25/05 14:28

Affaire Damien Abad: Le parquet de Paris n’ouvre pas d’enquête "en l’état", estimant ne pas disposer "d'élément permettant d'identifier la victime des faits dénoncés"

Le parquet de Paris n’ouvre pas d’enquête préliminaire « en l’état » sur les accusations de violences sexuelles visant le nouveau ministre des Solidarités Damien Abad, estimant ne pas disposer « d’élément permettant d’identifier la victime des faits dénoncés », a-t-il indiqué mercredi.

« En l’état le parquet de Paris ne donne pas de suite au courrier émanant de l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles », qui lui transmettait le témoignage de deux femmes accusant M. Abad de viols, « faute d’élément permettant d’identifier la victime des faits dénoncés et, dès lors, faute de possibilité de procéder à son audition circonstanciée », a précisé le parquet.

Avec cette décision, le parquet de Paris applique la politique pénale qu’il a mise en place depuis quelques années en matière de violences sexuelles: une enquête est systématiquement ouverte dès qu’une victime mineure au moment des faits est évoquée, même en l’absence de plainte, afin notamment de vérifier s’il n’en existe pas d’autres. Si les faits concernent des personnes majeures, le parquet se réserve la possibilité d’ouvrir une enquête uniquement si la ou les victimes le saisissent d’une plainte.

Le lendemain de la nomination du gouvernement d’Élisabeth Borne, Mediapart a diffusé le témoignages de deux femmes accusant le ministre des Solidarités de l’Autonomie et des Personnes handicapées de les avoir violées en 2010 et 2011. L’une d’elle, qui a confirmé son récit à l’AFP, s’était rendue dans un commissariat pour témoigner en 2012, puis avait déposé une plainte en 2017.

Le parquet avait indiqué dimanche « qu’une première plainte déposée pour des faits de viol a été classée sans suite le 6 avril 2012 du fait de la carence de la plaignante ». Une deuxième plainte « pour les mêmes faits a été classée sans suite le 5 décembre 2017 » faute « d’infraction suffisamment caractérisée ». « Je n’ai jamais violé une seule femme de ma vie », s’est défendu lundi Damien Abad, qui n’envisage pas de démissionner. « Un homme innocent doit-il démissionner ? Je ne crois pas », a-t-il ajouté.

Les débuts du gouvernement du second quinquennat d’Emmanuel Macron sont perturbés par les révélations de violences sexuelles visant M. Abad, principale prise de guerre de la Macronie post-présidentielle. Les appels à la démission se multiplient dans les rangs de l’opposition et des associations féministes. « La justice est la seule à devoir ou à pouvoir trancher », avait déclaré lundi la nouvelle porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, à l’issue du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de wicket
26/mai/2022 - 11h18
seb2746 a écrit :

2 plaintes réelles = pas d'identification des 2 plaignantes ? c'est vraiment des comiques à vouloir protéger coute que coute un ministre...

Qu'en savez-vous vraiment ? Avez-vous eu connaissance de ces plaintes ? Si c'est non, taisez-vous au lieu de vouloir à tout prix salir un homme, soit-il Ministre.

 

Portrait de MICMAH458
26/mai/2022 - 08h19
2510RED a écrit :

Mea culpa pour cette confusion.  Il n'empêche que vous navez pas accès au dossier judiciaire pour pouvoir vous permettre de remettre en cause une décision de justice 

Hello 2510RED, Il n'y a pas de souci car bien entendu, je me trompe parfois aussi.  Je reviens, et pour en terminer, sur l'info qui nous occupe, et je confirme que je ne remets pas en cause la décision de justice (je la regrette, bien sûr, mais ce n'est que mon sentiment).  En fait, je m'étonnais surtout que la Justice dit ne pas disposer d'élément permettant d'identifier la victime, alors que celle-ci avait déposé plainte.  C'est cela qui m'interpelle et que j'ai du mal à comprendre.  

Portrait de iceman
25/mai/2022 - 21h29
•••G de Phoebus••• a écrit :

Vous dites : "la présomption d'innocence fait foi". 

Déjà elle ne fait pas foi mais loi; en théorie.

Et que dites vous de votre fameuse présomption d'innocence bafouée par la justice dans l'affaire Delphine Jubilar ?  Pas de cadavre, pas d'aveux, pas de preuves et ce malgré des millions d'euros dépensés en hommes et moyens. 

Quoi ? Comment ?  Ce n'est pas la même chose ? 

Vous ne comprenez pas le principe de la détention provisoire en droit français, qu'on soit pour ou contre soit dit en passant. Il reste présumé innocent mais les juges d'instructions estiment que l'enquête, pas encore terminée, ne peut pas être menée sans risque de déperdition de preuves s'il est dehors vu tous les indices qui plaident en sa défaveur.

Portrait de MICMAH458
25/mai/2022 - 20h25
2510RED a écrit :

Si tu avais suivi le dossier tu saurais que la plaignante, qui est majeure et dit avoir été violée, a fourni une vidéo où l'accusé est au lit avec une personne semblant mineure. La justice doit d'abord savoir qui est cette personne pour savoir si elle est réellement mineure. Le problème est qu'il n'y a pas de plainte de la présumée mineure et donc, sans identification, pas de possibilité de prouver la culpabilité de l'accusé et la présomption d'innocence fait foi.

