04/11 07:15

Accusé d'antisémitisme, un responsable d'une future chaîne de télévision publique néerlandaise à la ligne éditoriale qualifiée de droite populiste a démissionné

Accusé d'antisémitisme, un responsable d'une future chaîne de télévision publique néerlandaise à la ligne éditoriale qualifiée de droite populiste a démissionné. Un tollé avait suivi une publication par le quotidien néerlandais NRC, dénonçant le fait que Taco Dankers, président du conseil de surveillance du média Ongehoord Nederland (ON!) était également à la tête d'un groupe de réflexion de droite radicale diffusant régulièrement des textes antisémites, et avait fait des commentaires antisémites dans des interviews Le média ON!, dont le nom signifie "Les Pays-Bas qu'on n'entend pas", et qualifié de version néerlandaise de Fox News, rejoindra le système de radiodiffusion public néerlandais à partir de janvier 2022.

Il se targue de relayer les "opinions inaudibles" à l'heure où "les souhaits et les pensées hors des normes sont rejetés comme +populistes+".

"Malheureusement, une polémique est née autour de ma personne à la suite d'une récente couverture médiatique", a déclaré Taco Dankers dans un communiqué de ON!, suivi par plus de 64.000 personnes sur Youtube. "Rester nuirait à l'importante mission du radiodiffuseur ON!. C'est pourquoi je démissionne de mes fonctions de président du conseil de surveillance", a-t-il ajouté.

D'après le NRC, M. Dankers est à la tête du groupe de réflexion Gefira, qui a affirmé que la migration de masse vers l'Europe était un complot juif visant à "diluer" l'Occident, et que les Juifs étaient responsables d'une grande partie de la traite des esclaves aux Pays-Bas.

"Le Bulletin Gefira de septembre est plein de haine pure. C'est un manifeste qui semble tout droit sorti de la Seconde Guerre mondiale", s'est indigné mercredi sur Twitter le Coordinateur national Antisémitisme (NCAB). Eddo Verdoner, président du NCAB, avait dans la publication du NRC appelé à "une concertation" avec le ministère public à ce sujet.

Le système de radiodiffusion publique néerlandais NPO s'est également mercredi déclaré "choqué" par les accusations visant M. Dankers, et a indiqué qu'il entamerait des discussions avec la direction du diffuseur ON! à ce sujet.

"L'antisémitisme et le racisme ne méritent aucune place dans la radiodiffusion publique", a déclaré le NPO.

En tant que président du conseil de surveillance, M. Dankers aurait notamment été chargé de surveiller les dépenses d'au moins 3,6 millions par an d'argent public alloués au diffuseur, a précisé NRC.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions