11/05 15:31

Dix-huit ans de prison requis contre un djihadiste français parti combattre en Syrie, en raison de la durée «extrêmement longue» de son séjour sur place et des doutes sur «la persistance de son ancrage idéologique»

Dix-huit ans de prison ont été requis à Paris contre Amar Felouki, djihadiste français parti combattre en Syrie en 2013, en raison de la durée «extrêmement longue» de son séjour sur place et des doutes sur «la persistance de son ancrage idéologique».

«Pas à un seul instant Amar Felouki n'a remis en cause spontanément son engagement», a souligné l'avocate générale Caroline Goudounèche lors de son réquisitoire devant la cour d'assises spéciale.

La représentante du parquet national anti-terroriste (Pnat) a demandé que cette peine soit assortie d'une période de sûreté de douze ans. Jugé depuis lundi pour association de malfaiteur terroriste, le jeune homme originaire de Villeneuve-d'Ascq (Nord), aujourd'hui âgé de 31 ans, encourt trente ans de réclusion criminelle.

Il avait rejoint la Syrie en septembre 2013 avec trois amis de son quartier pour s'engager dans les rangs du Front al-Nosra, groupe djihadiste affilié à al-Qaïda. Il a assuré avoir quitté le combat après une grave blessure fin 2014, pour rejoindre une école coranique située à Darkouch, près de la Turquie. Cette version n'a pas convaincu l'accusation, qui estime «très peu probable» que le Front al-Nosra se soit passé d'«un homme en capacité de combattre pendant trois ans», alors que les combats faisaient rage dans la région. Intercepté par les autorités turques à l'automne 2017, après avoir passé la frontière, Amar Felouki est resté détenu plusieurs mois en Turquie. Il a ensuite été expulsé vers la France en mai 2018, date à laquelle il a été mis en examen puis placé en détention provisoire. 

«Quatre ans dans une organisation terroriste, c'est extrêmement long», a souligné l'avocate générale, y voyant le signe d'une «acceptation de ses règles», d'une «maîtrise totale des techniques de combat» et la possible constitution d'un «réseau» sur place. Elle a également regretté le choix d'Amar Felouki de ne pas participer aux entretiens avec un psychologue lors de son évaluation en détention et souligné sa «démarche pas anodine» d'envoyer un courrier à un détenu condamné pour terrorisme, dans lequel il «fait référence à l'appartenance» à une même «communauté».

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de elis34
12/mai/2022 - 07h45

le stock de fous furieux de l'islam va se reconstituer comme toujours...quelle belle religion, enfin si c'est encore une religion....

Portrait de Pirate 92
11/mai/2022 - 15h49

Et quand sortira t'il ?