23/12 10:46

Vingt-sept ans après la disparition de Lydie Logé dans l'Orne, le tueur en série Michel Fourniret a été mis en examen dans cette enquête

Vingt-sept ans après la disparition de Lydie Logé dans l'Orne, le tueur en série Michel Fourniret a été mis en examen dans cette enquête récemment confiée à la juge d'instruction parisienne Sabine Khéris, déjà chargée des investigations sur le meurtre d'Estelle Mouzin. Selon une source judiciaire, le septuagénaire a été mis en examen pour «enlèvement et séquestration suivis de mort» dans cette affaire. Injoignables, ses avocats n'ont pas commenté cette information.

Lydie Logé, 29 ans, a disparu le 18 décembre 1993 à Saint-Christophe-le-Jajolet (Orne), et son corps n'a jamais été retrouvé. Les investigations ont été rouvertes en 2018 en raison de rapprochements établis entre les traces ADN issues de composés organiques trouvés dans la camionnette de Michel Fourniret et l'ADN de la mère de Lydie Logé, alors que deux enquêtes, de 1994 à 1998 puis de 2004 à 2009, avaient abouti à des non-lieux. En novembre 2019, Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier, qui purgent tous les deux des peines de réclusion, ont été placés en garde à vue dans cette affaire. Ces dernières ont permis d'établir «un possible cheminement de Michel Fourniret dans l'Orne qu'il ne conteste pas», avait alors indiqué le parquet de Caen.

Selon une source proche du dossier, le fils de Michel Fourniret vivait dans la région à cette époque. L'enquête, confiée quelques jours plus tard à un juge d'instruction, a ensuite été dépaysée à Paris en juin 2020. Le but était de la joindre au dossier d'instruction déjà conduit par la magistrate Sabine Kheris depuis 2019.

Me Didier Seban, l'un des avocats de la famille de Lydie Logé, a déclaré à l'AFP qu'«après trente ans d'attente, c'est important pour la famille parce que cette piste est parfaitement sérieuse et les charges sont lourdes».

«Cela montre que Michel Fourniret a encore beaucoup de secrets», a-t-il ajouté, observant que les comparaisons ADN devraient permettre de «pouvoir élucider encore de nombreuses affaires». Il s'est aussi réjoui du fait que le tueur en série, hospitalisé après avoir fait un malaise le 20 novembre dans sa cellule de Fresnes (Val-de-Marne), soit «en état de répondre aux accusations portées contre lui». Car le temps presse : l'état neurologique de Michel Fourniret se dégrade en effet et il souffre de nombreuses absences, selon plusieurs connaisseurs du dossier.

Ailleurs sur le web

Vos réactions