Vous avez le culot de me reprocher de ne pas suivre le dossier, mais moi je ne me trompe pas d'affaire.  Je vous parle "ministre abad" et vous me répondez "directeur des assurances Assu2000" ce qui n'a franchement rien à voir et prouve simplement que vous n'êtes pas loin, mais juste à côté de la plaque quand même.  Sans rancune, mais la prochaine fois, ne faites pas de confusion entre deux choses très différentes.

Portrait de stbx00
25/mai/2022 - 19h49
2510RED a écrit :

et il est désolant de voir que vous condamnez une personne sans aucune preuve. Espérons qu'un jour cela ne vous arrive pas d'être accusé sans preuve vous aussi.

et comme j'ai dis à MICMAC: Si tu avais suivi le dossier tu saurais que la plaignante, qui est majeure et dit avoir été violée, a fourni une vidéo où l'accusé est au lit avec une personne semblant mineure. La justice doit d'abord savoir qui est cette personne pour savoir si elle est réellement mineure. Le problème est qu'il n'y a pas de plainte de la présumée mineure et donc, sans identification, pas de possibilité de prouver la culpabilité de l'accusé et la présomption d'innocence fait foi.

Est-ce que vous ne vous trompez pas d'affaire ? La personne qui a porté plainte avec la vidéo d'une mineur concerne le fondateur d'Assu2000 pas Damien Abad...

Portrait de delors757118
25/mai/2022 - 19h24

onit tout une histoire  pour le moment il n'y a rien  dans le dossier puisque le parquet n'a  meme pas de quoi ouvrir une enquete

 

Portrait de ManofSarlat
25/mai/2022 - 17h37
2510RED a écrit :

et il est désolant de voir que vous condamnez une personne sans aucune preuve. Espérons qu'un jour cela ne vous arrive pas d'être accusé sans preuve vous aussi.

et comme j'ai dis à MICMAC: Si tu avais suivi le dossier tu saurais que la plaignante, qui est majeure et dit avoir été violée, a fourni une vidéo où l'accusé est au lit avec une personne semblant mineure. La justice doit d'abord savoir qui est cette personne pour savoir si elle est réellement mineure. Le problème est qu'il n'y a pas de plainte de la présumée mineure et donc, sans identification, pas de possibilité de prouver la culpabilité de l'accusé et la présomption d'innocence fait foi.

Par contre que cet homme semble couché avec une mineure n'a pas l'air de vous posez problème.... Drôle de mœurs chez les macronistes....

Portrait de seb2746
25/mai/2022 - 16h26

2 plaintes réelles = pas d'identification des 2 plaignantes ? c'est vraiment des comiques à vouloir protéger coute que coute un ministre...

Portrait de Caro3ine
25/mai/2022 - 16h21

Voilà, affaire classée encore, encore et encore. Il n'y a rien mais certains continuent de creuser pour trouver ce qui n'existe pas.

Rappel, tout cela a été monté en épingle par la France Insoumise pour faire un contre feu après l'affaire Taha Bouhaf.

Portrait de MICMAH458
25/mai/2022 - 16h00

Que les plaintes aient été classées sans suite, soit.  Mais dire que la Justice ne dispose pas  d'élément permettant d'identifier la ou les victimes, cela me paraît quand même un peu compliqué.  A moins que dans ce pays, on puisse déposer plainte anonymement ?

Portrait de ManofSarlat
25/mai/2022 - 15h08
serguei a écrit :

S'il n'y a pas de dépot de plainte, elles n'ont pas à être auditionnées !... cqfd ... Trop facile, autrement !

Sauf qu'il y a bien eu un dépôt de plainte, classé sans suite... Donc ils ont bien l'identité d'au moins d'une des deux femmes. Donc le motif donné dans cet article est bidon.

Portrait de serguei
25/mai/2022 - 15h01
COLIN33 a écrit :

ils se serrent les coudes ! peut-être reculer pour mieux sauter ....

Aucun sens : Essayez de faire l'effort de comprendre !

Portrait de serguei
25/mai/2022 - 15h00
Le chon 24 a écrit :

Si il y a un témoignage de deux femmes, j'imagine qu'elles ne sont pas anonymes, qu'elles ont une identité. Cela devient n'importe quoi cette "affaire"...

  

S'il n'y a pas de dépot de plainte, elles n'ont pas à être auditionnées !... cqfd ... Trop facile, autrement !

Portrait de COLIN33
25/mai/2022 - 14h40 - depuis l'application mobile

ils se serrent les coudes ! peut-être reculer pour mieux sauter ....

Portrait de Le chon 24
25/mai/2022 - 14h34

Si il y a un témoignage de deux femmes, j'imagine qu'elles ne sont pas anonymes, qu'elles ont une identité. Cela devient n'importe quoi cette "affaire"...