai l’engagement de ma prédécesseure de réformer l’aide médicale d’Etat. Nous le ferons avant l’été par voie réglementaire, avec une base qui est connue : le rapport Evin – Stefanini"

Et d'évoquer la santé: "Aujourd’hui, quel est le problème ? Malgré le travail de nos soignants, le temps médical manque. Nos compatriotes ne trouvent pas de médecins et les délais aux urgences se rallongent. Cela se traduit par la désertification de notre pays, et par la saturation de nos hôpitaux".

Comme l’a annoncé le Président de la République, nous procèderons à la régularisation des médecins étrangers sur notre territoire. C’est pourquoi aussi, je vous l’annonce, je nommerai un émissaire, chargé d’aller chercher à l’étranger des médecins qui voudraient venir exercer en France. Nous devons trouver les moyens de faire revenir nos jeunes français, partis étudier la médecine à l’étranger

"Dès cet été, chaque département devra être doté d’un service d’accès aux soins, avec des professionnels organisés pour assurer la permanence des soins", poursuit Gabriel Attal.

"Je suis prêt à aller plus loin, en restaurant des obligations de garde pour les médecins libéraux, en soirée ou le week-end, dans leurs cabinets, à l’hôpital ou en maisons de santé", annonce Gabriel Attal.

Gabriel Attal souhaite également un "principe simple" : "quand on a un rendez-vous chez le médecin et qu’on ne vient pas sans prévenir, on paye."

Gabriel Attal annonce vouloir faire de la santé mentale "une grande cause" de son action gouvernementale. Il annonce la réforme du dispositif "MonSoutienPsy". "Nous allons augmenter le tarif de la consultation remboursée pour limiter au maximum le reste à charge pour les jeunes patients et leurs familles. Pour lever tous les verrous, nous permettrons aussi aux jeunes d’avoir accès directement à un psychologue, sans nécessairement passer par un médecin"

Gabriel Attal annonce à partir de mai pour les infirmières scolaires "une prime exceptionnelle de 800€" et "la revalorisation de "leur salaire de 200 euros nets par mois en moyenne à compter de cette date".

Et d'annoncer: "Je prends une décision claire : l’Etat prend ses responsabilités et financera désormais l’accompagnement des enfants en situation de handicap sur leur pause déjeuner. C’est un enjeu de solidarité, de dignité, de reconnaissance."

Avant d'évoquer l'expérimentation de l'uniforme à l'école: "Et comme l’a annoncé le Président de la République, si cette expérimentation est concluante, nous généraliserons l’uniforme en France à la rentrée 2026", assure le Premier ministre.

"Je vous annonce que nous créerons des travaux d’intérêt éducatif, qui seront leurs équivalents et seront données plus facilement que les peines d’intérêt général", déclare Gabriel Attal.

"Cela fera partie d’une revue de l’échelle des sanctions dans nos établissements scolaires. Dès le plus jeune âge, il faut en revenir à un principe simple : 'tu casses, tu répares, tu salis, tu nettoies, tu défies l’autorité, tu apprends à la respecter'."

Sur la question des familles monoparentales et notamment des mères isolées, Gabriel Attal annonce qu'il faut "les aider". "Aussi, désormais, quand un jeune sera sur la mauvaise pente, plutôt que de le laisser plonger dans la délinquance, nous proposerons aux parents de le placer en internat, en y facilitant l’accès, y compris financier".

Concernant la sécurité et l'ordre public, Gabriel Attal annonce: "Nous allons mener des actions coordonnées de tous les services de l’Etat, forces de l’ordre, éducation, services sociaux, dans certains quartiers. C’est le sens des Forces d’Actions Républicaines. Nous les déploierons fin février dans trois premiers territoires : à Maubeuge, Valence et Besançon".

Gabriel Attal annonce qu'il lance les travaux en vue de la généralisation du Service national universel (SNU) à la rentrée scolaire 2026.

"Nous devons aussi taper les dealers au porte-monnaie et leur couper les vivres. C’est pourquoi, je vous annonce que nous allons désormais geler les avoirs des trafiquants de drogue identifiés."

"Ecologie des solutions", ou "écologie à la française", Gabriel Attal vante la vision du président de la République sur cette thématique. "Oui, nous ferons rimer climat avec croissance". "Je veux le dire sans ambiguïté : le nucléaire est une fierté française. Le nucléaire est un atout majeur pour notre pays. J’assume pleinement d’être à la tête d’un Gouvernement pro-énergie nucléaire."

"Réussir la transition écologique est le défi de notre génération. Notre jeunesse veut s’engager, participer, aider. Elle se demande comment être utile pour la planète."

"Nous lancerons un Service civique écologique, qui rassemblera d’ici la fin du quinquennat 50 000 jeunes prêts à s’engager concrètement pour le climat", annonce Gabriel Attal.

Nous ferons évoluer le régime de catastrophe naturelle pour le moderniser et éviter que certains assureurs n’abandonnent les territoires les plus à risques".

Gabriel Attal revient à présent à l'agriculture. "Produire", martèle Gabriel Attal, sous les cris de l'opposition. "Oui, je sais, cela vous dérange", rétorque-t-il à la tribune.

"D’ici le 15 mars, toutes les aides PAC seront versées sur les comptes bancaires des exploitants. Et nous travaillerons avec les régions pour que les aides à l’installation des jeunes agriculteurs puissent être versées dans les prochaines semaines."

"J’ai déjà parlé des amendes et des contrôles, mais je peux vous dire que toutes les amendes qui seront infligées à l’industrie et à la grande distribution, elles seront réutilisées pour soutenir les agriculteurs".

"Je vous annonce que nous allons débloquer des moyens nouveaux avec un fonds d’urgence avant la fin de la semaine pour soutenir nos viticulteurs, particulièrement en Occitanie".

"Je lance aujourd’hui un grand plan de contrôle sur la traçabilité des produits. L’objectif est clair : garantir une concurrence équitable !"

Sur la fin de vie, Gabriel Attal confirme l'examen avant l'été d'un projet de loi sur le sujet. "Ce débat animera notre société, je le sais. Je souhaite qu’il puisse se tenir dans une volonté d’équilibre et dans le respect des convictions de chacun", dit-il.

Gabriel Attal évoque à présent son homosexualité, il est ovationné par les députés de son camp. "Être Français en 2024, c’est – dans un pays qui, il y a 10 ans seulement, se déchirait autour du mariage pour tous – pouvoir être Premier ministre en assumant son homosexualité"

"Nous ne sommes pas condamnés à subir, mais déterminés à agir. Déterminés à prendre notre destin en main. Déterminés, Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les députés, parce que sommes la France et que rien ne résiste au peuple français !"

 
13h32: "J'adresserai à la représentation nationale, à 15h, la feuille de route et les priorités du gouvernement", a écrit sobrement le Premier ministre sur le réseau social X. Un visiteur de Matignon l'a trouvé "confiant" avant ce rendez-vous solennel. "Il ne voit pas ça comme un Himalaya, mais comme le Puy de Dôme. Il n'est pas stressé".

Ce discours devant l'Assemblée nationale, qui devrait durer moins d'une heure, va lui permettre d'exposer sa méthode. Or celle de Gabriel Attal, basée sur "l'action" et les "résultats", avec beaucoup de déplacements sur le terrain, est déjà mise à l'épreuve par les agriculteurs, qui jugent insuffisantes ses premières mesures et continuent de barrer les routes.

"Notre détermination est totale", a répété mardi Arnaud Rousseau, président de la puissante FNSEA. Le député Renaissance Marc Ferracci "ne s'attend pas" à "des annonces extrêmement détaillées" sur ce sujet dans le discours.

.

.

10h35: Gabriel Attal prononce cet après-midi sa déclaration de politique générale, où il exposera son programme pour les classes moyennes et évoquera la transition écologique, un exercice d’équilibriste au moment où les agriculteurs bloquent les routes autour de Paris.

Ce discours devant l’Assemblée nationale, auquel se livrent tous les Premiers ministres même s’ils n’y sont pas obligés, permet d’imprimer son style, de présenter sa méthode.

Or celle de Gabriel Attal, basée sur « l’action » et les « résultats », avec beaucoup de déplacements sur le terrain, est déjà mise à l’épreuve par les agriculteurs, qui jugent insuffisantes ses premières mesures et continuent de barrer les routes. « Notre détermination est totale », a répété mardi Arnaud Rousseau, président de la FNSEA.

Le gouvernement tente de calmer la fronde et promet de « nouvelles mesures » mardi, après une deuxième rencontre lundi soir à Matignon entre Gabriel Attal et les représentants de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs. Le député Renaissance Marc Ferracci ne s’attend cependant pas « à des annonces extrêmement détaillées » mardi mais plus « probablement dans les jours qui viennent ».

La bataille sera menée aussi au niveau européen. Emmanuel Macron s’entretiendra jeudi à Bruxelles avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen de cette crise.

Alors que la pression des oppositions est intense à l’approche des élections européennes, ils devraient parler de l’accord commercial en négociation entre l’UE et le Mercosur, des jachères imposées aux agriculteurs et des importations de produits ukrainiens dans l’Union.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
31/janvier/2024 - 13h23

Le paysan gagne 600 euros par mois, le migrant, 1200 euros, cherchez l'erreur. Merci macron

Portrait de Beguin
31/janvier/2024 - 12h48
LEON a écrit :

" Notre agriculture est notre force .." qui a bien failli disparaitre si les paysans ne s'étaient pas remués ...

Pas faux

Portrait de LEON
31/janvier/2024 - 10h24

" Notre agriculture est notre force .." qui a bien failli disparaitre si les paysans ne s'étaient pas remués ...

Portrait de MICMAH458
31/janvier/2024 - 08h49
LEON a écrit :

Mr Attal parle beaucoup , vraiment beaucoup ... s'il nous disait où en est le respect de sa loi sur l'interdiction de l'abaya à l'école ? on pourrait se faire une idée de ce que deviendront ses dernières propositions ?

Je vous suis parfaitement.  Je pense que si vous lui parlez de l'abaya, il répondra que ce n'est plus lui en charge de l'enseignement et qu'il faut donc demander des comptes à AOC (qui, je me plais à le redire, n'a en fait aucun contrôle, même pas sur ce qu'elle dit).  Et c'est bien le problème de attal : il ouvre beaucoup de dossiers, mais comme il passe très peu de temps au même poste, il n'a jamais le temps de résoudre quoi que ce soit en profondeur.  Il a les idées, peut-être, mais refile toujours le soin de les appliquer à ceux qui le remplacent.  Et ça, ce n'est pas forcément une bonne méthode pour être efficace.

Portrait de MICMAH458
31/janvier/2024 - 08h42
Bigpower a écrit :

Il arrive en tapant du point sur la table et en disant "vous allez voir ce que vous allez voir, on va tout améliorer !"     Mais il est au courant que son parti est au pouvoir depuis 7 ans, et même plus si on considère que Macron faisait déjà parti du gouvernement sous Hollande !     Et durant ces années, tout s'est effondré en France : La santé, l'éducation, la sécurité, le pouvoir d'achat, l'indépendance énergétique, alimentaire, militaire, la dette...

Tout à fait, mais n'oublions pas que tous ces politicards ne sont jamais responsables de ce que leurs prédécesseurs ont fait, même s'ils appartiennent au même parti.  attal, ce mini-macron, vient d'arriver, il est donc tout neuf, il prend bien garde de ne pas évoquer les dernières années et pense qu'il est plus fort et plus intelligent que les autres, et qu'il va révolutionner la façon de gérer le pays, juste parce qu'il en a la volonté.  Je crois qu'il se trompe lourdement et que les mois qui arrivent démontreront s'il est autant efficace qu'il le pense.

Portrait de Bigpower
31/janvier/2024 - 08h15

Il arrive en tapant du point sur la table et en disant "vous allez voir ce que vous allez voir, on va tout améliorer !"     Mais il est au courant que son parti est au pouvoir depuis 7 ans, et même plus si on considère que Macron faisait déjà parti du gouvernement sous Hollande !     Et durant ces années, tout s'est effondré en France : La santé, l'éducation, la sécurité, le pouvoir d'achat, l'indépendance énergétique, alimentaire, militaire, la dette...

Portrait de LEON
30/janvier/2024 - 23h15
MICMAH458 a écrit :

Le pire c'est que si les agriculteurs n'étaient pas en train de gueuler depuis plusieurs jours, il n'en aurait même pas parlé.  C'est une belle opportunité pour lui de surfer sur la vague de leur mécontentement, alors que jusqu'à présent, lui et ses collègues se foutaient pas mal des conditions de travail de cette corporation, ni de leur pouvoir d'achat.

Je me suis fait la même réflexion , si la révolte des paysans n'avait pas eu lieu  , il ne parlerait pas aujourd'hui de ces importantes réformes qu'il faut faire ?

Portrait de LEON
30/janvier/2024 - 23h11

Mr Attal parle beaucoup , vraiment beaucoup ... s'il nous disait où en est le respect de sa loi sur l'interdiction de l'abaya à l'école ? on pourrait se faire une idée de ce que deviendront ses dernières propositions ?

Portrait de rareudofemmoi-6934
30/janvier/2024 - 20h56
De Pompignan a écrit :

la France c'est 1% de la pollution mondiale...

Ça, c'est du Zemmour dans le texte.

Si tu veux t'instruire un peu, je te conseille cet article :

1 % : vrai ou faux ?

