11/12 08:01

Islam : Menacée de mort, Mila affirme avoir été exclue de son nouveau lycée après avoir dévoilé le nom de son établissement dans une vidéo - Son père évoque "une nouvelle lâcheté" dans une lettre ouverte

Mila, jeune Iséroise de 17 ans, qui en janvier 2020, avait publié une vidéo devenue virale dans laquelle elle proférait de virulentes critiques sur l'islam, a été exclue de son lycée après avoir révélé le nom de son nouvel établissement. En janvier dernier, l'adolescente avait été contrainte de quitter son lycée en raison des menaces de mort dont elle était la cible. La lycéenne avait alors rejoint en février un établissement militaire dans lequel elle se trouvait jusqu'à aujourd'hui.

Mais selon les informations du Point, corroborées depuis par franceinfo et France Bleu Isère, le colonel qui dirige cet établissement a décidé d’exclure Mila en raison d’un «live» avec des amis sur les réseaux sociaux et au cours duquel elle a cité le nom de l'internat où elle vivait

Une décision qu'a déploré son avocat Richard Malka et, surtout, le père de la lycéenne. «On s'est débarrassé de Mila au premier prétexte trouvé […]. Si même l'armée ne peut pas la protéger et lui permettre de poursuivre sa scolarité, que pouvons-nous faire, nous, ses parents ? Ce constat est pour nous un film d'horreur», explique-t-il dans une lettre ouverte publiée dans Le Point et dans laquelle il s’adresse «aux lâches».

"Mila n’a pas été exclue. Il a été proposé aux parents de Mila qu’elle poursuive, pour un temps, son enseignement à distance dans un lieu sûr, le temps d’un apaisement de la situation sécuritaire", a fait savoir le ministère des Armées ce jeudi dans un communiqué.

"Elle reste une élève de l’établissement", militaire. Le ministère précise que Mila avait été accueillie au sein du lycée militaire à la demande de l’Education nationale où elle a été "protégée depuis, en toute discrétion".

Mais en révélant l'emplacement de l'établissement sur les réseaux sociaux l'adolescente aurait remis en cause cette protection : "la discrétion quant à l’établissement en question n’est malheureusement plus assurée depuis peu. Son maintien au sein de l’établissement lui fait courir un risque que l’on ne peut pas accepter, ni pour elle, ni pour les 750 élèves", justifie le ministère des Armées.

"Nous pensons à elle et sommes à ses côtés dans l’épreuve qu’elle traverse. Mila a d’ailleurs exprimé toute sa reconnaissance auprès de l’institution militaire qui lui a tendu la main. Son encadrement, militaire et civil, a constamment été attentif à sa situation", conclut le communiqué.

Mila se retrouve donc aujourd'hui de nouveau sans lycée. L'Iséroise devrait faire cours à la maison en suivant les enseignements du Cned en attendant une éventuelle autre solution.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de popeye55
11/décembre/2020 - 23h47

Mais quand est-ce qu'on va mettre tous ces fouteurs de m..er..de dehors ?

Portrait de dada790145
11/décembre/2020 - 23h00

Et sinon ses parents peuvent pas lui dire de fermer sa gueule , surtout si c'est pour donner le nom de son nouvel établissement e n live  c'est quoi son intérêt ???

Portrait de Harriet
11/décembre/2020 - 20h08
Lolek et Bolek a écrit :

Dernière info, elle vient de retrouver un établissement,  au dernière nouvelle il s'agit d'un hôpital psychiatrique..Shutter Island est le nom qui a été attribué,  Milla peut enfin reprendre les réseaux sociaux !

smiley  Excellent !!! smiley

Portrait de Sitedemedia
11/décembre/2020 - 16h19

Qu’elle reste cachée. Sa sécurité en dépend.

Portrait de JP67
11/décembre/2020 - 13h41

on dit souvent que les chiens ne font pas des chats  !

on vois bien la bétise de cette fille a son comportement 

mais quand on vois celui de son père c'est logique

la connerie est héréditaire !

