05/08 09:41

Isère : Une femme a été condamnée à seulement deux mois de prison avec sursis pour l'agression de la maire de la commune de Chantepérier qui s'était vue attribuer 2 jours d'ITT

Une femme de 50 ans a été condamnée par le tribunal correctionnel de Grenoble à deux mois de prison avec sursis pour l'agression deux semaines plus tôt de la maire de la commune de Chantepérier en Isère. L'altercation entre la prévenue et la maire à l'issue du conseil municipal du 20 juillet avait donné lieu à une ITT de 2 jours pour l'élue, marquée par des ecchymoses et des hématomes.

Le procureur a plaidé pour «une peine qui ait du sens», requérant six mois de prison avec un sursis probatoire de deux ans et interdiction de contacts avec la maire Christelle Meheut. «Aujourd'hui, la maire, se pose la question de continuer son mandat», a souligné son avocat Me Benjamin Djeffal, précisant que sa cliente s'était vue «prescrire des anxiolytiques» et «avait peur de sortir».

L'élue n'était pas présente au procès. «La prévenue était venue au conseil municipal pour en découdre», a accusé Me Djeffal, tandis que l'avocat de cette dernière, Me Arnaud Adelise, a défendu un geste «spontané», «pas prémédité».

«Ça a duré 15 secondes, je l'ai empoignée mais je ne l'ai pas giflée», s'est défendue l'accusée. Devant les journalistes, son avocat a évoqué «une affaire privée entre deux personnes», un «crêpage de chignon», réfutant une «atteinte à la fonction de maire»

La peine d'emprisonnement avec sursis a été assortie d'une condamnation à verser 1500 euros à la maire au titre du préjudice moral, et 1 euro symbolique à titre de dommages et intérêts pour l'association des maires et adjoints de l'Isère, une «peine d'avertissement», a prévenu la présidente du tribunal.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions