05/07 08:02

Fusillade à Chicago - Une nouvelle vidéo fait entendre les rafales d'armes à feu sur la foule et montre la panique qu'a provoquée cette attaque au milieu de la parade familiale - Regardez

En ce lundi férié, des centaines de personnes, dont de nombreuses familles avec enfants, avaient pris place tôt le matin sur les trottoirs de Highland Park pour assister, comme dans tous les Etats-Unis, au traditionnel défilé de la fête d'indépendance américaine.

Alors que des fanfares lycéennes marchaient dans les rues, une rafale de tirs a retenti. "On a entendu environ 50 coups de feu, on a tous pensé qu'il s'agissait de feux d'artifices", a commenté sur CNN une femme témoin du drame. "A un moment, j'ai vu une fille couverte de sang, je n'avais jamais vu ça", a-t-elle ajouté, en décrivant une "mer de panique avec des gens qui tombaient les uns après les autres". Elle, s'est cachée derrière une poubelle avant d'être mise à l'abri dans un sous-sol.

D'après les premiers éléments de l'enquête, le tireur a tiré depuis le toit d'un commerce, accessible par un escalier de secours. "Il était très discret et difficile à voir", a décrit Christopher Covelli, porte-parole de la police du comté. Il a immédiatement pris la fuite mais un fusil "puissant" a été retrouvé par la police.

Cinq personnes, toutes adultes, sont mortes sur place et une sixième après son transfert à l'hôpital. Au moins 26 blessés, âgés de 8 à 85 ans, ont été pris en charge par les secours, et certains, dont au moins un enfant, se trouvent dans un état critique, selon un responsable hospitalier.

Les festivités ont immédiatement été suspendues dans plusieurs villes des environs, qui ont également fermé leurs plages et appelé leur population à la plus grande prudence.

La tragédie a immédiatement ravivé le débat sur les armes à feu, dont près de 400 millions sont en circulation aux Etats-Unis. "C'est accablant qu'une fête en honneur de l'Amérique soit sabotée par un fléau typiquement américain", a commenté le gouverneur démocrate de l'Illinois, J.B. Pritzker. "La seule liberté que nous refusons à nos citoyens est de vivre sans la peur quotidienne des armes à feu."

Se disant "choqué", le président démocrate Joe Biden a pour sa part promis dans un communiqué de "ne pas abandonner la lutte contre l'épidémie de violence par armes à feu" après ce nouveau bain de sang.

Ailleurs sur le web

Vos réactions