28/06 17:31

La ligne d'écoute pour les femmes victimes de violences, le 3919, est désormais joignable 24H/24 du lundi au vendredi, une extension horaire qui concernera aussi les week-end à la fin de l'été

La ligne d'écoute pour les femmes victimes de violences, le 3919, est désormais joignable 24H/24 du lundi au vendredi, une extension horaire qui concernera aussi les week-end à la fin de l'été, a annoncé lundi la ministre déléguée à l'Egalité entre les femmes et les hommes.

"À partir d'aujourd'hui, le 3919 est accessible 24H/24 du lundi au vendredi", a dit lundi sur Twitter Elisabeth Moreno, rappelant que cette mesure avait été promise au moment du Grenelle contre les violences conjugales en 2019.

Elle vise à faire bénéficier de ce service anonyme et gratuit toutes les femmes du territoire, y compris celles vivant en Outre-mer où le décalage horaire limitait jusqu'à présent l'accessibilité pratique de la ligne d'écoute.

En outre, la plateforme est désormais accessible aux personnes sourdes ou ayant des troubles du langage.

L'extension des horaires d'ouverture avait été officialisée le 25 mai lors de la signature de la nouvelle convention pluriannuelle d'objectifs entre l'État et la Fédération nationale Solidarité Femmes (FNSF), qui gère cette ligne depuis sa création en 1992.

"La montée en charge va être progressive et l'accessibilité 24H/24 le week-end sera mise en place dans le courant de l'été", a déclaré lundi à l'AFP Françoise Brié, directrice générale de la FNSF.

Le 3919 reste joignable les samedis et dimanches de 9H00 à 18H00.

Pour assurer les nouveaux horaires, une dizaine d'écoutantes supplémentaires ont été "embauchées et formées à l'écoute des victimes de violences conjugales", a précisé Mme Brié.

On estime que près de 210.000 femmes subissent chaque année des violences conjugales. En 2020, 90 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon, selon les derniers chiffres officiels.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
28/juin/2021 - 21h55
pasfacile a écrit :

Parce que le samedi et le dimanche les violents se reposent ?

non mais il faut payer + cher les employés, ça coute de l'argent à l'état.

 

Le souci de toute façon c'est la suite, elle est inexistante la plupart du temps, entre les commissariats qui ne prennent pas les plaintes, la justice qui retire les enfants de la victime SI elle part avec car on considère que c'est illégal, etc...

 

Et ne parlons pas des peines, certes il y a des histoires qui font la une mais les autres avec des peines de -2 ans alors que la victime est morte...