18/01 07:16

Les journalistes de l'AFP à Paris et à travers le monde ont manifesté leur solidarité avec leurs neuf collègues de Gaza, pour demander aux autorités israéliennes "d'assurer leur sécurité"

Les journalistes de l'AFP à Paris et à travers le monde ont manifesté mercredi leur solidarité avec leurs neuf collègues de Gaza, pour demander aux autorités israéliennes "d'assurer leur sécurité", a indiqué la direction de l'agence de presse. Israël doit en outre "les autoriser si besoin à quitter le territoire pour se mettre à l'abri", a ajouté dans un communiqué la direction de l'AFP (Agence France-Presse).

Les journalistes et salariés du siège parisien et de nombreux bureaux du réseau mondial de l'AFP ont symboliquement brandi les portraits de leurs collègues gazaouis. Cette démonstration de solidarité avait été organisée par la direction, avec les syndicats et la Société des journalistes (SDJ).

"La rédaction de l'AFP tenait à exprimer son soutien total à ses collègues de Gaza qui travaillent dans des conditions terribles et sous la menace permanente des bombes", a déclaré le directeur de l'Information de l'AFP, Phil Chetwynd, cité dans le communiqué.

Il a également jugé "essentiel que tous les journalistes soient autorisés à entrer et sortir librement de Gaza".

"Chaque matin et à chaque heure de la journée, nous craignons d'apprendre le pire, et cela nous est intolérable en tant que collègues, mais aussi en tant que journalistes", a de son côté déclaré Emmanuel Duparcq, président de la SDJ. Début novembre, une frappe de l'armée israélienne avait gravement endommagé le bureau de l'AFP à Gaza.

Le 8 janvier, le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU s'était dit "très préoccupé" par le "bilan élevé" de journalistes palestiniens tués dans la bande de Gaza.

Selon l'ONG Reporters sans frontières (RSF), "au moins 81 journalistes ont été tués dans la bande de Gaza par des frappes israéliennes" depuis le 7 octobre, dont 18 dans l'exercice de leurs fonctions. Le 9 janvier, la Cour suprême israélienne a rejeté une demande des médias internationaux d'accéder librement à la bande de Gaza.

La guerre a été déclenchée par l'attaque sanglante le 7 octobre dernier de combattants du Hamas, d'une ampleur et d'une violence jamais vues depuis la création d'Israël en 1948. L'attaque a fait environ 1.140 morts, essentiellement des civils, selon un décompte de l'AFP à partir du bilan israélien.

Le ministère de la Santé du Hamas a donné mercredi un bilan de 24.448 morts dans la bande de Gaza dans la guerre engagée par Israël en réponse aux attaques.

Ailleurs sur le web

Vos réactions