"Sur le papier, l'argument s'appuie sur une vérité. En 2020, selon les données du Global Carbon Project, un consortium international de scientifiques, la France était en effet responsable de 0,9 % des émissions mondiales de CO2. Le pays se plaçait au 21e rang des pays émetteurs avec 277 millions de tonnes de CO2. La Chine et les États-Unis se plaçaient en tête du classement, avec, respectivement, 27 % et 14 % des émissions mondiales."

et c'est pas zemmour qui le dit mais France 24

Portrait de MICMAH458
30/janvier/2024 - 20h01

Le pire c'est que si les agriculteurs n'étaient pas en train de gueuler depuis plusieurs jours, il n'en aurait même pas parlé.  C'est une belle opportunité pour lui de surfer sur la vague de leur mécontentement, alors que jusqu'à présent, lui et ses collègues se foutaient pas mal des conditions de travail de cette corporation, ni de leur pouvoir d'achat.

Portrait de kuwabara
30/janvier/2024 - 19h54

attal tape encore sur les plus pauvres...rsa , assurance chomage !! c est sur ca va faire avancer la france , 

debureaucratiser la france!! bas oui qu ils virent tous les fonctionnaires comme lui payer a pas grand chose , s il veut faire des economies au lieu de taper sur les pauvres

Portrait de Koikilencoute
30/janvier/2024 - 16h50
Archimede a écrit :

La priorité absolue devrait être de désislamiser la France.

Si il n'y a plus de France, laissons-les tous au SMIC

Quand l'Europe de l'ouest sera un califat, c'est clair que ce sera la misère pour tous (ou presque)

Portrait de Koikilencoute
30/janvier/2024 - 16h48

Et les 54 milliards d'euros PAR AN que nous coûte l'immigration, il en a parlé ?

Portrait de Archimede
30/janvier/2024 - 16h48

La priorité absolue devrait être de désislamiser la France.

Si il n'y a plus de France, laissons-les tous au SMIC

Portrait de COLIN33
30/janvier/2024 - 15h46 - depuis l'application mobile

Quand on voit tous ces abrutis qui crient, qui dorment a moitié, qui surveillent qui applaudi pour faire de même, nous avons de l'espoir en l'avenir avec tout ces incapables....

Portrait de ninkola
30/janvier/2024 - 15h37

Il est au courant qu'il y a aussi des pères célibataires avec enfant(s) ??? Ces préjugés ... 

Portrait de rareudofemmoi-6934
30/janvier/2024 - 15h30
De Pompignan a écrit :

La transition écologique les français s'en f...

Non. Les idiots s'en foutent. Nuance.

Et la natalité baisse déjà sérieusement au cas où ça t'aurait échappé, camarade.

Les idiots sont ceux qui nous gonflent avec leur écologie alors que la France c'est 1% de la pollution mondiale, les Américains et les Chinois se tordent le ventre lorsqu'ils voient notre gabegie à ce sujet.

Portrait de MICMAH458
30/janvier/2024 - 13h07

C'est cela, fais un discours, une allocution, une déclaration, ce sont toujours des occasions pour parler, parler, parler, et c'est définitivement ce que tu fais le mieux (comme l'ensemble de tes confrères, d'ailleurs).  Parce que pour l'efficacité et les résultats, on attend longtemps et quand parfois cela arrive enfin, on est souvent déçus...

Portrait de GLGD
30/janvier/2024 - 12h10
LEON a écrit :

La transition écologique les français s'en f... , les français veulent vivre décemment de leur travail ; que les élus soient eux mêmes écolos , ils auront la conscience tranquille sans emm... le Peuple ...

Que le gouvernement fasse une politique dénataliste , les pollutions baisseront . ( jusqu'à présent , plus de monde égale plus de pollutions ) .

Avant de baisser notre natalité Française, il faut arrêter l'immigration. C'est elle qui fait augmenter notre population, et ce sont les familles étrangères qui ont 2 fois plus d'enfants que les.familles Françaises. Les écolos n'ont même pas vu cette énorme contradiction : vouloir plus d'immigrations, mais ne pas bétonner les villes pour les loger, ne pas utiliser de voitures mais il leur faut des milliers de pckups polluants sans vignette Crit'Air pour traverser l'Afrique. Ahah

Portrait de kuwabara
30/janvier/2024 - 11h55

30 millions a droite !!   50 millions a gauche !!! 100 millions las bas !! 70 millions ici ...l ar gent magique qui n exite pas d apres macron , et c est pour ca qu il faut augmenter  l electricié , les carburants  et autres taxe !! pour que ces anes depensent encore plus l argent dans des aneries !!

Portrait de LEON
30/janvier/2024 - 11h36

La transition écologique les français s'en f... , les français veulent vivre décemment de leur travail ; que les élus soient eux mêmes écolos , ils auront la conscience tranquille sans emm... le Peuple ...

Que le gouvernement fasse une politique dénataliste , les pollutions baisseront . ( jusqu'à présent , plus de monde égale plus de pollutions ) .