20/01 08:20

Accusée d'avoir animé un débat sur les vacances de son mari Jean-Michel Blanquer à Ibiza, la journaliste Anna Cabana se défend : "Je ne peux pas payer la facture de cette relation tous les jours !"

Après Jean-Michel Blanquer, c'est sa femme Anna Cabana qui est au centre d'une polémique. Sur la chaîne I24News, une partie de l’émission « Conversations avec Anna Cabana » était en effet consacrée ce mardi à : « Jean-Michel Blanquer, au cœur de la tempête ».

Autour d’elle, un plateau d’invités globalement acquis à la cause de Jean-Michel Blanquer et surtout la journaliste n'a jamais indiqué aux téléspectateurs qu'elle était elle même à Ibiza avec le Ministre puisqu'elle est sa compagne.

Ce matin, dans le Parisien, Anna Cabana tente de se défendre : 

"Cette relation est publique depuis deux ans. Et j’en ai déjà payé le prix fort ! Tapez mon nom sur Internet, c’est partout. C’est même écrit sur ma fiche Wikipédia ! Aujourd’hui, tout le monde sait que je suis la compagne de Jean-Michel Blanquer. Je ne peux pas en payer la facture tous les jours.

J’anime une émission d’actualité. Cela aurait été surréaliste de ne pas parler de la crise politique du jour. Si je ne l’avais pas fait, on me l’aurait reproché. Moi, j’ai fait mon travail de journaliste de manière honnête

. Et si la chaîne m’avait demandé de me retirer, je me serais évidemment inclinée."

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bob28
21/janvier/2022 - 08h25

La pauvre !

Elle le paye tous les jours. Il y a même écrit qui est son mari sur sa fiche wikipédia...

Elle est vraiment à plaindre.

Portrait de Bob28
21/janvier/2022 - 08h23
IHS a écrit :

Je me demande comment on peut accepter de devenir une troisième épouse.

Beurk. C’est grotesque.

Cherchez "retraite de ministre" et "pension de réversion" sur Internet.

Vous aurez peut être un début de réponse...

Portrait de blablabla2022
21/janvier/2022 - 03h47

IBIZA en décembre est une ile tres calme , les touristes y viennent pour le repos en cette période ... Aucun club ou discotheque n'est ouvert  , cette polémique est pitoyable .

Que le ministre fasse son interview en video depuis un endroit ou il n'est que 3 jours en vacances et qui pourrait être Nice , Dunkerque ou Milan n a rien de choquant ...

les grandes infos de Mediapart encore une fois qui ne servent qu 'a faire du buzz dans le vide  ... pffff 

Portrait de Greenday2013
20/janvier/2022 - 14h16
vraimentcompliqué2 a écrit :

Si elle en parle elle est accusée de parti-pris. Si elle n'en parle pas elle est accusée de mépris. Donc que doit-elle faire ? S'immoler en place de grève ? Non ! Elle a eu la volonté et l'honnêteté (très rares chez les Journalistes) de mettre le sujet sur la table et de laisser s'exprimer celles et ceux qui étaient en profond désaccord.

Et alors ? Qu'elle laisse les gens parler ça efface la situation, c'est ça ?

Portrait de Greenday2013
20/janvier/2022 - 14h15

Elle n'avait qu'à réfléchir avant de draguer un membre du Gouvernement pendant qu'elle travaillait.

Portrait de MICMAH458
20/janvier/2022 - 10h39

Ah ces politiques et ces journalistes/animateurs qui dragouillent sur les plateaux télé et dans les coulisses....  Le mélange des genres est depuis toujours un problème.C'est pourtant vrai qu'elle ne doit pas payer seule la facture de cette relation donc, une seule solution pour remettre les choses en place : démission tous les deux !!!  Ils ne manqueront ni à la politique, ni à la télévision.

Portrait de COLIN33
20/janvier/2022 - 10h32 - depuis l'application mobile

Ils sont soit disant mariés, donc pour le meilleur et pour le pire ! qu'elle reste en retrait si elle ne veut pas subir les éclaboussures relatives à la fonction de son mari....

Portrait de IHS
20/janvier/2022 - 09h15

Je me demande comment on peut accepter de devenir une troisième épouse.

Beurk. C’est grotesque.

Portrait de soly
20/janvier/2022 - 08h58

Cette émission est purement scandaleuse. C'est vraiment une honte. Ce gouvernement ne recule devant rien. Blanquer a bien compris qu'une majorité de français est parfaitement  manipulable et il prend donc les français pour des cons...

Portrait de vraimentcompliqué2
20/janvier/2022 - 08h35
RIP cracra666 a écrit :

C'est une faute déontologique et ils n'étaient pas en profond désaccord.

Lisez-bien ce que j'écris : La Faute déontologique aurait été, justement, de ne pas mettre le sujet sur la table mais de le "planquer" sous le tapis comme si de rien n'était.Effectivement, la symbôlique IBIZA parait quelque peu "choquante" pour le profane. Mais je vous invite à vous y rendre en Décembre : A cette période iL y a plus d'activités et d'évènements festifs aux fins fonds de mon Cantal natal qu'à Ibiza.

Portrait de Angelussauron
20/janvier/2022 - 08h32
vraimentcompliqué2 a écrit :

Si elle en parle elle est accusée de parti-pris. Si elle n'en parle pas elle est accusée de mépris. Donc que doit-elle faire ? S'immoler en place de grève ? Non ! Elle a eu la volonté et l'honnêteté (très rares chez les Journalistes) de mettre le sujet sur la table et de laisser s'exprimer celles et ceux qui étaient en profond désaccord.

C'est clair je l'ai trouvé très professionnel. C'est sur qu'il y a un coté surréaliste quand elle lance le débat, j'ai été choqué mais dans le bon sens.

Elle a séparé l'épouse de la journaliste, elle a bien fait la part des choses.

C'est plus choquant  (et là dans le mauvais sens) les attaques envers elle ensuite...

 

Portrait de vraimentcompliqué2
20/janvier/2022 - 08h30
RIP cracra666 a écrit :

Le culot...

Pas plus "culottée" qu'un Président qui affirme "avoir pour objectif de rassembler et unir l'Europe" alors qu'il a, dès ses premiers jours de mandat; divisé la France comme jamais; Avec comme point d'orgue la jetée en pâture, à la vindicte populaire, de 5 millions de compatriotes !

Portrait de vraimentcompliqué2
20/janvier/2022 - 08h26

Si elle en parle elle est accusée de parti-pris. Si elle n'en parle pas elle est accusée de mépris. Donc que doit-elle faire ? S'immoler en place de grève ? Non ! Elle a eu la volonté et l'honnêteté (très rares chez les Journalistes) de mettre le sujet sur la table et de laisser s'exprimer celles et ceux qui étaient en profond désaccord.