13/01/2020 09:42

L'ancien pape Benoît XVI a publiquement demandé à son successeur François d'abandonner l'idée d'ordonner prêtres des hommes mariés

L'ancien pape Benoît XVI a publiquement demandé à son successeur François d'abandonner l'idée d'ordonner prêtres des hommes mariés. Dans les prochaines semaines, le pape François doit prendre une décision sur cette question sensible. Car, face au manque local de prêtres en Amazonie pouvant donner des sacrements, un synode a suggéré d'ordonner prêtres des hommes mariés d'âge mur, préférablement autochtones.

Une idée qui ne plaît pas du tout à l'ancien pape qui a quitté ses fonctions en 2013. Benoît XVI s'est exprimé dans un livre écrit avec le cardinal ultra-conservateur Robert Sarah, dont des extraits ont été publiés dimanche par Le Figaro. "Il est urgent, nécessaire, que tous, évêques, prêtres et laïcs retrouvent un regard de foi sur l'Église et sur le célibat sacerdotal qui protège son mystère", affirment-ils.

Les deux ecclésiastiques demandent à toute l'Église de ne pas se laisser "impressionner" par "les mauvais plaidoyers, les mises en scènes théâtrales, les mensonges diaboliques, les erreurs à la mode qui veulent dévaloriser le célibat sacerdotal".

D'après eux, être marié est incompatible avec une fonction de prêtre.

"L'état conjugal concerne l'homme dans sa totalité, or le service du Seigneur exigeant également le don total de l'homme, il ne semble pas possible de réaliser simultanément les deux vocations", écrit Benoît XVI.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lilou.St.Bo
14/janvier/2020 - 11h14
Ninie76700 a écrit :

Je suis catholique et ne suis pas du tout d'accord avec vous il ne s'agit pas d'être plus ou moins religieux mais de s'adapter avec l'époque dans laquelle on vit.

Cela n'empêche pas que la croyance reste la même.

De plus avec toutes les histoires de pédophilie, il vaut mieux un prêtre bien dans sa sexualité qu'un prêtre avec des pulsions refoulés qui finissent par exploser.

Le fait d'être marié n'empêchera pas un (prêtre) pédophile, d'aimer (principalement) les petits garçons !