15/07 16:35

Discours de politique générale: Le Premier ministre Jean Castex prône "le développement du port du masque" - Des repas à 1 euro pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires

16h33: Le point sur ce qu'il faut retenir du discours de politique générale du Premier ministre Jean Castex

Jean Castex a dévoilé mercredi dans sa déclaration de politique générale ses mesures afin de «ressouder» la France ébranlée par la crise du coronavirus, en érigeant la «lutte contre le chômage» en priorité «absolue» de la fin du quinquennat et en insistant sur le rôle des territoires.

Face aux députés pour son grand oral 12 jours après sa prise de fonction, le Premier ministre a affirmé que sa «première ambition, immense» sera de «réconcilier ces France si différentes, les souder ou les ressouder».

Dans cette perspective, il a développé les lignes de force des deux dernières années du quinquennat: emploi, efficacité de l’action publique, souveraineté économique, transition écologique, protection sociale...

Dans un contexte très dégradé, «la lutte contre le chômage et la préservation de l’emploi» seront «la priorité absolue des 18 prochains mois», a-t-il assuré en précisant des mesures évoquées la veille par le président Emmanuel Macron, comme une prime à l’embauche de 4.000 euros par an pour les jeunes, ou des efforts sur la formation.

M. Castex a également esquissé les contours du plan de relance de 100 milliards d’euros, prévu pour la rentrée, qui misera sur la «reconquête économique» et les territoires.

Environ 40 milliards d’euros seront fléchés vers l’industrie, a-t-il indiqué, arguant que la France avait atteint «une niveau de dépendance qui n’est pas raisonnable».

Vingt milliards seront consacrés à la rénovation thermique des bâtiments et les technologies vertes. Et le plan de relance portera «un plan vélo très ambitieux», a-t-il promis, en plaidant pour «une croissance écologique» face à la «décroissance verte».

M. Castex a par ailleurs souhaité que les travaux de rénovation urbaine soient lancés dans 300 des 450 quartiers retenus «d’ici la fin 2021».

Le Premier ministre, qui se dépeint en homme des territoires, leur a envoyé des signaux en annonçant que toutes les créations d’emploi de fonctionnaires se feront dans les services départementaux, et non dans les administrations centrales. Et un «droit à la différenciation» sera prochainement consacré dans une loi organique.

La jeunesse est particulièrement ciblée sur le volet social, avec l’annonce de repas à un euro pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires et la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire de 100 euros.

Six milliards seront investis dans le système de santé, a ajouté M. Castex, qui a signé lundi des accords de revalorisation salariale pour les soignants.

Quant à la réforme des retraites, elle reste «nécessaire» mais il faudra bien distinguer les «mesures financières», a assuré M. Castex.

Enfin, le Premier ministre a insisté sur «le pacte républicain», en soulignant la «préoccupation majeure» du gouvernement de lutter contre l’islamisme radical. Un projet de loi de «lutte contre les séparatismes» doit être présenté à la rentrée.

Et M. Castex a également souhaité créer «dans les territoires des juges de proximité» qui seront chargés de réprimer les «incivilités du quotidien», en promettant une «réponse ferme».

16h02: Après une heure, fin du discours de politique générale du Premier ministre Jean Castex devant les députés à l'Assemblée nationale

15h03: Le Premier ministre Jean Castex s'exprime devant les députés à l'Assemblée nationale

"Face à la crise, nous avons tenu bon collectivement"

"La meilleure façon de nous préparer à une reprise possible de l'épidémie [de coronavirus] est de renforcer nos actions de prévention. Cela passe nécessairement par le développement du port du masque et une intensification de notre politique de dépistage"

"J'ai avant tout une pensée pour celles et ceux qui ont été frappés par la maladie et pour les Françaises et les Français qui ont perdu un proche."

"Je veux rendre hommage à Edouard Philippe" (...) "A la crise sanitaire succède une crise économique d'une ampleur inégalée depuis la Seconde Guerre mondiale" (...) "La crise a mis en lumière nos difficultés et nos défaillances"

"Vendredi, je réunirai à Matignon l'ensemble des partenaires sociaux sur l'ensemble des sujets qui sont sur la table pour les semaines à venir"

"Il est urgentissime de faire évoluer le logiciel de l'action publique. L'erreur serait de penser qu'il faudrait en cela remettre en cause l'Etat. Car l'Etat, c'est la France, Mais l'Etat ne s'est pas adapté à la France"

"Je sais qu'il existe une France qui ne dit rien mais qui n'en pense pas moins" (...) "La France se trouve ébranlée par la coalition de ses ennemis : terroristes, extrémistes, complotistes..."

Jean Castex confirme la création "rapide" d'un commissariat général au plan : "L'État doit retrouver les voies de l'anticipation".

