08/07 11:02

Coronavirus - Un juge a ordonné cette nuit la "suspension immédiate" en Uruguay de la vaccination des enfants, dans l'attente de la publication des contrats entre le gouvernement et Pfizer

Un juge a ordonné cette nuit la "suspension immédiate" en Uruguay de la vaccination des enfants contre le Covid-19, dans l'attente de la publication des contrats passés entre le gouvernement et le laboratoire Pfizer, ainsi que de la "composition des substances" contenue dans le produit.

La suspension, qui concerne les enfants de moins de 13 ans, sera en vigueur jusqu'à ce que "tous les contrats d'achat de ces vaccins" et les documents "détaillant la composition des substances à administrer" soient publiés dans leur intégralité, indique dans sa décision le juge Alejandro Recarey.

Ce dernier, qui officie en tant que juge suppléant d'un tribunal administratif, a fait suite à un "recours en protection" déposé par un avocat, visant à suspendre l'administration du vaccin aux enfants.

Cette vaccination est autorisée dans le pays sur une base volontaire à partir de l'âge de cinq ans. Le gouvernement du président conservateur Luis Lacalle Pou a annoncé qu'il allait faire appel de la décision.

Selon le juge, il faut "fournir aux responsables des mineurs qui se vaccinent" un document "qui les informe pleinement et clairement" sur le contenu des injections, leurs bénéfices, les risques qu'elles comportent "en précisant leur nature, leur probabilité, leur ampleur", et les "effets indésirables déjà détectés, dans leur intégralité".

Le contrat passé entre le gouvernement uruguayen et le laboratoire américain Pfizer sur la fourniture de vaccins n'a pas été rendu public dans le pays sud-américain de 3,5 millions d'habitants.

Avant la décision de jeudi, le gouvernement avait mis en cause l'impartialité du juge Recaray, soulignant qu'il avait auparavant "donné son opinion sur le thème" de la vaccination anti-Covid-19.

Le ministère de la Santé a indiqué jeudi sur Twitter que la campagne de vaccination dans le pays s'est fondée sur "la base des preuves scientifiques disponibles".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions