24/02/2020 14:01

EXCLU - Natalia Turine, l'éditrice russe de Piotr Pavlenski: "Il ira jusqu'à la mort car rien ne lui fait peur !" - VIDEO

Ce matin, Natalia Turine, l'éditrice russe de Piotr Pavlenski, était l'invitée de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. En exclusivité, elle a évoqué l'activiste russe, au cœur du scandale des vidéos à caractère sexuel ayant poussé Benjamin Griveaux à renoncer à la mairie de Paris.

"Je l'ai rencontré après que son livre soit paru. Il était en prison quand j'ai décidé de publier ses textes. J'étais interpellée par son action devant la porte du KGB. Il était en prison pour ça. J'ai lu ses textes, son manifeste... C'était très étrange que son procureur soit devenu, en quelques entretiens avec lui, son avocat. Je me suis dit : 'ce garçon a quelque chose'. Systématiquement, il renverse les rôles. Le pouvoir devient son libérateur", explique-t-elle.

Et d'ajouter : "Comme tout artiste, il cherche à semer la pagaille. C'est trouver une faille dans une société et taper dedans. En l’occurrence, ce n'est pas la société qui l'intéresse, c'est le pouvoir. Il est contre tout pouvoir quelque soit le pays".

Pour elle, Piotr Pavlenski n'est pas une tête brûlée. "C'est quelqu'un qui est très froid, très réflechi. Quand je l'ai rencontré, je pensais trouver un homme agressif, mais j'ai découvert un garçon très poli, très bien éduqué. Il ne donnait jamais des interviews sans être préparé à 100%. Il est très exigeant avec la presse, il ne va pas n'importe où. Il m'a refusé des interviews avec "Paris Match", par exemple, parce que ce n'était pas suffisamment sérieux pour lui", indique l'éditrice en précisant qu'il a "toujours dit que [ses actions] n'engagent que lui".

"Il fait peur, parce qu'il veut aller jusqu'au bout. Je n'ai pas peur, parce que j'ai compris qu'il ne menace personne (...) Il n'est pas agressif, il est toujours très calme", continue-t-elle. Avant de conclure : "Je ne sais pas s'il a d'autres vidéos. Moi, ce que je sais, c'est que Pavlenski va aller jusqu'à la mort. Je pense. Ca dépend du pays. S'il faisait quelque chose de semblable aux Etats-Unis, il serait tué depuis belle lurette. Je suis sûr qu'il ne va pas fermer sa gueule".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de geneve
24/février/2020 - 16h15
Batori a écrit :

Certains préfèrent mourir quand tant vive a genoux...

En voilà une remarque qu'elle est très intelligente.... Vivre à genoux, pour vous, c'est quoi ?  Vivre pour moi, c'est respecter le pays qui m'accueille. Mais bon, chacun voit comme il veut !!!

Ce que je regrette simplement, c'est que notre pays accueille n'importe qui, même les frappadingues. Qu'il retourne faire ses "bétîses" dans son pays. On n'est pas allé le chercher !

Portrait de nina83
24/février/2020 - 16h10

Il est complètement fou, s'auto-mutile, bien sûr qu'il ira jusqu'au bout de sa folie haineuse. Et puis il retournera en Russie smiley

Portrait de stbx00
24/février/2020 - 14h56

"Comme tout artiste, il cherche à semer la pagaille. C'est trouver une faille dans une société et taper dedans" - Pas certain que "tous" les artistes se retrouvent dans cette définition...