Portrait de lucieat
11/décembre/2020 - 11h17

Elle le fait exprès ou quoi? elle devrait avoir pris du plomb dans la tête et voilà qu'elle remet ça au risque de mettre en danger d'autres personnes. Elle devrait être interdite de réseaux sociaux, on y trouve de tout la dedans, les jeunes ne se rendent pas compte que ce qu'ils y mettent se voit partout et il y a tellement de crétins dans ce monde ...les parents n'ont pas su lui remettre les pendules à l'heure, elle les met en danger eux aussi et sa fratrie, ils ont déjà du la changer d'école, déménager, que faut il encore pour qu'elle se tienne tranquille. Ce serait ma fille , elle m'aurait entendue !!!

Portrait de th93100
11/décembre/2020 - 10h54
tameroche a écrit :

y'a encore des lycée pour accepter une tarée comme cette fille ? elle est pommé et perdu , le probleme vient de ses parents qui devrait lui interdire les reseaux sociaux 

Son intérêt à continuer à fréquenter des établissements scolaires la préserve de stagner à votre niveau d'orthographe.

Portrait de mikapat
11/décembre/2020 - 10h10

 Le lycée a certainement voulu protéger tous les autres étudiants en excluant Mila « momentanément ». Il serait arrivé n’importe quoi dans l’établissement, on leur aurait aussi reproché. Certes, elle n’a que 17 ans, si cela peut être un commencement d’excuse.  Il faut tout de même  penser à toutes les autres  personnes  de ce lycée.

Portrait de sNow
11/décembre/2020 - 09h52 - depuis l'application mobile

Quand on voit que Macron dénonce des contrôles au faciès...... tu veux faire quoi après ????
Dès que tu fais quoi que ce soit, y a toujours une association ou plusieurs pour te traiter de raciste !!

Portrait de tameroche
11/décembre/2020 - 09h43

y'a encore des lycée pour accepter une tarée comme cette fille ? elle est pommé et perdu , le probleme vient de ses parents qui devrait lui interdire les reseaux sociaux 

Portrait de Mon bon Blaze
11/décembre/2020 - 09h31
.Schoenauer©. a écrit :

C'est clair ! Il y a un moment où il faudra montrer les muscles face à l'obscurantisme islamiste. 

Ah bon, il faudra montrer les muscles ...

Mais quand? A partir de combien d’attentat? Combien d’agression? Combien de dizaine de millions de musulmans dans notre pays? Combien de villes qui n’auront plus jamais le charme d’antan?

Les muscles ne sortirons jamais, si ça avait du être le cas, ça fait longtemps que ce serait fait!

Portrait de th93100
11/décembre/2020 - 09h19

Autant son "combat" est "acceptable", autant il ne dispense pas l'usage du cerveau. IL est évident (et souhaitable) que l'établissement scolaire ne souhaite pas exposer ses élèves aux crétins dangereux du camp d'en face.... nous parlons d'un Lycée militaire, pas d'une base armée....

Portrait de Sorj
11/décembre/2020 - 09h09
lie.l a écrit :

Avec tout le respect que j'ai pour la laïcité, le droit de blasphème et Me Malka, quand il n'y a que 2 neurones... je crois qu'il faut passer à autre chose. A ce niveau de bêtise, c'est la sélection naturelle.

Si vous voulez parler du niveau de bêtise mortelle du camp adverse, on a de la marge, effectivement.

Portrait de Sorj
11/décembre/2020 - 09h04

C’est à se demander si on est encore en France ou bien au Pakistan.

On va devoir passer au face à face rapidement, on aura plus le choix.

Portrait de Merlinot49
11/décembre/2020 - 08h56

Juste une question. Mila a divulgué le nom de l'établissement dans lequel elle se trouve. Du coup, si elle y reste et qu'un attentat se produit contre l'établissement et qu'il y ait des morts. Contre qui les parents des défunts pourront se retourner? 

Portrait de lie.l
11/décembre/2020 - 08h44

Avec tout le respect que j'ai pour la laïcité, le droit de blasphème et Me Malka, quand il n'y a que 2 neurones... je crois qu'il faut passer à autre chose. A ce niveau de bêtise, c'est la sélection naturelle.