28/07 12:53

L'avocate et grande figure du féminisme en France Gisèle Halimi est décédée à 93 ans annonce sa famille.

L'avocate et figure du féminisme Gisèle Halimi est décédée à 93 ans annonce sa famille. Elle naît le 27 juillet 1927 à La Goulette en Tunisie, d'une mère juive, Fortunée Metoudi, et d'un père d'origine berbère, Édouard Taïeb4. Après des études au lycée de jeunes filles de Tunis, à la Faculté de droit et de lettres de Paris et à l'Institut d'études politiques de Paris, elle entre au barreau de Tunis en 1949 et poursuit sa carrière d'avocate à Paris en 1956. Son enfance dans une famille traditionaliste est à l'origine de son combat dans la lutte féministe.

En effet, dès son plus jeune âge, elle remet en cause ses obligations de fille au sein de sa famille. C'est pourquoi, à l'âge de 13 ans, elle entame une grève de la faim afin de ne plus avoir à faire le lit de son frère. Au bout de trois jours, ses parents cèdent et elle écrit dans son journal intime de l'époque : « aujourd'hui j'ai gagné mon premier petit bout de liberté »5. Des années plus tard, elle estime qu'elle avait en elle « une rage, une force sauvage, je voulais me sauver ».

Mariée à Paul Halimi, administrateur civil au ministère français de l'Agriculture, dont elle porte toujours le nom sous lequel elle s'est fait connaître, elle se remarie avec Claude Faux, ancien secrétaire de Jean-Paul Sartre, dont elle a été l'amie et l'avocate.

Elle est la mère de Jean-Yves Halimi, avocat, Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, et d'Emmanuel Faux, journaliste à Europe 1.('Source Wikipedia)

Sa victoire retentissante au procès de Bobigny en 1972, où elle obtient la relaxe pour une jeune fille de 16 ans qui avait avorté après un viol, ouvre la voie à la loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse, promulguée en 1975. Elle devient députée apparentée au groupe socialiste, entre 1981 et 1984, avant d’être nommée ambassadrice de la France auprès de l’Unesco par François Mitterrand. Elle faisait également partie des membres fondateurs de l’association altermondialiste ATTAC, en 1998.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Maxicoco
28/juillet/2020 - 16h34
Leon48Leon a écrit :
Il n’y a pas de relève à ces hommes et femmes de convictions, intelligents, instruits, cultivés et altruistes. On va vers un monde d’individualiste, qui discute sur les réseaux sociaux.

T'a qu'à la remplacer !!

Portrait de Leon48Leon
28/juillet/2020 - 13h47 - depuis l'application mobile

Il n’y a pas de relève à ces hommes et femmes de convictions, intelligents, instruits, cultivés et altruistes. On va vers un monde d’individualiste, qui discute sur les réseaux sociaux.

Portrait de Morlock3
28/juillet/2020 - 13h02

R.I.P