10/08 12:01

Disney a vu le nombre d'abonnés à sa plateforme Disney+ diminuer pour le troisième trimestre consécutif, alors que le groupe américain fait face à une grève historique des scénaristes et acteurs

Disney a vu le nombre d'abonnés à sa plateforme de streaming Disney+ diminuer pour le troisième trimestre consécutif, mais a promis une remontée pendant l'été, alors que le groupe américain fait face à une grève historique des scénaristes et acteurs. Le service de streaming est passé de 157,8 millions fin mars à 146,1 millions fin juin, principalement à cause du marché indien, à la suite de la perte des droits de retransmission du championnat national de cricket.

En tout, le géant du divertissement a réalisé un chiffre d'affaires en petite hausse mais légèrement inférieur aux attentes des analystes, à 22,3 milliards de dollars sur la période, d'après son communiqué de résultats publié mercredi.

De fin septembre à fin juin, Disney+ a perdu 18 millions d'abonnés en tout. La baisse du printemps est surtout liée à une chute de 24% entre mars et juin en Inde, où la déclinaison du service, baptisée Hotstar, pèse quasiment un tiers du total mondial. Mais la plateforme a aussi constaté un léger recul de 1% en Amérique du Nord, le deuxième consécutif. Elle cherche cependant à rester positive, assurant s'attendre à un rebond du nombre d'abonnés pendant le trimestre en cours, tant sur son marché domestique qu'à l'international.

En termes financiers, l'activité de streaming reste déficitaire, mais elle a continué à réduire ses pertes opérationnelles sur le trimestre, à 512 millions de dollars au lieu d'1 milliard l'année dernière à la même période. Disney a aussi vu ses recettes pour les films et programmes vendus aux cinémas et chaînes de télévision diminuer, à 6,7 milliards de dollars.

Seuls les revenus des parcs d'attraction, croisières et produits dérivés ont progressé substantiellement, de 13%, à 8,3 milliards de dollars. L'activité en a dégagé un bénéfice opérationnel de 2,4 milliards de dollars (+11%). Sous l'impulsion du patron Bob Iger, le Royaume enchanté a entrepris de faire des économies cette année, notamment en supprimant 7.000 postes et en réduisant la production de contenus.

Rappelé aux commandes fin 2022, M. Iger, 72 ans, avait déjà dirigé l'entreprise de 2005 à 2020. Le conseil d'administration du groupe a voté à l'unanimité en juillet pour prolonger son contrat jusqu'à la fin 2026. Mais l'emblématique dirigeant a perdu en popularité ces derniers mois.

Il fait face à une grève historique d'Hollywood : les acteurs ont rejoint mi-juillet les scénaristes pour réclamer une revalorisation de leur rémunération, en berne à l'ère du streaming.

I

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions