26/12 10:46

Val-de-Marne: Une oeuvre de street-art hommage aux victimes algériennes du massacre du 17 octobre 1961 a été dégradée à Ivry

Une oeuvre de street-art hommage aux victimes algériennes du massacre du 17 octobre 1961, quand plusieurs dizaines de manifestants pour l’indépendance furent tués et jetés dans la Seine, a été dégradée en région parisienne, a déploré samedi son auteur. Il y a deux mois, à l’occasion des 60 ans du massacre de manifestants algériens sous l’autorité du préfet de police de Paris de l’époque Maurice Papon, C215, de son vrai nom Christian Guémy, avait peint au pochoir sur un mur de garage d’Ivry un portrait d’une des victimes de cette répression, Ahmad Khalfi, avec l’inscription « Jeté dans la Seine le 17/10/1961 ».

Or, cette inscription a été effacée au burin et le portrait aspergé de taches rouges couleur sang, comme le montre une photo publiée samedi par l’artiste sur les réseaux sociaux. Un pénis a également été gravé sur l’oeuvre. Des dégradations immédiatement condamnées par la mairie de cette commune de la proche banlieue sud-est de la capitale française.

« C’est très violent pour tous les Maghrébins et les gens qui peuvent s’identifier vraiment à lui (Ahmad Khlafi, NDLR). Ce n’est pas un personnage politique, c’est juste une victime d’un massacre qui a été commis dans des circonstances de racisme ordinaire. Et là, on perpétue tout ça », a regretté C215 auprès de l’AFP, dénonçant un acte « manifestement raciste ». « Très triste », a ajouté le pochoiriste: « c’est une offense jetée au visage non seulement de la victime mais également des gens du présent ».

Le portrait était peint dans une petite rue, sans beaucoup de passage, dans un quartier, où souligne l’artiste, « il y a beaucoup de diversité ». En novembre, un autre portrait au pochoir de C215, celui du policier Ahmed Merabet, froidement assassiné par l’un des frères Kouachi en janvier 2015, avait été dégradé à Paris.

Le préfet de police avait porté plainte après que l’insulte raciste « bicot » ait été retrouvé sur ce portrait. Pour la première fois cette année, la présidence française a reconnu que « plusieurs dizaines » de manifestants algériens « furent tués, leurs corps jetés dans la Seine » le 17 octobre 1961. Le bilan officiel ne dénombrait jusqu’à présent que trois victimes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Julien92
27/décembre/2021 - 23h13
Julien92 a écrit :

Désolé. J’étais au premier degré. Ce que je disais était du vécu. Et j'ai cru que votre réponse était du second degré. A savoir que je disais quelque chose de débile. J'avais tort. Mes excuses.

 

 

Portrait de Julien92
27/décembre/2021 - 23h09
L' écume des Choses a écrit :

c'est votre post qui m'"a fait rire: relisez vous... comique sans le vouloir ?

Portrait de Julien92
27/décembre/2021 - 08h45
L' écume des Choses a écrit :

mort de rire

Si seulement c’était vrai.smiley

Comme je suppose que ton "mort de rire" est probablement péjoratif,  as tu assisté à une autopsie? Tu t' imagines que c'est dans le cerveau qu'on trouve ce genre d"éléments? c'est une personne qui travaille dans une morgue qui m'a donné ce renseignement. Mais ton esprit de contradiction te poussera bien a trouver quelque chose a y  redire.

Portrait de Gilgamesh
26/décembre/2021 - 22h34
Cortex a écrit :

smiley

Les médecins légistes peuvent donner la religion et les opinions politiques des cadavres ?

Pour toute l’année 1961, 308 cadavres entrèrent à l’IML. Or, toujours après enquête, il fut établi que la quasi-totalité de ces morts étaient des victimes du FLN 
Portrait de Gilgamesh
26/décembre/2021 - 22h32
Cortex a écrit :

smiley

Les médecins légistes peuvent donner la religion et les opinions politiques des cadavres ?

selon les enquêtes judiciaires, chaque décès étant suivi d’une enquête

Portrait de Julien92
26/décembre/2021 - 16h14
Cortex a écrit :

smiley

Les médecins légistes peuvent donner la religion et les opinions politiques des cadavres ?

Il y a  l'analyse du pénis: si le mort était circoncis, soit il était de confession musulmane, soit juive, soit indéterminée si une personne avait décidé de se circoncire pour des raisons d' hygiène ou de maladie.

Portrait de Parapluie
26/décembre/2021 - 13h56
Cortex a écrit :

smiley

Les médecins légistes peuvent donner la religion et les opinions politiques des cadavres ?

Alors je ne sais pas si ce qu'il affirme est vrai ou faux mais à ce que je sache l’autopsie judiciaire ou médico-légale est faite pour déterminer l’identité du corps donc à partir du moment où on a l'identité de la victime on peut connaître des détails de sa vie, son parcours et même sa religion ce qui permettra en autre de l'enterrer selon ses convictions...

Vous devriez changer de pseudo !

Portrait de Cortex
26/décembre/2021 - 11h58
Gilgamesh a écrit :

Chiffre qui repose sur des donnés provenant du FLN et ses alliés communiste. Mais les fais sont têtus. L'institut Médico-légal nous apprend que du 1 au 30 octobre 90 cadavres étaient des musulmans pro-Français et donc probablement perpétré par le FNL.

smiley

Les médecins légistes peuvent donner la religion et les opinions politiques des cadavres ?

Portrait de Cortex
26/décembre/2021 - 11h56
L' écume des Choses a écrit :

les cons sont durs à éradiquer

Pires que la pandémie. Ils existent depuis toujours et aucun vaccin n'a fonctionné smiley

Portrait de Gilgamesh
26/décembre/2021 - 11h18

Chiffre qui repose sur des donnés provenant du FLN et ses alliés communiste. Mais les fais sont têtus. L'institut Médico-légal nous apprend que du 1 au 30 octobre 90 cadavres étaient des musulmans pro-Français et donc probablement perpétré par le FNL.