29/10 11:02

Le parquet de Paris a requis la prison ferme pour un jeune homme accusé d'avoir volé la plateforme américaine de finance Platypus, pour un préjudice équivalent à 9,5 millions de dollars en cryptomonnaies

Le parquet de Paris a requis la prison ferme pour un jeune homme accusé d'avoir volé en février la plateforme américaine de finance Platypus, pour un préjudice équivalent à 9,5 millions de dollars en cryptomonnaies.

La procureure a demandé cinq ans d'emprisonnement dont trois assortis du sursis, avec mandat de dépôt, contre Mohamed M., un Francilien âgé de 22 ans qui comparaissait libre jeudi pour quatre infractions, dont blanchiment et escroquerie.

Elle a aussi requis six mois d'emprisonnement entièrement assortis du sursis et une amende de 20.000 euros pour le jeune frère de Mohamed M., âgé de 20 ans et soupçonné de recel.

"C'est le premier dossier de piratage de cryptomonnaies jugé en France", a souligné la procureure Sophie Gschwind. "Le travers que l'on peut avoir, c'est penser que l'argent virtuel ôte de la gravité... mais votre décision fera jurisprudence", a-t-elle dit aux juges de la 13e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, spécialisée dans la cybercriminalité.

L'accusation reproche à Mohamed M. d'avoir "siphonné le pool de liquidités de Platypus", une plateforme de finance décentralisée, en s'appuyant sur un système de prêts éclairs et d'une fonction de "retrait d'urgence" de sommes.

"Je n'ai en aucun cas pénétré les ordinateurs, touché au code de Platypus" mais "utilisé des fonctions publiques proposées par Platypus", s'est défendu Mohamed M., crâne rasé et barbe courte.

"C'est comme s'il y avait un distributeur de café et que j'avais appuyé sur un bouton pour avoir un cappuccino", a assuré le prévenu. Celui qui ne s'est pas présenté à l'examen le jour de son baccalauréat a expliqué s'être "autoformé" à l'informatique depuis l'âge de "sept ans", notamment grâce à des "vidéos YouTube".

Le ton calme devant le tribunal, il a décrit son action sur Platypus comme sa première en tant que "hackeur éthique", voulant "alerter" la plateforme d'une "faille" du système.

Pour "alerter" Platypus, il aurait pu récupérer une moindre somme, a taclé la procureure, soulignant que Mohamed M. n'a pas d'emploi.

"En cas de hack éthique, il y a remboursement", a renchéri Me Fanny Le Magadure, qui défend Platypus aux côtés de Me Marie Robin.

La plateforme estime "son manque à gagner à plus de 144.000 euros" et déplore notamment un profond "préjudice réputationnel", pour lequel la plateforme demande "un million d'euros" aux prévenus.

La "faille" repérée par Mohamed M. est comme "la porte ouverte d'une banque", a considéré Me Le Magadure. "Si j'entre dans la banque et si je récupère l'argent, c'est un vol".

Sur les 9,5 millions de dollars, Mohamed M. a récupéré seulement 270.000 euros à cause d'une "erreur" de code pour indiquer la destination des sommes, a-t-il expliqué. Son jeune frère a reçu 13.000 euros et a loué, entre autres, une "belle voiture".

"Il n'y aura pas d'emprisonnement, ni d'amende", a exhorté avec vigueur Me Seydi Ba, qui défend Mohamed M. "Mon client a un casier judiciaire vierge. On est sur un prêt qui n'a pas encore été remboursé, mais pas sur une qualification pénale".

Délibéré le 1er décembre.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions