14/09 10:16

Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti s'en prend violemment au Syndicat de la magistrature, qui est invité à partir de demain à la Fête de l'Huma - Regardez

Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti s'en est pris violemment mercredi au Syndicat de la magistrature (SM, classé à gauche), invité à partir de demain à la Fête de l'Huma, sur l'ancienne base aérienne 217 du Plessis-Pâté (Essonne). "Le Syndicat de la magistrature, ce n'est pas la justice", a affirmé le garde des Sceaux en marge d'une visite au tribunal de Narbonne (Aude).

Interrogé sur la présence de ce syndicat de magistrats à la Fête de l'Huma, aux côtés du Syndicat des avocats de France (SAF), M. Dupond-Moretti a dénoncé avec véhémence cette organisation syndicale à l'origine d'une plainte à son encontre, avec l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), devant la Cour de justice de la République (CJR) pour des soupçons de prise illégale d'intérêts. M. Dupond-Moretti doit être jugé prochainement par la CJR dans le cadre de cette affaire.

"Le Syndicat de la magistrature n'a pas pris la mesure de ce qu'était ce pathétique événement qu'était +Le mur des cons+", a dit le garde des Sceaux faisant référence à une affaire vieille de dix ans, quand un panneau intitulé "mur des cons" avec des photographies de personnalités politiques de droite, magistrats, journalistes et aussi parents de victimes de crimes avait été découvert dans les locaux du syndicat. L'ancienne présidente du SM a été condamnée pour "injure publique" dans le cadre de cette affaire, révélatrice, pour une partie de l'opinion, de la partialité de la justice.

"Depuis que je suis ministre, j'assiste, impuissant, à un certain nombre de dérapages" de la part du SM, a soutenu M. Dupond-Moretti. "Le Syndicat de la magistrature a pris fait et cause pour les émeutiers", a-t-il notamment estimé. Rappelant que le SM "n'a pas voulu participer" aux Etats généraux de la Justice (EGJ), il a ironisé: "il préfère sans doute aller contester à la Fête de l'Humanité". "Ce type d'expression est absolument délétère", a-t-il insisté.

"Le syndicalisme doit avoir une grande liberté d'expression", a-t-il concédé avant d'ajouter "cette liberté doit être conjuguée avec la neutralité, l'impartialité et l'apparence de l'impartialité". Des représentants du SM doivent notamment participer à la Fête de l'Huma à des débats sur la Justice et à une table ronde "sur les contrôles d'identité et les violences policières".

"Nous ne venons pas à la Fête de l'Huma avec notre robe de magistrat, nous ne venons pas pour juger quiconque mais pour débattre, dans le cadre de notre activité syndicale", a réagi mercredi la présidente du SM, Kim Reuflet, sur le site du Point.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bruno.13
14/septembre/2023 - 20h00

Qu'attendre de plus de cette justice d'ultra gauche qui a pour crédo de se payer des politiques (de droite bien entendu) Et on s'étonne que la justice est de plus en plus mal vue voire détestée ?

Portrait de COLIN33
14/septembre/2023 - 10h59 - depuis l'application mobile

Quand on est à son poste et de plus mis en examen il vaut mieux se faire discret