07/02/2020 08:21

Voici la liste des 7 entreprises qui sont épinglées par le gouvernement qui les accuse de pratiquer la discrimination à l'embauche après une campagne de testing

Le gouvernement a épinglé hier sept entreprises françaises  pour « présomption de discrimination à l’embauche » à la faveur d’une campagne de testing qu’il avait commanditée. Une première version de cette étude avait été révélée par France Inter début janvier sur un plus grand échantillon (103 entreprises) et aucun nom d’entreprise n’était alors sorti. Les résultats dévoilés jeudi portent sur 40 grandes entreprises du SBF 120. Une enquête télévisée au mois de septembre avait déjà mis en avant des pratiques discriminatoires. L’étude, conduite par des chercheurs de l’université de Paris-Est-Créteil entre octobre 2018 et janvier 2019, sera mise en ligne.

Selon les ministères du Travail, du Logement et le secrétariat aux Droit des femmes qui ont présenté ces résultats jeudi, il s’agit du « plus grand testing jamais réalisé en France sur l’emploi ».

La liste des 7 entreprises dénoncées par le gouvernement:

.

Air France,

Accor,

Altran,

Arkéma,

Renault,

Rexel,

Sopra- Steria 

.

Ces entreprises - à l’exception de Renault qui n’a pas encore réagi - se sont immédiatement déclarées « indignées » par les « faiblesses manifestes de la méthodologie utilisée qui aboutit à des conclusions erronées ».

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de -Scully.
7/février/2020 - 15h28
Panurge a écrit :

Pourrait-on , au moins se poser la question: «pourquoi y a t’il une discrimination à l’embauche»? Comment une  entreprise prendrai-elle le  risque de se retrouver confronté à un problème qui devient de plus en plus récurrent..à savoir ; la religion importée par ces salaries d’obédiences  musulmanes? Car l’hypocrisie de nos médias qui ne disent mots sur le sujets qui fâche...me  fait doucement rire pour m’ éviter de m’énerver!!

Le testing a été fait avec des noms de consonance française et des noms de consonance magrébine. Les testeurs sont donc des racistes, car ils discriminent les personnes portant des noms de consonance asiatique, indienne, latinos... (Les pseudo anti racistes sont tellement pro islamistes qu'il est facile des les prendre à leur propre jeu.)

Ensuite, je rappellerai l'histoire de Milla, obligée de s'excuser (!!!) de s'être fait traiter de sale blanche, sale pute et sale gouine. Elle a dû changer d'école et les personnes qui la menacent de mort ne sont même pas inquiétées. Imaginons un chef d'entreprise qui embauche un musulman : il doit virer toutes les sales putes gouines blanches parce qu'un musulman ne travaillera pas avec une femme, encore moins sous ses ordres, il doit révolutionner sa cantine ou son coin cuisine parce qu'il faut des repas spéciaux, il faut des pauses et une salle de prière pour y passer la moitié de la journée et il faut oublier le mois du ramadan, trop dur de bosser après avoir fait la bamboula toute la nuit. Je ne parle même pas des menaces de mort en cas de licenciement, même pour faute grave. Les chialeuses devraient déjà se poser des questions avant de procéder à leurs tests racistes !

Portrait de Tenvalacruchealo
7/février/2020 - 09h00

Suspicion ? Et la présomption  d'innocence ?