"Il faut transformer le Conseil économique, social et environnemental en Conseil de la participation citoyenne" (...) "Nous devons nous appuyer sur nos territoires". Face aux députés, le Premier ministre Jean Castex annonce "une nouvelle étape dans la décentralisation". "Il est urgentissime de faire évoluer le logiciel de l'action publique"

"La lutte contre le chômage, priorité absolue pour les 18 prochains mois", déclare le Premier ministre Jean Castex

Jean Castex annonce des repas à un euro pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires

Le Premier ministre annonce un plan de 40 milliards d'euros pour l'industrie. "Le plan de relance proposera de mobiliser plus de 20 milliards d'euros pour la rénovation thermique des bâtiments, pour réduire l'émission des transports et de nos industries, pour produire une alimentation plus locale et durable, pour soutenir les technologies de demain comme les batteries, pour mieux recycler et moins gaspiller" (...) Jean Castex annonce une revalorisation "exceptionnelle" de l'allocation de rentrée scolaire dès septembre.

Le gouvernement consacrera 40 milliards d'euros à la reconstruction de l'industrie, dans le cadre du plan de relance économique, a annoncé le Premier ministre Jean Castex devant l'Assemblée nationale

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé un plan d'investissement de six milliards d'euros dans le système de santé, venant s'ajouter aux 13 milliards d'euros de reprise de la dette hospitalière d'ores et déjà prévu par le gouvernement

Le plan de relance "prévoira des montants significatifs et inégalés" en faveur d'un "plan vélo très ambitieux", annonce le Premier ministre.

"Lutter contre l'islamisme radical sous toutes ses formes est et demeure l'une de nos préoccupations majeures". Jean Castex annonce un projet de loi "contre les séparatismes" à la rentrée

Le Premier ministre veut créer des "juges de proximité" pour réprimer les "incivilités du quotidien"

14h55: Le texte sera lu au même moment par un ministre devant le Sénat. Jean Castex viendra lui-même jeudi à 10h00 devant la chambre haute. Au Palais du Luxembourg aussi, la déclaration, exercice qui marque traditionnellement l'entrée en fonction d'un nouveau gouvernement, sera suivie d'un débat, mais sans vote. Le Premier ministre pourrait y préciser ses annonces concernant les territoires, auxquels il prête une grande attention.

Députés et sénateurs attendent avec impatience cet exercice qui, espèrent-ils, révèlera le Premier ministre, issu de la droite, sa méthode avec le Parlement et ses axes privilégiés.

Même du côté de la majorité, les députés demandent à être convaincus. Beaucoup pensaient pour les deux dernières années du quinquennat à une "réponse de centre gauche" après le départ d'Edouard Philippe de Matignon.

En outre, la fébrilité a gagné les rangs LREM et MoDem, où devraient être nommés quelques secrétaires d'Etat, sans doute d'ici la fin de la semaine.

Au sein de l'exécutif, ils les "tiennent tous pour le vote de confiance", observe le député Matthieu Orphelin, ex-"marcheur".

Edouard Philippe avait recueilli 370 votes favorables en juillet 2017 pour sa première déclaration de politique générale, puis 363 en juin 2019 pour la seconde. Les votes contre avaient fortement progressé: de 67 à 163.

14h53: Au lendemain de l'intervention d'Emmanuel Macron, le Premier ministre décline mercredi après-midi devant l'Assemblée nationale la feuille de route du gouvernement pour les prochains mois qui s'annoncent particulièrement compliqués sur fond de crise sanitaire et économique.

Masque obligatoire dans les lieux clos à partir du 1er août, plan de relance industriel et écologique, priorité aux jeunes: en renouant mardi avec l'interview télévisée du 14-Juillet, Emmanuel Macron a évoqué plusieurs mesures, mais souvent sans rentrer dans le détail.

Place à Jean Castex pour préciser les intentions de l'exécutif lors de sa déclaration de politique générale qui démarre à 15h00 à l'Assemblée nationale, suivie d'un débat durant deux heures trente, puis d'un vote.

"C'est un rendez-vous avec soi-même, il faut sentir le pays, à la fois s'inscrire dans les orientations du chef de l'État et puis avoir conscience qu'il faut faire des choses précises et concrètes parce qu'on a 600 jours" d'ici la fin du quinquennat, dit-il au Figaro.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Wouhpinaise
16/juillet/2020 - 17h36
Angelussauron a écrit :

C'est bien d'aider les jeunes mais il faudrait aussi aider les moins jeunes qui ont souvent plus de truc à payer et qui vont se retrouver au chômage dans les prochains mois à cause du confinement.

Sinon @seb2746 Je te comprends vous aviez rien demandé, de ce genre du moins, concernant cette prime et on vous la promet donc il faut arrêter de faire des promesses dans le vent. Surtout ce genre de promesse qui est peu réalisable.

Vous aviez demandé une augmentation de salaire (et non une prime) et surtout plus de moyen (La santé ne doit pas avoir de prix). Votre combat il est là.

Par contre vous refuserez pas de soigner car c'est pas votre métier mais votre vocation. On ne va pas dans la santé juste comme ça (Comme pour la police/armée/pompier, etc...).

Il n' y a eu aucune promesse dans le vent concernant cette prime. Moi je l'ai touchée en juin.

Portrait de Angelussauron
16/juillet/2020 - 09h37

C'est bien d'aider les jeunes mais il faudrait aussi aider les moins jeunes qui ont souvent plus de truc à payer et qui vont se retrouver au chômage dans les prochains mois à cause du confinement.

Sinon @seb2746 Je te comprends vous aviez rien demandé, de ce genre du moins, concernant cette prime et on vous la promet donc il faut arrêter de faire des promesses dans le vent. Surtout ce genre de promesse qui est peu réalisable.

Vous aviez demandé une augmentation de salaire (et non une prime) et surtout plus de moyen (La santé ne doit pas avoir de prix). Votre combat il est là.

Par contre vous refuserez pas de soigner car c'est pas votre métier mais votre vocation. On ne va pas dans la santé juste comme ça (Comme pour la police/armée/pompier, etc...).

Portrait de cbor33500
16/juillet/2020 - 05h01

1€ le repas pour les étudiants, mais pas de places pour les accueillir !!! La prime de rentrée devrait servir comme les tickets restaurant: pour les paiements des fournitures scolaires et des vêtements enfants.

Portrait de Dady cool
15/juillet/2020 - 23h18
seb2746 a écrit :

Toujours rien pour le souci des 1500 euros de prime soignants covid ?

Franchement, à la 2eme vague, je demanderais à mes collègues de ne plus travailler, ce faire prendre pour des cons au péril de nos vies pour des gens qui s'en foutent royalement, autan resté chez soi après des siens.

Quand il n'y aura plus de soignants, on verra si le gouvernement réfléchi +2 secondes au conséquences de leurs actes...

Je sais bien que conceptuellement c’est dur à comprendre mais, recevoir de l’argent en échange d’un travail ça s’appelle un emploi. T’as fait ton boulot non? Tu penses que mon boulanger peux demander aussi une prime covid?

Portrait de Wouhpinaise
15/juillet/2020 - 19h30
seb2746 a écrit :

Toujours rien pour le souci des 1500 euros de prime soignants covid ?

Franchement, à la 2eme vague, je demanderais à mes collègues de ne plus travailler, ce faire prendre pour des cons au péril de nos vies pour des gens qui s'en foutent royalement, autan resté chez soi après des siens.

Quand il n'y aura plus de soignants, on verra si le gouvernement réfléchi +2 secondes au conséquences de leurs actes...

Il est où le souci avec cette prime ?

Portrait de Wouhpinaise
15/juillet/2020 - 19h29
Dady cool a écrit :

Oui, c’est pour le maintient de l’emploi chez les revendeurs d’audiovisuel. Chez Darty ils ont ouvert le champagne.

Rohhh ! smiley

Portrait de seb2746
15/juillet/2020 - 19h26

Toujours rien pour le souci des 1500 euros de prime soignants covid ?

Franchement, à la 2eme vague, je demanderais à mes collègues de ne plus travailler, ce faire prendre pour des cons au péril de nos vies pour des gens qui s'en foutent royalement, autan resté chez soi après des siens.

Quand il n'y aura plus de soignants, on verra si le gouvernement réfléchi +2 secondes au conséquences de leurs actes...

Portrait de Dady cool
15/juillet/2020 - 18h53
Wouhpinaise a écrit :

100 € de + pour l'allocation de rentrée scolaire ?! Carrément !!!!

Oui, c’est pour le maintient de l’emploi chez les revendeurs d’audiovisuel. Chez Darty ils ont ouvert le champagne.

Portrait de Wouhpinaise
15/juillet/2020 - 17h57

100 € de + pour l'allocation de rentrée scolaire ?! Carrément !!!!

Portrait de Cl
15/juillet/2020 - 17h47

1 euro le repas étudiant  c'est très bien car il y avait beaucoup d'étudiants qui ne faisaient qu'un repas par jour faute de moyen 

Portrait de hummerH2
15/juillet/2020 - 17h35
preshovich a écrit :

"Un plan velo tres ambitieux.... "

Ce qu'on avait besoin d'entendre. 

Et bientôt le retour de la charrette et les bœufs , en attendant les plus sportifs pourront trouver un travail indépendant, en laissant tomber Uber et leur belles voitures, tout en faisant travailler leurs jambes avec pleins de pousse pousse  dans les rues !

Hâte de vivre dans le futur !!! smiley

Portrait de preshovich
15/juillet/2020 - 16h53

"Un plan velo tres ambitieux.... "

Ce qu'on avait besoin d'entendre.