18/10/2020 13:31

Le fabricant de La Vache qui rit, Kiri, Babybel et Boursin, se lance dans le fromage sans lait, moins émetteur de gaz à effet de serre

Le groupe Bel, fabricant des fromages en portion La Vache qui rit, Kiri, Babybel et Boursin, entend "rééquilibrer" son portefeuille en développant des propositions sans lait, moins émettrices de gaz à effet de serre, a-t-il annoncé mardi.

"On sait que les protéines animales sont gourmandes en termes de CO2" alors "on végétalise nos gammes", a déclaré à l'AFP le PDG Antoine Fiévet, en marge d'une conférence de presse.

Un Boursin 100% végétal - à base de matières grasses issues de la noix de coco et du colza - sera vendu à compter de la fin du mois aux Etats-Unis sur la plateforme Amazon Fresh, avant d'être étendu au reste des distributeurs américains, a rapporté Cécile Béliot, directrice générale adjointe du groupe.

Une date de commercialisation n'est pas arrêtée pour la France.

Par ailleurs, "un projet de Mini Babybel Végétal devrait voir le jour l'année prochaine aux Etats-Unis". Bel prépare aussi "le lancement d'une nouvelle marque internationale dédiée 100% végétale à venir dans les prochains mois".

Bel ne compte pas pour autant réduire sa collecte de lait (plus de 2.600 producteurs dans le monde, 2 milliards de litres par an), a-t-il assuré.

Pour M. Fiévet, il ne s'agit pas d'opposer les produits laitiers à ceux d'origine végétale mais de "construire le meilleur des deux mondes" au moment où les consommateurs sont appelés à "réduire la part de l'animal au profit du végétal" pour des raisons nutritionnelles et de protection de la planète.

Le groupe, qui a généré 3,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2019, cherche à "rééquilibrer" son offre, avec "à terme" 50% de produits laitiers et 50% de produits d'origine végétale, a-t-il indiqué.

La répartition actuelle de ces activités n'a pas été communiquée à l'AFP par l'entreprise, qui se dit "seulement au début de (son) chemin sur le végétal". "L'ambition du groupe est de proposer une offre végétale pour chacune de ses marques coeur", est-il résumé dans un communiqué.

Depuis sa fondation en 1865 dans le Jura, l'entreprise est devenue un acteur majeur de la transformation laitière, distribué dans plus de 120 pays. Le groupe s'est diversifié depuis l'acquisition en 2016 du spécialiste des compotes Mont Blanc Materne (MOM: marques Pom'Potes, GoGo squeeZ, Materne et Mont Blanc).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Philou-philou
19/octobre/2020 - 08h50

Le Boursin et le Babybel seraient donc des fromages?

On en apprends tous les jours.

Portrait de jean marc
18/octobre/2020 - 18h49

donc si on mange cette saloperie on va moins péter ?

Portrait de Merlinot49
18/octobre/2020 - 17h27
KenShiro a écrit :

L'hypocrisie de 1: Qu'ils selectionnent seulement une partie des espèces dont ils disent lutter contre leurs souffrances, exploitations

En 2: Le fait que ces espèces disparaissent si elles n'ont plus d'utilités ne les dérangent pas.

De 3: Etrangement le fait que l'on déforest, tue et condamne des espèces, des insectes par milliers pour leur plantation vegan ne les gênent pas non plus.

De 4: Ils ne supportent pas le fait que l'on exploite des animaux, parlent d'esclavage,  mais pourtant beaucoup ont un chat, un chien. Logique du raisonnement ?

De 5: Le fait que l'on utilise des ésclaves humain pour leurs produits technologique, leurs habits, voir leurs plantations ne les troublent pas 1 seconde.

De 6: Leurs produits alimentaires sont totalement non écologique, déservent la faune, la flore, font des milliers de kms,ne servent que des lobbys, de gros groupes industriels et pharmaceutique, pour leurs complément alimentaire, car leur régime sans est impossible à tenir.

Pour des gens se disant préocupé de la cause animal, c'est totalement contre productif à tous les niveaux.

En fait les vegans ne connaissent rien au monde animal, la plupart vivant en ville, l'humanise à l'excès.

Preuve de ce fait, certains croyant qu'une poule ne pond que lorsque fécondée, brisant leur oeufs pour lutter contre leur viol, c'est dire..,

Ce sont de plus des problèmes de riches, l'humanité ne mangeant pas déjà à sa faim. Ce qui prouve encore le fait qu'ils soient déconnecté des réalités.

Ils ne sont en rien plus vertueux, mais aiment se le croire en vérité.

Voilà mes arguments et encore je n'ai pas relever toutes leurs incohérences et non connaissances du monde animal.

J'imagine que vous allez peut-être me sortir que mes arguments sont ridicules, ceux d'un viendard

Mais moi au moins je suis logique avec mon mode de vie et préfère manger moins de viande, mais de qualité, en faisant vivre des bons fermier et agriculteurs de mon pays.

Au sujet du viol des poules, j'ai eut un doute, j'ai donc cherché sur internet et....je suis tombé sur ça : "Le mouvement animalier Almas Veganas est un collectif antispéciste, transféministe et libertaire qui se bat pour la libération des animaux et des terres. Des véganes pures et dures qui s'inquiètent de la condition des poules dans les poulaillers et ont décidé de séparer les gallinacées victimes d'abus sexuels, selon elles. Un sujet qui a fait polémique en Espagne. Ce collectif Almas Veganas contre l’exploitation animale et installé à Gérone a fait le buzz après la diffusion d’une vidéo dans laquelle les responsables clament haut et fort "séparer les coqs et les poules pour ne pas qu'elles soient violées". " .....

Du coup, pour suivre ton raisonnement, si ils séparent les poules des coqs, l'espèce va finir par d'éteindre, du coup, la aussi contreproductif.