20/07 17:02

Allemagne - Le gouvernement d'Angela Merkel a promis d'améliorer le système national d'alerte-catastrophe, mis en cause suite aux inondations dévastatrices

Le gouvernement d'Angela Merkel a promis d'améliorer le système national d'alerte-catastrophe, mis en cause suite aux inondations dévastatrices qui ont frappé l'Allemagne, avec un bilan qui s'est encore alourdi à au moins 165 morts. Alors qu'autorités locales et pompiers continuaient lundi à rechercher les nombreux disparus dans les régions sinistrées de l'ouest et du sud de l'Allemagne, le débat enflait sur une éventuelle défaillance des mécanismes visant à avertir à temps la population. Le pays a connu la plus grande catastrophe naturelle de son histoire récente.

De manière générale ces systèmes "ont fonctionné", notamment via une application pour les téléphones portables appelée "Nina", a assuré une porte-parole du gouvernement, Martina Fietz, lors d'un point presse. "Mais les expériences que nous avons faites lors de cette catastrophe montrent que nous devons faire davantage et mieux", a-t-elle admis.

Le candidat des conservateurs à la chancellerie Armin Laschet a promis "une meilleure prévention" qui sera discutée dans les prochains jours entre les régions, les communes et l'Etat fédéral.

"Nous devons apprendre pour nous-mêmes, car nous serons plus souvent confrontés dans l'avenir à ce genre d'événements climatiques", a déclaré le prétendant au remplacement d'Angela Merkel, qui se retirera après 16 années de règne à l'issue des législatives de septembre.

La protection civile allemande est en particulier accusée de ne pas avoir averti suffisamment vite les populations concernées dans les zones inondables de la gravité des crues.

Son président Armin Schuster s'en est défendu, affirmant que son institution avait envoyé quelque 150 alertes via les applications, ainsi qu'aux médias. Mais les crues ont entraîné des coupures d'électricité massives et fait tomber des antennes de télécommunication, empêchant des habitants de recevoir à temps les alertes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions