20/06 14:02

Meurtre de Sophie Le Tan: Jean-Marc Reiser, condamné à la perpétuité l'été dernier, est jugé en appel à partir d'aujourd'hui par la cour d'assises du Haut-Rhin

Jean-Marc Reiser est de retour dans le box des accusés: le forestier alsacien, habitué des prétoires et condamné à la perpétuité l'été dernier pour l'assassinat de l'étudiante Sophie Le Tan en 2018, est jugé en appel à partir de mardi par la cour d'assises du Haut-Rhin.

L'accusé, le cheveu ras, vêtu d'un tee-shirt gris et d'un jean, a pris place peu après 09H00 dans le box vitré. Dans ses mains, l'homme de 62 ans, qui connaît parfaitement son dossier pour l'avoir longuement travaillé, tenait une pochette verte. À l'invitation de la présidente de la cour, Christine Schlumberger, il a pris la parole pour décliner son état civil.

Assis derrière ses avocats, Me Emmanuel Spano et Me Thomas Steinmetz, il fait face aux conseils de la partie civile, M. Gérard Welzer et Rémi Stephan, qui représentent la famille de Sophie Le Tan.

"C'est une blessure qui s'ouvre à nouveau, ça sera très difficile de revivre à nouveau pendant ces deux semaines toutes ces émotions", a déclaré avant l'audience Laurent Tran Van Mangh, le cousin du père de la victime, s'exprimant au nom de la famille. "On va revivre ce drame épouvantable, les reconstitutions... ça va être très éprouvant pour la famille."

Tout l'enjeu du procès se situe autour de la qualification retenue par le tribunal: y a-t-il eu préméditation, comme le soutiennent les parties civiles et l'accusation, ou la mort de la jeune femme n'est-elle que le résultat d'une "entreprise de séduction" qui a "mal tourné" et amené l'accusé dans un "état de fureur", comme il se défend?

En juillet 2022, la cour d'assises du Bas-Rhin avait écarté les explications de cet homme froid et imposant et l'avait condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté, jugeant qu'il avait effectivement prémédité le meurtre de Sophie Le Tan, le 7 septembre 2018.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions